Covid-19: nécessité de lever les doutes des citoyens sur l'efficacité du vaccin

Publié le : lundi, 08 février 2021 08:47   Lu : 230 fois
Covid-19: nécessité de lever les doutes des citoyens sur l'efficacité du vaccin

ALGER - Le président de l'Assemblée populaire nationale (APN), Slimane Chenine, a appelé dimanche à Alger à associer tous les acteurs de la société à la campagne de vaccination contre la Covid-19 pour "lever les doutes des citoyens sur l'efficacité du vaccin".

Dans une allocution prononcée à l'ouverture d'une Journée d'étude sur les dispositions relatives à la vaccination anti-Covid-19, organisée par la commission de la santé, des affaires sociales, du travail et de la formation professionnelle de l’APN, M. Chenine a souligné que "toutes les parties concernées doivent assumer pleinement leur rôle dans la sensibilisation des citoyens à la nécessité de se faire vacciner pour dissiper leurs doutes sur l’efficacité et l’intérêt du vaccin".

Soulignant l’engagement clair, dès le début, quant au caractère prioritaire de la santé dans les efforts de lutte contre l’épidémie en dépit d’une situation économique difficile, le président de l’APN a rappelé que l'Algérie a adopté une approche faisant primer la décision scientifique sur la décision politique et mettant les mesures à l'abri de toute politisation malgré les fortes pressions de diverses parties.

Selon lui, les résultats obtenus sont le fruit des instructions et des recommandations du Président de la République pour qui "rien n’est plus précieux que la santé".

M. Chenine a tenu, à cette occasion, à saluer les positions des pays amis, se félicitant de leur coopération avec le gouvernement algérien pour la fourniture de vaccins en quantité suffisante.

Il a, en revanche, critiqué "le système international, représenté notamment par le Conseil de sécurité, qui n’a pas su riposter rapidement et comme il se devait à la Covid-19 et a laissé les conflits géostratégiques classiques s’insinuer dans les efforts de lutte contre cette pandémie".

Il a cité, dans ce cadre, "les pratiques commerciales privilégiant le plus offrant, ainsi que la spéculation qui a été parmi les points négatifs enregistré à travers le monde lors des différentes étapes de la pandémie, qu’il s’agisse du masque ou du matériel médical", considérant que toutes ces pratiques sont un autre aspect de l’échec moral dans les relations internationales.

Ces pratiques ont poussé l’assemblée générale de l’ONU à promulguer deux décisions non contraignantes en avril 2020 relatives à la solidarité mondiale en matière de lutte contre la Covid-19 et la coopération internationale pour garantir l’obtention, au niveau mondial, des médicaments, des vaccins et du matériel médical nécessaire à la lutte contre le coronavirus, a-t-il ajouté, citant le rôle crucial de l’OMS et la coopération étroite avec celle-ci ainsi qu’avec les autres agences.

Pour sa part, le ministre de la Santé, de la population et de la réforme hospitalière, Pr Abderrahmane Benbouzid a rappelé les moyens matériels et humains nécessaires mis en place par l’Etat pour la lutte et la prévention contre la pandémie, en consacrant plusieurs services à la prise en charge des malades au niveau des établissements hospitalier, tout en les dotant d’équipements médicaux, de produits pharmaceutiques et de staffs médicaux.

Concernant les moyens de dépistage du virus à travers tout le territoire national et des foyers de la pandémie pour réduire sa propagation, M. Benbouzid a rappelé que 82 laboratoires sont qualifiés pour effectuer le test PCR, une technique qui n’était utilisée à travers le territoire national que par trois annexes relevant de l’Institut Pasteur.

Et pour surmonter cette crise que traverse le pays depuis près d'une année à l'image de tous les pays du monde, le premier responsable du secteur a mis en avant la stratégie de son secteur pour garantir la formule adéquate permettant d'acquérir le bon vaccin et multiplier les chances d'approvisionnement ".

Face à la demande accrue sur les vaccins les plus efficaces, Pr. Benbouzid a fait savoir que " l'Algérie est en négociation avec plusieurs laboratoires étrangers depuis août 2020 dans l'objectif d'assurer les quantités requises et d'acquérir le vaccin en janvier 2021 conformément aux instructions du Président de la République".

Pour sa part, Dr. Djamel Fourar, porte parole du comité scientifique de suivi de l'évolution de la pandémie, a  évoqué les préparatifs ainsi que la stratégie mise en oeuvre par le ministère en vue de garantir le vaccin aux catégories ayant le plus besoin et de le distribuer équitablement sur toutes les régions du pays tout au long de l'année selon le calendrier de réception des quantités.

De son côté, le DG des structures de santé au ministère de tutelle, Pr. Lyes Rehal a mis en exergue le plan minutieux mis en place par le ministère en termes de nombre de lits, relevant quelques lacunes enregistrées lors du pic pandémique en juillet, octobre et novembre 2020. Ces lacunes ont été rattrapées permettant d'absorber la pression au niveau des établissements hospitaliers,a-t-il ajouté.

S'exprimant dans le même contexte, le DG de l'Institut Pasteur, Dr. Fawzi Derrar a évoqué les difficultés auxquelles l'Algérie a fait face durant les négociations pour l'acquisition du vaccin depuis août 2020 qui ont été surmontées grâce à nos experts chevronnés ayant assuré le vaccin à 70% des citoyens  depuis trois laboratoires internationaux pour garantir une immunité collective contre le virus .

Covid-19: nécessité de lever les doutes des citoyens sur l'efficacité du vaccin
  Publié le : lundi, 08 février 2021 08:47     Catégorie : SANTE - SCIENCE - TECHNOLOGIE     Lu : 230 foi (s)   Partagez