La médecine nucléaire est en "plein développement" en Algérie

Publié le : vendredi, 13 novembre 2020 15:49   Lu : 15 fois
La médecine nucléaire est en "plein développement" en Algérie

ALGER - Le président de l’Association algérienne de médecine nucléaire libérale (AAMNL), Dr Mohamed Sadreddine Bourouba, s’est félicité, vendredi à Alger, que cette spécialité soit en "plein développement" en Algérie, souhaitant, toutefois, le renforcement de celle-ci en matériel d’imagerie médicale destiné à la cancérologie et à la cardiologie.

"La médecine nucléaire est en plein développement en Algérie, aussi bien dans le secteur public que privé. Actuellement, nous comptons 49 centres dédiés à cette spécialité, répartis à travers le territoire national, dont 60 % dans le privé", a déclaré à l’APS Dr Bourouba à l’occasion de la tenue, en mode virtuel, du 3e congrès maghrébin de médecine nucléaire.

Tout en relevant l’existence de "compétences nationales avérées" dans le domaine de la médecine nucléaire, il a fait savoir que le premier service dédié à cette spécialité remonte à 1978, celui relevant du Centre Pierre et Marie Curie (CPMC) à l’hôpital Mustapha Bacha d’Alger.

Néanmoins, l’Algérie gagnerait à pallier le retard qu’elle enregistre s’agissant du matériel radioactif importé et très demandé en cancérologie, poursuit le spécialiste, déplorant, à ce propos, l’existence d’un seul PET-Scan pour toute la population, sachant que cette méthode d’imagerie médicale fait considérablement avancer le diagnostic et le traitement en cancérologie et cardiologie.


Lire aussi: La médecine nucléaire, un plus qualitatif pour améliorer la prise en charge des cancéreux


Il a précisé que le seul centre qui dispose de cette technique dépend du secteur privé et se trouve à Tizi-Ouzou, appelant à la multiplication de ce type de technique médicale, d’autant plus, relève-t-il, que le "plan national cancer" a préconisé cette mesure afin de pallier les lacunes en matière de prise en charge des cancéreux.

Abordant la thématique du congrès, Dr Bourouba a expliqué que cette rencontre de deux jours se penchera sur l’application des techniques de diagnostic et de traitement de la médecine nucléaire aussi bien en cancérologie qu’en cardiologie, alors qu'un volet sera consacré à la relation entre l’intelligence artificielle et la médecine nucléaire.

D’autre part, la forme virtuelle de cette rencontre scientifique, imposée par la conjoncture sanitaire particulière, représente un "enjeu technique", a estimé le même spécialiste, précisant que cet aspect a été pris en charge par le Centre de recherche sur l’information scientifique et technique (CERIST) en assurant la liaison entre les différents intervenants depuis l’Algérie, la Tunisie et le Maroc.

Le 3e congrès maghrébin de médecine nucléaire est parrainé par le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière en collaboration avec le Commissariat à l'énergie atomique (COMENA).

 

La médecine nucléaire est en "plein développement" en Algérie
  Publié le : vendredi, 13 novembre 2020 15:49     Catégorie : SANTE - SCIENCE - TECHNOLOGIE     Lu : 15 foi (s)   Partagez