Sommet CoréeNord-USA: poursuite des contacts, Séoul appelé à cesser les manœuvres militaires

Publié le : lundi, 14 janvier 2019 15:59   Lu : 4 fois

ALGER - Les efforts diplomatiques pour l'organisation d'un deuxième Sommet entre les dirigeants de la Corée du Nord et des Etats-Unis se multiplient, ce qui soutient la volonté des deux parties à poursuivre leurs contacts, qui restent, toutefois, tributaires de l'avenir des relations bilatérales entre Pyongyang et Séoul.

En effet, lors d'une récente rencontre entre le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un et le président chinois, Xi Jinping, à Pékin, les deux responsables ont qualifié le prochain Sommet de "rare chance historique" pour parvenir à un règlement politique, soulignant que les efforts concertés entre les deux parties ont permis d'ouvrir un "chapitre historique" en 2018 et de faire avancer le règlement de la question de la péninsule coréenne.

Dans ce sens, M. Xi a réitéré le soutien de Pékin à Pyongyang dans son "plan stratégique sur le développement économique et l'amélioration du bien-être du peuple coréen".

M. Kim a, pour sa part, émis l'espoir que les parties en présence attacheraient une grande importance aux préoccupations légitimes de la Corée du Nord et y répondraient positivement, tout en travaillant ensemble à une solution globale de la question de la péninsule coréenne.

En réaction à cette rencontre, Séoul a estimé que la Chine a joué un rôle "positif" dans la dénucléarisation de la péninsule coréenne et l'amélioration des relations entre les deux Corées.

Selon le président sud-coréen, Moon Jae-in, "la dernière rencontre entre les dirigeants suprêmes de la Chine et de la Corée du Nord pourrait contribuer à la réussite du second sommet prévue entre M. Kim et le président américain, Donald Trump".


Lire aussi: La RPDC travaille pour obtenir des résultats au second sommet avec les États-Unis


Evoquant la position du Japon, M. Moon a appelé Tokyo à avoir une attitude "plus humble" vis-à-vis de l'Histoire, un héritage de la brutale occupation de la péninsule coréenne par le Japon, entre 1910 et 1945 et les dédommagements liés à la guerre.

"Je crois que le gouvernement japonais devrait adopter une attitude plus humble (...) mais les hommes politiques japonais politisent le sujet", a-t-il déploré.

Le président américain, Donald Trump, a, de son côté, affirmé, que des négociations étaient en cours pour déterminer le lieu de son prochain sommet avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, réitérant la volonté des deux parties à se réunir.

"Ils veulent une rencontre et nous voulons une rencontre (...) Nous avons un très bon dialogue avec la Corée du Nord", a-t-il rassuré.

Une réunion historique entre le président américain, Donald Trump, et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un a été tenue à Singapour le 12 juin 2018 donnant lieu à un document conjoint dans lequel la Corée du Nord s'engageait à œuvrer pour la dénucléarisation de la péninsule coréenne en échange de garanties de sécurité fournies par les Etats-Unis.

 

Séoul appelé à cesser les manœuvres militaires avec les Etats-Unis

 

Si la Corée du Nord a réaffirmé sa position en faveur de la dénucléarisation et d'un règlement de la question de la péninsule coréenne par le dialogue et les consultations, elle a, toutefois, exprimé sa préoccupation face aux exercices militaires conjoints de la Corée du Sud et des Etats-Unis, les appelant à cesser ces manœuvres afin d'instaurer "la paix et de la prospérité", comme cela a été clairement promis lors des négociations entre le Nord et le Sud.

Pour Pyongyang, l'éradication de la menace nucléaire dans la péninsule coréenne et l'instauration d'un climat de paix sont les conditions indispensables au développement des relations intercoréennes.

Selon la Corée du Nord, le voisin du Sud doit également refuser toute nouvelle livraison d'armes de l'étranger, et stopper l'importation de produits à vocation militaire, comprenant des armes stratégiques.

Les manœuvres conjointes des forces militaires sud-coréennes et américaines sont considérées par Pyongyang comme des "provocations militaires" et entravent "les efforts déployés pour développer un dialogue fructueux entre la Corée du Nord et la Corée du Sud".


Lire aussi: 2018/ les deux Corées: une année marquée par un rapprochement entre Pyongyang et Séoul

Lors du sommet réunissant les dirigeants sud-coréens et nord-coréens tenu le 27 avril 2018 en Corée du Sud, Moon Jae-in et Kim Jong-Un ont signé la Déclaration de Panmunjeom pour la paix, la prospérité et l'unification de la péninsule coréenne.

Au cours des pourparlers, les deux parties avaient convenu de travailler ensemble sur la dénucléarisation "complète" de la péninsule coréenne et de mettre officiellement un terme à la guerre de Corée de 1950-1953, qui s’est terminée par la signature d’un traité d'armistice.

Le leader nord-coréen s'est dit lui aussi disposé à rencontrer Donald Trump à tout moment, mettant en garde que Pyongyang pourrait changer d'attitude si Washington maintenait, malgré le rapprochement diplomatique opéré depuis juin, ses sanctions économiques contre la Corée du Nord.

Pendant que les présidents américain et nord-coréen discutent pour déterminer le lieu de la rencontre, des spéculations indiquent que le Vietnam pourrait abriter le deuxième sommet entre Kim Jong Un et Donald Trump, comme en témoigne les réunions tenues à plusieurs reprises entre des diplomates américains et nord-coréens à Hanoï.

Le Vietnam, a-t-on souligné, pourrait accueillir l'événement, en particulier "parce que ce pays d’Asie du Sud-Est entretient de bonnes relations diplomatiques aussi bien avec Washington qu'avec Pyongyang".

Sommet CoréeNord-USA: poursuite des contacts, Séoul appelé à cesser les manœuvres militaires
  Publié le : lundi, 14 janvier 2019 15:59     Catégorie : Monde     Lu : 4 foi (s)   Partagez