Pays moins avancés: le manque de financements fait partie des plus grands défis

Publié le : jeudi, 20 juillet 2017 16:49   Lu : 2 fois

ALGER - Le manque de financements fait partie des plus grands défis pour les 47 Pays les moins avancés (PMA) dans leur mise en œuvre des objectifs de développement durable (ODD), selon un rapport des Nations Unie publié sur son site web.

"Alors que nous continuons à voir des progrès mitigés pour ce groupe de pays, il existe un potentiel énorme pour combler les lacunes et accélérer la dynamique face à leurs besoins d'investissement"  a déclaré Fekitamoeloa Katoa Utoikamanu, la Haut Représentante nouvellement nommée pour les pays les moins avancés, les pays en développement sans littoral et les petits Etats insulaires en développement.

Dans ce cadre, elle a exhorté ces gouvernements à collaborer avec les partenaires du développement, la société civile et le secteur privé pour réduire la pauvreté, réduire les inégalités et sauver l'environnement.

Mme Utoikamanu a noté que les PMA sont parmi les pays les plus vulnérables au monde avec de vastes segments de leur population vivant dans l'extrême pauvreté avec peu de perspectives d'améliorer leur situation,  lors de sa présentation de l'édition 2017 du rapport sur l'état des pays les moins avancés au siège de l'ONU à New York.

Le rapport se concentre sur le financement du Programme d'action d'Istanbul, qui présente la vision et la stratégie pour le développement durable des PMA d'ici 2020, et sur les objectifs de développement durable (ODD), qui ont été adoptés par tous les pays en 2015 en vue de créer un monde pacifique et inclusif sans pauvreté d'ici 2030.

La réalisation des objectifs du programme d'action d'Istanbul complète les efforts visant à atteindre les ODD, a souligné la Haut représentante des PMA.

Toutefois, en raison des grandes lacunes en matière d'investissement, y compris pour l'énergie durable et les technologies de l'information et de la communication, le rapport note que l'accès à tous les modes de financement doit augmenter pour les PMA.

Selon le rapport, la croissance moyenne du produit intérieur brut (PIB) pour les PMA est restée faible à 3,8% en 2015, le taux le plus bas au cours des deux dernières décennies et bien inférieur à l'objectif de 7% fixé par le Programme d'Istanbul.

La part des PMA dans le commerce global a continué de diminuer, passant de 1,09% en 2014 à 0,97% en 2015, ce qui rend difficile d'atteindre l'objectif de 2%, constate la même source.

Toutefois, le rapport souligne les progrès dans quelques domaines, à savoir  dans le secteur des transports, et l'accès à l'électricité, qui est passé de 32,3% de la population en 2010 à 38,3% en 2014.

Pour rappel, en juin dernier, la Guinée équatoriale est sortie du groupe, ce qui porte le nombre de PMA à 47. Neuf (9) PMA ont atteint le niveau pour sortir du groupe en 2015, tandis que d'autres aspirent à y arriver en 2020 ou peu de temps après.

Pays moins avancés: le manque de financements fait partie des plus grands défis
  Publié le : jeudi, 20 juillet 2017 16:49     Catégorie : Monde     Lu : 2 foi (s)   Partagez