Protection de l'enfance: pour la coordination des efforts de toute la société

Publié le : mercredi, 29 août 2018 19:16   Lu : 12 fois
Protection de l'enfance: pour la coordination des efforts de toute la société

ALGER - La Déléguée nationale à la Protection de l'enfance, Meriem Chorfi a plaidé, mercredi à Alger, pour la coordination des efforts de l'ensemble des partenaires et acteurs de la société pour l'élaboration de programmes d'action, nationaux et locaux, définissant les priorités de la protection de l'enfant de tous les dangers.

Présidant le lancement d'un atelier de formation sur la définition des priorités de protection et de promotion de l'enfance en Algérie, organisé en coordination avec l'Organisation internationale pour la réforme pénale, Mme Chorfi a précisé qu'il sera question durant ces travaux de "définir les priorités fondamentales de la protection de l'enfance à travers l'élaboration de programmes stratégiques, nationaux et locaux, à même de consolider les actions de sensibilisation pour protéger l'enfant de tous les risques auxquels il pourrait être exposés".

Elle a indiqué, à ce propos, que tous les signalements enregistrés par la commission de coordination de l'Organe national de protection et de promotion de l'enfance (ONPPE), installée en 2017, et qui seront soumises à cet atelier par les représentants du milieu ouvert, seront prises en compte en vue de définir les priorités de protection et d'élaborer un programme national pour la promotion des droits de l'enfant.

Affirmant que plus de 480 signalements ont été enregistrés à ce jour via le numéro 11-11, mis en service en mars dernier, elle a  cité certains phénomènes portant atteinte aux droits de l'enfant, comme la mendicité, le vagabondage et la toxicomanie ainsi que des appels de détresse de la part de certains parents demandant de l'aide pour corriger les comportements de leurs enfants.

Concernant les questions de rapt et de viol d'enfants, Mme Chorfi a indiqué que ces phénomènes "existent partout dans le monde et pas en Algérie uniquement", appelant, dans ce sens, à "une intensification des efforts en vue de consacrer la culture de la sensibilisation, notamment chez les enfants, afin d'éradiquer ces crimes qui constituent un danger pour la société".

"La législation algérienne protège les droits de l'enfant et punit les crimes de viol, d'assassinat ou de torture de l'enfant", a-t-elle soutenu.

Pour sa part, le représentant de l'Organisation internationale pour la réforme pénale, Majdi Hamdan, a mis l'accent sur l'importance de dégager, durant cet atelier, une stratégie nationale permettant de "définir les programmes susceptibles de protéger les droits de l'enfant", plaidant pour la "conjugaison des efforts et la coordination des actions entre tous les partenaires pour fixer les priorités en matière de protection de l'enfance".

Le président du Réseau "Nada" pour la défense des droits de l'enfant, Abderrahmane Arara, a évoqué, quant à lui, "l'importance de la sensibilisation des enfants aux dangers qui les guettent dans la rue afin de préserver leur équilibre et stabilité psychologiques", soutenant que la législation algérienne garantissait la "protection des droits de l'enfant en dépit des nombreux vides et lacunes soulevés dans ce sens".

M. Arar a estimé nécessaire l'application de la peine de mort, même momentanément, contre tout individu coupable de meurtre, de torture ou de viol d'un enfant, tout en ouvrant à la lutter contre le criminalité à travers des actions de sensibilisation et le renforcement de la prise en charge psychologique et judiciaire des adolescents, en particulier".

Protection de l'enfance: pour la coordination des efforts de toute la société
  Publié le : mercredi, 29 août 2018 19:16     Catégorie : Société     Lu : 12 foi (s)   Partagez