Hand: des projets ambitieux pour relancer le jeu à sept dans l'Oranie

Publié le : mercredi, 31 mars 2021 14:14   Lu : 10 fois
Hand: des projets ambitieux pour relancer le jeu à sept dans l'Oranie

ORAN - La longue traversée du handball dans l’ouest du pays est parfaitement traduite par ces années de déclin que connait le porte-flambeau de la discipline dans la région le MC Oran. Une situation que les responsables du jeu à sept concernés comptent y mettre un terme.

Des projets "ambitieux" sont désormais lancés par la Ligue régionale oranaise de handball, qui semble avoir mis le doigt sur la plaie, comme l’indique son président, Brahim Bounadour, qui vient d’être élu pour un troisième mandat de rang à la tête de cette instance.

"Il est temps pour que le handball dans l’Oranie retrouve son lustre d’antan. La renaissance de cette discipline dans la région aura des répercussions très positives sur la deuxième discipline la plus populaire en Algérie après le football, qui ne cesse de manger de son pain noir", estime le patron de la Ligue régionale oranaise dans une déclaration à l’APS.

Le mot d’ordre est ainsi lancé. Le processus du renouveau devra être enclenché en profitant de la dynamique suscitée par l’organisation dans la capitale de l’Ouest de la 19e édition des Jeux méditerranéens (JM) prévue pour l’été 2022.

Pour Brahim Bounadour, "la résurrection du handball oranais passe par la mise en place d’un encadrement technique compétent au niveau des clubs, ajoutant que l’expérience des anciens joueurs qui se sont reconvertis en entraineurs, n’a pas suffi pour assurer une formation adéquate des joueurs de talents".

C'est un grand chantier donc que ce responsable a ouvert. Un premier pas a été déjà franchi dans ce registre à travers l'accord conclu pour une signature imminente d’une convention avec l’institut nationale de formation supérieure des cadres de la jeunesse et des sports d’Aïn El-Turck (Oran).

 

Formation d’entraineurs aux anciens joueurs

 

Cet édifice qui a contribué dans la formation des cadres du sport algérien, notamment dans la région Ouest, devrait ouvrir ses portes aux anciens joueurs, et ils sont nombreux, afin de leur prodiguer des cours de formation à même de leur permettre d’être au diapason de l’évolution de la discipline sur le plan mondial.

"Nous avons beaucoup d’anciens joueurs qui sont prêts à servir le handball algérien en faisant profiter les jeunes talents de leur longue expérience. Néanmoins, il leur faudra d’être armés par des connaissances dans le domaine de l’entrainement", a encore insisté le président de la ligue régionale oranaise.

Il faut dire que les premiers concernés, à savoir les anciens joueurs, sont déjà disposés à " jouer le jeu ", s'est réjoui M. Bounadour, tablant énormément sur l’implication des entraineurs dans ce processus dans l’espoir de faire renaitre le handball algérien de ses cendres.

Mais aux yeux de certains, l’encadrement technique n’est pas la seule " fausse note" qui est derrière la régression de la petite balle oranaise en particulier et nationale en général. Selon ces avis, le manque déploré en matière d’infrastructures sportives en est l’autre cause.


Lire aussi: L’encouragement du sport scolaire, "une condition sine qua non" pour développer le sport d’élite


Un " alibi" rejeté par l’ancien vice-président de la Fédération algérienne de handball sous l’ère de Saïd Bouamra. "A ma connaissance, les stars de ce sport au niveau de l’Ouest, pour ne parler que de ma région, ont tous fait leurs premiers pas dans le domaine sur des terrains vagues. A Oran par exemple, on ne disposait que d’une seule salle omnisports, à savoir, le Palais des sports ‘’Hammou-Boutelilis’’. Malgré cela, les quelques clubs oranais qui exerçaient pendant ce temps-là et qui étaient au nombre de quatre seulement, alimentaient les différentes sélections nationales par des joueurs de valeur, comme ce fut le cas avec le MCO dans les années 1980 et 1990", a-t-il répliqué.

Et si Brahim Bounadour ne veut pas trop s’attarder sur le problème du manque d’infrastructures, que les entraineurs et des dirigeants qualifient de "frein" pour la relance de la discipline, il appelle en revanche à la mise en place de "terrains de proximité" dédiés au handball.

"C’est dans les quartiers aussi qu’on peut dénicher des jeunes talents. Les autorités locales d’Oran ne doivent pas se contenter de réaliser des terrains de proximité pour le football, mais ils sont censés en faire de même avec les autres disciplines collectives, en particulier le handball", a-t-il insisté.

 

Réinvestir dans le sport scolaire

 

Outre le lancement prochain de cycles de formation au profit des entraineurs, la Ligue régionale oranaise entend aussi profiter de la nouvelle politique des responsables du sport national portant sur la réhabilitation du sport scolaire, pour investir dans ce secteur ô combien riche en talents.

"Nous avons tout le temps appelé à accorder de l’importance au sport scolaire qui était par le passé un véritable réservoir des clubs en talents pour les clubs de l’élite. Cette fois-ci, et grâce à la volonté des pouvoirs publics, nous pouvons renouer avec nos traditions en investissant dans le sport scolaire", s’est félicité M. Bounadour.

Dans le même ordre d’idée, le patron de la Ligue régionale a mis en valeur l’expérience initiée depuis quelques années à Oran par un nouveau club, à savoir, le CHT Oran, qui a opté d’investir dans le sport scolaire pour alimenter ses différents effectifs.

Cette expérience a vite donné ses fruits, comme l’attestent les accessions consécutives de cette formation, présidée par Sid Ahmed Djendara. Désormais, les séniors du CHTO (hommes et femmes) ne sont qu’à une marche de l’élite.

"C’est ce genre d’expérience qu’on encourage, au vu du rôle prépondérant du sport scolaire dans la renaissance des différentes disciplines sportives dans le pays", a-t-il dit.

Selon le même interlocuteur, le président du CHTO est en passe de lancer un autre projet ambitieux devant contribuer grandement dans le retour du handball oranais au-devant de la scène. Il s’agit de la création prochaine d’académies au niveau de différentes daïras de la wilaya d’Oran.

"L’objectif de cette démarche étant de créer des pôles de handball au niveau de différentes régions de la wilaya d’Oran", a-t-il fait savoir.

L’organisation à Oran et Arzew du prochain championnat arabe des clubs, prévu en octobre 2021, est un évènement à mettre aussi à profit par les responsables de la petite balle oranaise dans leur quête à relancer la discipline, en attendant les apports des JM Oran-2022.

Hand: des projets ambitieux pour relancer le jeu à sept dans l'Oranie
  Publié le : mercredi, 31 mars 2021 14:14     Catégorie : Sport     Lu : 10 foi (s)   Partagez