Relance du barrage vert à Nâama : des ambitions et des entraves

Publié le : samedi, 20 mars 2021 15:07   Lu : 56 fois
Relance du barrage vert à Nâama : des ambitions et des entraves

NAAMA - La conservation des forêts de la wilaya de Nâama s’attèle à concrétiser un programme de réhabilitation du barrage vert, comportant plusieurs actions visant à protéger et réhabiliter les écosystèmes vulnérables et à intensifier la plantation de nouveaux périmètres de reboisement.

Le programme 2019-2022 en cours de réalisation porte sur la création de nouveaux périmètres de reboisement pour l’extension du barrage vert, la compensation des surfaces détériorées par la sécheresse et la prolifération des maladies phytosanitaires. Ces périmètres seront réalisés sur une surface de plus de 700 ha en plus d’autres travaux de fixation des dunes sur 100 ha, la pose de brise-vents sur 176 km dans le cadre de la lutte contre la désertification et l’érosion, a fait savoir le conservateur local des forêts, Ammam Mimoune, à la veille de la journée internationale des forêts.

Les travaux de reboisement intensifiés se poursuivent au niveau de plusieurs régions de la wilaya dont Koudiet Touadjer (Nâama), Lharmel (Mekmen Benamar), Boughellaba (Ain Sefra), Khebbaza (El Bayoudh), Laardja et Langar (Tiout) et Btémat (Kasdir), selon le même responsable.

La conservation des forêts enregistre également des travaux de maintenance de 150 has de surfaces boisées détériorés du barrage vert se trouvent en phase finale en plus de la protection de 1300 autres has de terres steppiques et pastorales, notamment celles exposés aux risques des changements climatiques, aux pratiques anarchiques de l’homme dont le pacage intensifié, a-t-on ajouté.


Lire aussi : Relance du barrage vert à Tébessa: vers l’amélioration des conditions de vie des habitants


Dans ce cadre, la campagne nationale de reboisement se poursuit à travers la programmation de la distribution et plantation de 140.000 arbustes. Cette campagne enregistre un taux avancement de 40 %, à travers le lancement de dizaines de campagnes de reboisement à travers les zones urbaines et semi-urbaines de la wilaya durant la période de reboisement avec la participation de plusieurs instances et partenaires.

Pour les besoins de ce programme de relance du barrage vert, les chargés de l’opération ont opté pour des types d'arbustes s’adaptant au climat et le col de la région comme le Cyprès, le tamarix et l’acacia. La plantation d’oliviers a été également lancée sur une superficie de plus de 4.500 has à travers plusieurs régions de la wilaya.

 

Des efforts et des entraves

 

Les spécialistes de la conservation des forêts relèvent que l’avancement de ces travaux de plantation fait souvent face à des entraves empêchant d’atteindre des taux de réussite plus élevés, notamment au niveau des nouveaux périmètres de plantation et le manque de collaboration de la population locale, majoritairement des nomade et des éleveurs qui utilisent ces périmètres comme lieux de pacage pour leur troupeaux.

"Ces pratiques détériorent ces surfaces et freinent la croissance des arbustes", selon le conservateur des forêts.

L’autre problème évoqué est celui causé par le ver du pin d'Alep, connu sous le nom de chenille processionnaire. Plusieurs opérations ont été menées pour traiter les arbres des zones forestières de la wilaya contre ce fléau ravageur, touchant, l’année dernière, plus de 190 has.

A cela, s’ajoute le phénomène de dépérissement et de mort des pins d'Alep dans la forêt de Draa El-Oud,dans la commune de Mecheria. Cette surface de plus de 400 has a été infestée par un insecte nuisible causant une perte de plus de 1500 arbres dans la région. Des mesures techniques ont été entreprises pour lutter contre la propagation de cet insecte .

Par ailleurs, la conservation des forêts a entamé la réhabilitation des zones pastorales dans le cadre du plan de relance et d’extension du programme du barrage vert. L’aménagement des pâturages affectés par l'exploitation irrationnelle a été entrepris avec la plantation de 3.000 has de terres.

L’opération se poursuit pour régénérer le couvert végétal des zones steppiques dégradées, tout en assurant des techniques plus efficaces pour le lancement de la production d'arbustes fourragers par la création de petites pépinières dans la wilaya, a-t-on expliqué.

Dans cette optique, la pépinière "Sedrat El Ghazel" de Nâama assure la production saisonnière de 60 000 jeunes plants à Belhandjir (10 km à l'ouest de la commune d'Ain Sefra ) d'une capacité de production de 120 000 arbustes par an, où les variétés adaptées à la région sont choisies , ajoute on.

 

Réhabiliter les milieux forestiers dégradés

 

La conservation des forêts intensifie les programmes de sensibilisation sur l'importance de la préservation de l'environnement forestier et steppique en organisant des journées d'études périodiques pour impliquer les acteurs et les différents secteurs ainsi que les associations locales.

L’objectif étant la recherche de solutions aux problèmes de désertification dans le contexte du développement durable et en conférant davantage d’efficacité aux projets réalisés.

Cette même direction accompagne des programmes de recherche scientifique, technologique et forestière ainsi que des missions scientifiques permettant aux chercheurs d'examiner la pertinence et l'adaptabilité de nombreuses variétés d'arbres dans les régions de la wilaya, exposées à la désertification et à la sécheresse et au déclin du couvert forestier et végétal.


Lire aussi : Nécessité de conférer un caractère économique au Barrage Vert


Dans ce cadre, plusieurs conventions de partenariat et accords de coopération ont été signés dans le domaine des forêts et de la protection des ressources naturelles avec plusieurs instituts nationaux spécialisés et universités pour effectuer des missions scientifiques. Ces missions permettent d'examiner le rôle de diverses variétés forestières dans la lutte contre la dégradation des sols en zones arides et semi-arides, semi-humides et arides.

Ces missions procèdent à des échanges d’information et de transferts de connaissances et technologies aux responsables du secteur des forêts de la wilaya. Ces derniers bénéficient également de connaissances liées au renforcement des capacités de production dans le domaine de la plantation forestière et de la lutte contre la désertification.

Les données de la conservation des forêts de Nâama font état que 74 % de la superficie de la wilaya sont constitués de zones steppiques. La superficie forestière est estimée à plus de 179.000 ha dont plus de 57.000 ha boisés dans le cadre du barrage vert. L’alfa représente une superficie de 577.000 ha.

Relance du barrage vert à Nâama : des ambitions et des entraves
  Publié le : samedi, 20 mars 2021 15:07     Catégorie : Régions     Lu : 56 foi (s)   Partagez