Print this page

l’Afrique mérite une place dans les catégories permanentes et non permanentes du Conseil de sécurité (C10)

Publié le : lundi, 03 juillet 2017 09:34   Lu : 4 fois
  • Partagez
l’Afrique mérite une place dans les catégories permanentes et non permanentes du Conseil de sécurité (C10)
APS PHOTOS © 2017

ADDIS-ABEBA - Les dirigeants africains ont exigé dimanche à Addis-Abeba lors de la réunion du Comité des dix (C-10) sur la réforme des Nations unies, une place dans les catégories permanentes et non permanentes du Conseil de sécurité de l’ONU avec toutes les prérogatives et privilèges, appelant les Africains à continuer à parler d'une seule voix dans l'unité.

Compte tenu des réalités géopolitiques actuelles en termes de sa force numérique, de sa puissance économique croissante, de sa dynamique démographique et de son rôle croissant dans instances multilatérales, l'Afrique mérite une place dans les catégories permanentes et non permanentes du Conseil de sécurité, ont-ils indiqué dans leur rapport adopté lors de cette réunion à laquelle a pris part le ministre des Affaires étrangères Abdelkader Messahel, tenue en marge des travaux de la  31e session du Conseil exécutif de l’Union africaine.

Il convient dès lors d'admettre l'Afrique dans ces catégories, notamment la catégorie permanente avec toutes les prérogatives et privilèges, y compris le droit de veto conformément à la position africaine commune , ont-ils souligné.

"Ils ont affirmé, dans ce sens, que la position africaine commune telle que décrite dans le Consensus d'Ezulwini et la Déclaration de Syrte sont les seules options viables pour remédier à l'injustice historique faite au continent africain", expliquant qu’il devrait donc élaborer une stratégie pour relancer et redynamiser la campagne pour la position africaine commune, reflétant notamment la force croissante, la contribution et l'influence de sécurité des pays africains sur la scène internationale.

Les responsables réunis à la veille de la 29e Conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement ont également soutenu que  l'Afrique doit continuer de rejeter toute approche intermédiaire ou transitoire de la réforme du Conseil de sécurité de l'ONU, car elles compromettent sérieusement la position africaine commune.

Dans cette optique, ils ont soutenu que "tous les Etats membres de l'UA doivent, lors de la soixante-douzième session de l'Assemblée générale des Nations unies qui se tiendra en septembre 2017, réclamer une réforme globale du Conseil de sécurité de l'ONU basée sur la position africaine  commune dans leurs déclarations nationales respectives".

Réaffirmant que tous les Etats membres de l’UA  "doivent inclure" la position africaine commune sur la réforme du Conseil de sécurité de l'ONU dans leurs priorités politiques étrangères respectives, ils ont expliqué que cette position africaine commune doit toujours être un élément stratégique de l'ordre du jour et du plan de travail de l'Assemblée jusqu'à ce que la position soit réalisée.

 

-L'Afrique doit rester cohérente et parler d'une seule voix-

 

Par la même occasion, les responsables ont à cet égard, appelé les pays africains à retirer leur adhésion à tous les autres groupes d'intérêts, y compris la nouvelle Réforme de Groupe d'amis sur la réforme du Conseil de Sécurité des Nations unies.

"L'Afrique doit donc rester cohérente sur tous les aspects du processus de réforme et continuer à parler d'une seule voix dans l'unité du but jusqu'à ce que les exigences de la position africaine commune soient réalisées", ont-ils insisté.

Dorénavant, ajoutent les responsables, le C-10 doit poursuivre ses efforts de sensibilisation de haut niveau avec les groupes d'intérêt et les Etats membres afin de consolider les gains réalisés et il doit continuer de solliciter les Etats membres qui n'ont pas pleinement ou pas encore soutenu la position africaine commune de créer l'impulsion nécessaire pour une réparation précoce de l'injustice historique que le continent africain continue de subir, ce qui permettra de renforcer le rôle du Conseil de sécurité.

Le C-10 doit, à cet égard, selon les responsables africains, envisager d'organiser des réunions de sensibilisation ministérielles avec les Etats membres / groupes d'intérêt de l’ONU, " ce qui serait très utiles pour créer la volonté politique nécessaire pour remédier au cas particulier de l'Afrique dans le cadre du Consensus d'Ezulwini".

Cette 31e session du Conseil de sécurité de l’UA, dont les travaux de deux jours qui devaient s’achever samedi, se poursuivaient dimanche par l’examen de plusieurs rapports et l’adoption de décisions débattus lors de cette session.

 

Les décisions de la 31e session du Conseil exécutif de l’UA seront soumis aux chefs d’Etat et de gouvernement lors de leur 29e conférence les 3 et 4 juillet pour examen et adoption.

l’Afrique mérite une place dans les catégories permanentes et non permanentes du Conseil de sécurité (C10)
  Publié le : lundi, 03 juillet 2017 09:34     Catégorie : Monde     Lu : 4 foi (s)   Partagez