SETIF - "Rassassat ghadr" (Une balle traîtresse), un spectacle exécuté par des éléments des Scouts musulmans algériens (SMA) du commissariat de Sétif a reproduit samedi sur le même lieu historique les évènements marquant le début des massacres du 8 mai 1945 dans une ambiance chargée d’émotion.
SETIF - L'ambassadeur de France en Algérie, François Gouyette, s'est rendu, samedi à Sétif, où il a déposé une gerbe de fleurs devant la stèle commémorative de Saal Bouzid, premier martyr des massacres du 8 mai 1945.
SETIF - Des milliers d’Algériens ont marché, samedi à Sétif, pour la mémoire et la fidélité aux 45.000 martyrs tombés le 8 mai 1945 sous les balles de l’armée coloniale française à Sétif, Guelma et Kherrata, et ce, à l'occasion des célébrations officielles de la journée nationale de la Mémoire et le 76e anniversaire de ces évènements tragiques.
BOUIRA - Les massacres commis par les forces coloniales françaises le 8 mai 1945 à Sétif, Guelma, Kherrata, "étaient d’horribles crimes de guerre" dont les auteurs doivent comparaître devant les tribunaux internationaux, ont souligné samedi à Bouira des historiens.
M'SILA - Une nouvelle ligne de transport ferroviaire M'sila-Alger sera "prochainement" mise en exploitation après plus de quatre années de suspension, a-t-on appris samedi de la direction de wilaya des transports.
MEDEA - La mise en œuvre du futur plan permanent de mise en valeur du secteur sauvegardé de la vielle ville de Médéa constitue un véritable "défi" pour les promoteurs de ce projet, eu égard à la complexité de la tâche et de l'envergure des actions qui seront entreprises pour sa matérialisation.
GUELMA- Même si la majorité des témoins oculaires des massacres du 8 mai 1945 à Guelma ne sont plus de ce monde pour en célébrer le 76è anniversaire, les lieux et sites où les forces coloniales ont massacré des innocents désarmés et incinéré leurs cadavres, demeurent des "témoins éternels" de l’horreur de ce crime, selon des témoignages recueillis in situ par des passionnés de cette période de l'histoire de l'Algérie.
TLEMCEN- Les massacres du 8 mai 1945, perpétrés par les forces coloniales françaises contre le peuple algérien, comptent parmi les crimes de guerre et les crimes contre l'humanité les plus odieux commis au cours du XXème siècle, a estimé l’historien Attar Mohamed, conservateur de patrimoine au musée du moudjahid de la wilaya V historique de Tlemcen.
AIN TEMOUCHENT - Les massacres du 8 mai 1945 nécessitent davantage de recherches et d’exploration par les historiens et académiciens pour mettre en lumière ce chapitre historique important et décisif dans la préparation du déclenchement de la guerre de libération, a estimé le Secrétaire de wilaya de l’Organisation nationale des Moudjahidine (ONM) d’Aïn-Temouchent, le moudjahid Mokhtar Bencherrat.
BEJAIA- 76 ans après les massacres subies, la population de Kherrata n’arrive toujours pas à exorciser son mal, ni à oublier sa tragédie. " C’est une blessure béante, ouverte à jamais ", selon Said Allik, l’un des derniers survivants de cette effroyable journée du 8 mai 45, et qui malgré son âge (89 ans) et sa santé vacillante, en garde jalousement l’atroce souvenir.