Syrie: reprise des combats à Baghouz, situation sanitaire et humanitaire préoccupante

Publié le : mercredi, 13 mars 2019 14:15   Lu : 0 fois
Syrie: reprise des combats à Baghouz, situation sanitaire et humanitaire préoccupante

ALGER - Les bombardements contre les éléments du groupe terroriste "Etat islamique" (EI/Daech) ont repris dans la localité de Baghouz dans l'est de la Syrie, lors desquels 3.000 terroristes se sont rendus aux Forces démocratiques syriennes (FDS), alors que l'Onu et plusieurs ONG ont dénoncé des niveaux insoutenables de la situation sanitaire et humanitaire.

Les FDS, une alliance de combattants kurdes et arabes, sont engagées depuis décembre dans une offensive contre Daech avec le soutien d'une coalition internationale antiterroriste emmenée par les Etats-Unis.

Selon l'alliance, la reprise des bombardements mardi soir s'ajoute à deux nuits consécutives de bombardements incessants ayant tué des dizaines de terroristes.

"Le nombre des membres du groupe Etat islamique qui se sont rendus depuis hier soir (lundi) est passé à 3.000. Trois femmes yazidies et quatre enfants ont également été secourus", a écrit sur Twitter Mustefa Bali, un porte-parole des FDS. Environ 400 personnes avaient déjà été évacuées lundi du réduit de Daech, selon l'alliance arabo-kurde.

Plus tôt mardi, un commandant d'une unité des FDS Ali Cheir avait rapporté un arrêt des combats pour ouvrir la voie à une nouvelle vague d'évacuations.

"La nuit, les avions de la coalition visent tout mouvement, et en conséquence, les capitulations ont lieu le matin. On interrompt nos tirs totalement pour qu'ils se rendent", a-t-il dit.

"Quelques centaines de terroristes étrangers demeurent" à l'intérieur de la poche, a indiqué le porte-parole de la coalition internationale, Sean Ryan.

En parallèle, une nouvelle conférence des donateurs s'est ouverte mardi à Bruxelles avec l'objectif de mobiliser près de 9 milliards de dollars pour aider les réfugiés syriens.


Lire aussi: Messahel: "le problème qui se pose à la Syrie doit être réglé dans le cadre syrien"


"La conférence ne doit pas seulement être un exercice de levée de fonds.

Elle doit être accompagnée d'un message politique sur la conditionnalité de l'aide pour la reconstruction et le refus de l'impunité pour les dirigeants syriens coupables de crimes", a expliqué un diplomate européen.

Les Nations unies ont chiffré à 5,5 milliards de dollars (4,4 milliards d'euros) les besoins financiers pour assister les quelque 5,6 millions de Syriens réfugiés hors de leur pays, en Turquie, au Liban, en Jordanie, en Irak et en Egypte. Un montant additionnel de 3,3 milliards de dollars (2,9 milliards d'euros) est destiné aux populations à l'intérieur de la Syrie confrontées à une situation humanitaire qualifiée d'"insoutenable" par l'ONG Médecins du monde.

 

== Situation humanitaire et humanitaire insoutenable ==

 

Dans un communiqué publié le jour où s'ouvre à Bruxelles la troisième "Conférence pour l'avenir de la Syrie", MDM assure que "les besoins humanitaires, notamment en santé, sont immenses pour la population civile syrienne traumatisée et épuisée par un conflit qui n'en finit pas".

L'ONG rappelle que "plus de 400.000 personnes sont mortes et 13,2 millions ont besoin d'une assistance" dans le pays, que les deux-tiers des personnels de santé ont quitté.

"Après huit ans d'un conflit épouvantable, nous pensions avoir vu le pire, mais les années passent et le constat est de plus en plus alarmant.

La relégation au second plan dans les médias de ce sujet ne doit pas nous faire oublier la tragédie en cours, notamment pour le personnel soignant", a indiqué Dr Philippe de Botton, président de Médecins du Monde.

"Quinze pour cent des Syriens ont des besoins en santé mentale à cause des traumatismes subis, auxquels MDM tente de répondre", ajoute le communiqué.

"Cette crise invisible aura des répercussions pour les générations à venir si les parties impliquées ne les prennent pas en compte", selon le texte.

Plus tôt, le directeur régional du Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef) pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord Geert Cappelaere, a souligné que les enfants ayant grandi au sein du groupe terroriste Daech "ne doivent pas être stigmatisés comme des terroristes".

"Le sort des enfants des terroristes qui ont fui ces derniers jours l'ultime réduit de l'EI dans l'est syrien ne doit pas être ignoré", "Le message selon lequel ces enfants sont indésirables prend de l'ampleur", a affirmé M. Cappelaere lors d'une conférence de presse.

Selon l'Unicef, quelque 3.000 enfants étrangers se trouvent actuellement dans le camp de déplacés d'Al-Hol (nord-est de la Syrie), qui a accueilli la majorité des personnes fuyant ces dernières semaines l'ultime poche de l'EI, pilonnée par les Forces démocratiques syriennes (FDS). Ils sont originaires d'au moins 43 pays, dont beaucoup sont réticents à l'idée de les rapatrier.

La crise en Syrie a fait plus de 360.000 morts et des millions de déplacés, selon des estimations.

Syrie: reprise des combats à Baghouz, situation sanitaire et humanitaire préoccupante
  Publié le : mercredi, 13 mars 2019 14:15     Catégorie : Monde     Lu : 0 foi (s)   Partagez