Le carnaval Ayred de Beni Snous, une occasion de perpétuer les coutumes ancestrales de Yennayer

Publié le : mercredi, 12 janvier 2022 12:20   Lu : 2 fois
Le carnaval Ayred de Beni Snous, une occasion de perpétuer les coutumes ancestrales de Yennayer

TLEMCEN - La célébration du nouvel an amazigh coïncidant avec le 12 janvier de chaque année constitue pour les habitants de la vallée de Béni Snous une occasion de perpétuer les coutumes ancestrales et leur valorisation, notamment par l’organisation du carnaval d’Ayred (lion).

Dans son ouvrage "Verveine fanée", le chercheur Saridj Mohamed, explique que cette fête remonte à plusieurs siècles et symbolise la victoire du roi Chachnaq sur l’armée du pharaon Ramses. Ce carnaval est une forme théâtrale très ancienne constituant une liesse populaire alliant plusieurs rites et traditions.

Toutefois son appellation varie d’un village à un autre dans cette contrée montagneuse. Les habitants du village de Tafesra préfèrent l’appeler "Cheikh Bouguernane" et ceux des villages de Béni Achir, Sidi Larbi et Ouled Moussa, désignent l’événement sous le nom de "Kraa Kriaa", tandis que dans la capitale des Béni Snous, en l’occurrence le village de Khemis, cette fête est celle d’"Ayred", ou le lion en tamazight.

A la veille de chaque 12 janvier, les jeunes se regroupent, se déguisent avec des masques représentant divers animaux comme le lion, la lionne et autres. Ils revêtent également des costumes confectionnés spécialement pour cette occasion. Par processions, les jeunes sillonnent le village en dansant aux rythmes des bendirs et entonnant des chants à la gloire du personnage mythique Ayred.

Tout le long de leur trajet, les participants au carnaval recueillent des offrandes et des dons alimentaires offerts par les habitants. Vers l’aube, les dons seront remis en toute discrétion aux familles nécessiteuses dans l’optique de préserver leur dignité. S’ensuivent des louanges déclamées sur la place publique pour solliciter et implorer une nouvelle année agricole abondante, explique le chercheur.


Lire aussi: Tlemcen : plats populaires et douceurs garnissent les tables tlemcéniennes le jour de Yennayer


Les rites de ce carnaval ancestral constituent dans la forme un spectacle de plein air offert gracieusement aux habitants des villages qui restent attachés à ce patrimoine identitaire de cette région située au sud-ouest de la wilaya de Tlemcen. Il est aussi dans le fond, un geste de solidarité sociale et de partage avec les familles pauvres du village.

Nombreux parmi les intellectuels de la région invitent les universitaires et chercheurs, notamment les anthropologues et historiens, à approfondir les recherches sur ce carnaval pour le sauvegarder et le structurer davantage sur le plan scénique, costumes et masques pour pouvoir l’enseigner et le jouer sur les planches des théâtres, souligne Saridj Mohamed.

A Tlemcen, la population reste attachée à la célébration de Yennayer. A l’approche du nouvel an amazigh, tous les magasins et boutiques de la wilaya changent de décor en proposant une multitude de produits notamment les fruits secs , les arachides et autres friandises et sucreries, qui garnissent la fameuse "tbiqate el qarqcha", qui s’ajoute aux plats et mets préparés par les mères de familles qui excellent dans la préparation de Berkoukes , M’semmen et les galettes de pain sucrées ornées d’œufs.

Les Tlemcéniens vivent cette fête dans une ambiance familiale exceptionnelle qui renvoie aux valeurs immuables de la société à savoir la solidarité et le sens du partage.

Le carnaval Ayred de Beni Snous, une occasion de perpétuer les coutumes ancestrales de Yennayer
  Publié le : mercredi, 12 janvier 2022 12:20     Catégorie : Société     Lu : 2 foi (s)   Partagez