RABAT - Le Front social marocain a appelé à l'organisation samedi prochain d'une manifestation dans différentes régions du royaume pour dénoncer la flambée des prix et protester contre la répression systématique des différents groupes sociaux et des voix critiques.

Published in Monde

RABAT- La Coalition marocaine des instances des droits humains(CMIDH) a appelé les autorités à cesser toutes les poursuites judiciaires abusives à l'encontre des enseignants contractuels, condamnant le recours des forces de l'ordre à la répression pour disperser les différentes actions de protestation des enseignants.

Published in Monde

RABAT - L'Association marocaine des droits de l'Homme a assuré que la politique de répression, d'intimidation et de restriction des droits et libertés adoptée par le régime, ne peut décourager les défenseurs des droits de l'Homme de continuer à dénoncer la corruption et la tyrannie, et de continuer la lutte pour la liberté et la justice sociale.

Published in Monde

PARIS- Une dizaine d'associations marocaines de défense des droits de l'Homme activant en France ont appelé, jeudi, à un rassemblement le 5 mars devant l'ambassade du Maroc en France, pour dénoncer les pratiques répressives du régime du Makhzen et exiger la libération de tous les détenus politiques dans le royaume.

Published in Monde

PARIS - L'ONG Reporters sans frontières (RSF) a dénoncé, jeudi, "l'instrumentalisation de la justice contre les journalistes" au Maroc, appelant à la libération de l'éditorialiste Souleiman Raissouni, condamné en appel à une sévère peine de cinq ans de prison pour "attentat à la pudeur avec violence".

Published in Monde

CASABLANCA - La Cour d'appel de Casablanca a confirmé mercredi une sévère peine de cinq ans de prison ferme à l'encontre du journaliste marocain Soulaimane Raissouni, pour "attentat à la pudeur avec violence", ont rapporté des médias.

Cette peine a été décidée en juillet dernier alors qu'il était en détention préventive depuis mai 2020, mais la défense avait décidé de faire appel.

"Ce jugement est la preuve qu'on veut se venger de M. Raissouni. Nous sommes très déçus, on s'attendait à ce qu'il soit innocenté au regard de l'ensemble des failles exposés tout au long du procès", a déclaré son avocat, Miloud Kandil à la sortie de la salle d'audience.

La défense du journaliste a aussitôt décidé de se pourvoir en cassation, à l'issue d'une audience qui a duré huit heures, rapportent les médias.

Comme en première instance, la peine d'emprisonnement est assortie de dommages-intérêts de 100.000 dirhams (environ 9.500 euros) en faveur du plaignant.

Le verdict a été mal accueilli par les soutiens de M. Raissouni qui avaient rempli une salle d'audience comble, au cri de "procès inique". "Soulaimane sois rassuré, nous allons continuer le combat", ont-ils promis. 

Raissouni, un éditorialiste de 49 ans connu pour son ton critique vis-à-vis des autorités, était accusé d'"agression sexuelle", charge qu'il a toujours rejetée devant le tribunal. Ses soutiens dénoncent un "procès politique", tandis que le plaignant se défend d'être "instrumentalisé politiquement".

L'enquête avait été ouverte à la suite d'une publication sur Facebook dans laquelle l'accusateur incriminait, sous pseudonyme, M. Raissouni de l'avoir agressé sexuellement.

De son côté, l'ancien rédacteur en chef du journal Akhbar Al Yaoum et ses avocats ont fustigé à plusieurs reprises les "failles" du dossier. "Cette affaire est émaillée des mensonges du plaignant. Tout au long du processus judiciaire, il s'est contredit", a soutenu M. Raissouni en énumérant point par point ces "contradictions" à la barre.

Son comité de soutien au Maroc a fustigé un procès "à caractère politique et revanchard". Reporters sans Frontières (RSF) avait plaidé pour que le journaliste -- engagé dans la défense de la liberté de la presse -- soit libéré dans l'attente d'"un procès équitable".

Deux autres journalistes marocains, Omar Radi et Taoufik Bouachrine, ont été condamnés à de lourdes peines de prison ferme pour des agressions sexuelles qu'ils rejettent. M. Radi, dont le procès en appel est en cours, est également accusé d'"espionnage".

 

Published in Monde

RABAT - L'Association nationale des diplômés chômeurs au Maroc a dénoncé la répression qui vise les luttes du peuple marocain et réclamé l'annulation des "faux-procès" contre les détenus et les chômeurs en particulier.

Published in Monde

RABAT - L'Association nationale des diplômés chômeurs au Maroc (section Imzouren) a condamné samedi la répression qu'ont subie ses membres de la part des services de sécurité lors des différents sit-in, soulignant que "les autorités portent l'entière responsabilité dans ce qui est arrivé, étant donné qu'elles sont le premier responsable du retard accusé dans la satisfaction des revendications soulevées".

Published in Monde

RABAT - Les revendications socioprofessionnelles au Maroc continuent à être exprimées, ces derniers jours, par plusieurs corporations, dont l'Enseignement supérieur et l'Education nationale qui reviennent à la charge, en prévoyant un débrayage dans leurs secteurs respectifs, ponctués de sit-in devant la tutelle.

Published in Monde

RABAT - Le gouvernement marocain issu des élections de 2021 a "choqué" les électeurs et l'opinion publique à travers les décisions qu'il a prises et qui ont eu des répercussions "négatives" sur le plan social, a indiqué le chercheur marocain, Driss El-Ganbouri.

Published in Monde