Bouira: le rôle des transmissions durant la guerre de libération était "décisif"

Publié le : mercredi, 06 juillet 2022 19:14   Lu : 65 fois

BOUIRA - Le rôle "décisif" joué par le service des transmissions durant la guerre de libération nationale a été réaffirmé mercredi à Bouira lors d’une conférence animée à la maison de la culture Ali Zamoum par l’ancien Moujdahid Ali Medjdoub, à l’occasion de la célébration du 60e anniversaire de l’indépendance nationale.

Dans son intervention, l’ancien Moudjahid Ali Medjdoub, a mis l’accent sur la création du premier noyau des services de transmission formé dans la wilaya V (5) historique, à l’ouest du pays, où les premiers équipements de cette "arme" ont été acquis de l'étranger.

"C’était le colonel Abdelhafidh Bousssouf qui avait chargé Messaoud Zeggar pour négocier l’acquisition de ces équipements de transmission", a témoigné M. Medjdoub, qui a déserté les bancs du lycée en mai 1956 pour rejoindre le maquis et l’Armée de libération nationale (ALN) dans la wilaya II historique.

L’orateur a qualifié de "décisif" et "déterminant" le rôle joué par le service des transmissions dans la révolution nationale.

"Ce service s’est peu à peu développé avant de se généraliser par la suite dans les autres wilayas historiques dont la wilaya III et I ainsi qu’au sud du pays, où un centre d’écoute a été créé à la frontière avec le Mali", a raconté M. Medjdoub.

"Cette ‘arme’ a connu une évolution remarquable, avec l’émergence de plusieurs sections, dont celle du code Morse, pour laquelle a été créé un commandement indépendant", a-t-il expliqué, ajoutant que la première école des transmissions a été créée en 1955 sous la conduite du commandant Ali Thelidji, alias Amar, avant de se spécialiser dans les télécommunications.

"Nous appelions ça à l’époque la guerre des ondes qui avait toute une importance et c’est grâce à ce service des transmissions nationales que le commandement de la révolution a su déjouer les plans et les attaques des forces ennemies", a-t-il dit, avant de rendre hommage aux 59 opérateurs de radio du réseau des transmissions tombés en martyrs durant la Guerre de libération nationale.

Né le 27 novembre 1935 à Bordj Bou Arréridj et de parents originaires de Tamokra, à Bejaia (Ath Aidel), le moudjahid Medjdoub Ali a effectué ses études primaires et de collège à Bordj Bou Arréridj avant de rejoindre le lycée Albertini de Sétif où il a poursuivi son cursus jusqu’en terminale Maths.

Durant ses études au lycée, il suivait en parallèle, chaque jeudi, une formation en radio et équipements de transmission pour le brevet préparation militaire supérieure, selon une fiche de sa biographie présentée lors de cette rencontre, qui s’est déroulée en présence des autorités civiles et militaires de la wilaya.

Après la grève des étudiants du 19 mai 1956, il a quitté les bancs du lycée pour rallier le maquis et l’ALN dans la wilaya III puis dans la wilaya I. A la fin décembre 1957 et début 1958, il est resté à la zone 6 frontalière de Tebessa pour l’acheminement des armes à partir de la Tunisie.

Une exposition dédiée aux anciens équipements et machines (batteries), (chargeurs), (émetteurs et récepteurs) utilisées durant la guerre de libération nationale a été organisée au hall de la maison de la culture Ali ZaâmoumZaâmoum, a l'occasion.

Bouira: le rôle des transmissions durant la guerre de libération était "décisif"
  Publié le : mercredi, 06 juillet 2022 19:14     Catégorie : Régions     Lu : 65 foi (s)   Partagez