Blida/yennayer: "Placette Laàreb", incontournable pour s'approvisionner en "Drez"

Publié le : mardi, 11 janvier 2022 14:36   Lu : 1 fois
Blida/yennayer: "Placette Laàreb", incontournable pour s'approvisionner en "Drez"

BLIDA - Le vieux marché populaire "Placette Laàreb", sis au centre-ville de Blida, fait office de meilleure place et une destination de choix pour la population locale et les visiteurs de la ville, pour acquérir le "Drez", un mélange de friandises qui confère une saveur particulière aux festivités de Yennayer, le nouvel An Amazigh.

Le "Drez", dit également "Halwate Ras el aàm" fait, en effet, partie des plus importantes coutumes marquant la célébration de la nouvelle année agricole. Il s'agit d’un mélange de bonbons, de chocolat et de fruits secs, que les familles se font une joie de déguster après un copieux plat de Chakhchoukha, Rechta ou Ftayer. Ce mélange est versé sur la tête du benjamin de la famille, qui est lui-même placé dans un grand plat, pour augurer d'une année pleine de bonnes choses. Suite à quoi la personne la plus âgée de la maisonnée se fera un devoir de partager le Drez en parts égales, entre tous les membres de la famille.

En dépit de la prolifération des commerces de vente du "Drez" à travers la ville, ce marché qui se transforme à la venue de Yennayer en une véritable fresque, demeure la destination préférée des habitants de Blida et des wilayas voisines, qui y viennent spécialement pour s’approvisionner en denrées nécessaires pour célébrer Yennayer.

Chaque année en pareille occasion, et deux semaines avant le 12 janvier (nouvel an Amazigh), les commerçants de la place rivalisent d’imagination pour décorer les devantures de leurs magasins, achalandées à l'occasion, avec les friandises les plus fines et les plus belles, afin d’attirer l'attention des clients, qui en rempliront des sacs selon leurs goûts, avant que le vendeur n’en fixe le prix en fonction de leur poids.

A quelques jours du nouvel an Amazigh, une importante affluence de citoyens est enregistrée au niveau de ce marché, où il est difficile de se frayer un chemin à la veille de la fête, si bien que beaucoup de citoyens achètent le nécessaire de la fête une semaine avant Yennayer, une fête qui offre l'opportunité à tous les membres de la famille de se réunir pour faire revivre ce legs des ancêtres.

 

Des prix inaccessibles pour les citoyens à revenu moyen

 

Seul bémol à ce tableau, les prix élevés des produits dont se plaignent ces dernières années les clients de ce marché qui se retrouvent toutefois obligés de les acheter pour faire plaisir à leurs familles, particulièrement aux enfants qui attendent spécialement, cette occasion, pour avoir leur part de Drez.

En effet, le prix du kg d'un mélange de bonbons et chocolats de marque se situe entre 1600 et 4000 DA, tandis que celui composé de bonbons ordinaires oscille entre 700 et 800 DA. Des prix que beaucoup estiment inaccessibles pour les citoyens à revenu moyen, notamment au vu de la hausse des prix des autres produits de consommation.

Le constat est le même pour les fruits secs, dont les prix ont, également, bondi à quelques jours du nouvel an Amazigh, puisqu'un kg de noix est affiché à 1800 DA, un kg d’amandes à 1200 da et 350 DA pour le kg de cacahuètes non épluchées, au moment où le prix d'un kg de pistaches a dépassé le seuil des 4000 DA.

Des prix jugés "excessifs" par les clients, au moment où les commerçants le considèrent "normaux" comparativement aux prix élevés des autres produits de consommation.

Un client de ce marché a affirmé, à l’APS, que les prix élevés ne constituent pas une contrainte pour acquérir le Drez, très attendu par ses enfants pendant toute l'année, et ce en dépit du fait qu'il soit un simple fonctionnaire. "Chaque mois, je veille à économiser une partie de mon salaire pour la célébration de ce type de festivités, avec l'aide de ma femme salariée ", a-t-il expliqué.

Un autre citoyen rencontré au même marché, s’est, par contre, dit " choqué" devant les prix élevés, qui l'empêchent d’acquérir le nécessaire pour "Halwate Ras el aàm" comme il en a l’habitude depuis son enfance. Il a, à cet effet, déploré, le " changement" survenu au niveau de ce marché, comparativement à ce qu'il était durant les années 70 et 80, " quand il était possible pour les riches, les moyens revenus et même les faibles revenus d'acheter le Drez, car on y proposait les mêmes types de bonbons et la vantardise n’était pas de mise à l’époque", a-t-il déploré.

Face à cette situation, beaucoup de citoyens à faibles revenus s'orientent vers les commerces de gros, qui les fournissent à moindre prix, un fait expliquant la grande affluence constatée, ces jours-ci, chez les grossistes.

 

Un riche programme pour célébrer le nouvel An Amazigh

 

A l'instar des autres wilayas du pays, les services de la wilaya de Blida ont élaboré un riche programme pour célébrer le nouvel an Amazigh, à travers différentes manifestations culturelles reflétant les us et coutumes des habitants de l'Atlas Blidéen pour la célébration de cette occasion.

La commune montagneuse de Chréa accueillera les festivités officielles de Yennayer avec la participation de nombreux secteurs, à travers l'organisation d'une exposition sur le patrimoine amazigh dans la wilaya, englobant des habits traditionnels, des produits de la poterie, en cuivre et en cuir, en plus de spectacles folkloriques avec la participation de troupes artistiques et d'écoliers.

L'occasion donnera lieu, également, à la présentation des coutumes et traditions des habitants de la wilaya pour la célébration de la nouvelle année agricole qui débute le 10 janvier, pour se poursuivre durant trois jours et qui est précédée par divers préparatifs,comme repeindre la maison et acheter de nouveaux ustensiles en terre cuite (poterie), en plus du renouvellement des pierres du " Kanoune " utilisé pour préparer les plats de Yennayer.

La Chambre d’artisanat et des métiers a, pour sa part, élaboré un programme spécial Yennayer prévoyant plusieurs activités, notamment l'organisation de la 3ème édition du concours du meilleur plat traditionnel, une occasion pour les amatrices de cuisine de se surpasser pour préparer les meilleurs plats traditionnels, dont particulièrement ceux qui sont cuisinés à l'occasion de Yennayer, à l’instar des Ftayers, plat préféré des habitants de Blida, de même que la Chakhchoukha et la Rechta.

"Une exposition artisanale est, par ailleurs, programmée les 11, 12 et 13 janvier courant, en plus d'une journée de sensibilisation sur le patrimoine de la région et sa contribution à la consécration du développement local ", a indiqué le directeur de la Chambre, Rabah Mohamed.

Blida/yennayer: "Placette Laàreb", incontournable pour s'approvisionner en "Drez"
  Publié le : mardi, 11 janvier 2022 14:36     Catégorie : Société     Lu : 1 foi (s)   Partagez