L'ONU met en garde contre l’aggravation de la crise humanitaire à Ghaza

Publié le : samedi, 27 mai 2017 10:31   Lu : 14 fois
L'ONU met en garde contre l’aggravation de la crise humanitaire à Ghaza
APS PHOTOS © 2017

NEW YORK- Le Coordonnateur spécial des Nations Unies  pour le processus de paix au Moyen-Orient, Nickolay Mladenov, a mis en  garde vendredi contre l’aggravation de la crise humanitaire à Ghaza en  alertant le Conseil de sécurité sur un possible conflit dans la région.

S’exprimant lors de la présentation de son exposé mensuel sur la situation  au Moyen-Orient, Mladenov a alerté le Conseil de sécurité sur une nouvelle  crise naissante à Ghaza qui pourrait devenir incontrôlable si des mesures  urgentes ne sont pas prises pour faire retomber les tensions. Ghaza est au milieu d’une crise énergétique sans précédent, a-t-il averti.

La centrale électrique qui fournit 30% de l’électricité à Ghaza a cessé de  fonctionner le 16 avril dernier à cause d’un différend entre l’Autorité  palestinienne et le mouvement Hamas sur l’imposition du carburant. La crise de l’électricité à Ghaza risque de s’accentuer avec l’arrêt de l’approvisionnement, assuré par l’Egypte, et aussi par la décision du  gouvernement palestinien de plafonner ses achats d’électricité d’Israël, a  précisé Mladenov.

Depuis avril dernier, les Palestiniens de Ghaza reçoivent en moyenne  quatre heures d'électricité par jour. Ce sont les Palestiniens pauvres qui  en paieront le prix en perdant l'accès à l'électricité, à l'eau, et aux  services de santé et d'assainissement, a-t-il prévenu.

L’émissaire de l’ONU a indiqué que les hôpitaux étaient obligés de  reporter certaines opérations chirurgicales et avaient réduit de 80% les  services de stérilisation.

Depuis la mi-avril, les centrales de désalinisation ne fonctionnent qu'à  15% de leurs capacités et l'eau potable n'est fournie que quelques heures  tous les deux à quatre jours.

Le Coordonnateur spécial a assuré que l'ONU s'efforce d'atténuer les  conséquences humanitaires de cette crise. Ainsi, une opération d'urgence  pour livrer des combustibles est en cours, mais les réserves vont s'épuiser  dans les jours à venir, a-t-il dit.

L'envoyé de l'ONU a indiqué que le gouvernement palestinien avait maintenu  en avril sa décision de réduire les salaires de près de 60.000 employés du  secteur public à Ghaza estimant qu’il était important que le poids des  décisions de réduction des dépenses soit réparti équitablement.

Evoquant par ailleurs, le conflit au Moyen Orient, l’émissaire de l’ONU a  recensé six morts parmi les Palestiniens au cours des dernières semaines.  Il s’est aussi inquiété de la grève de la faim menée par des prisonniers  palestiniens depuis 40 jours.

Plus de 60 d’entre eux ont fait l’objet d’une évacuation médicale, tandis  que près de 600 ont été transférés dans l’infirmerie, a-t-il ajouté. Ces  prisonniers ont un accès restreint à leurs avocats et aux visites de  membres de leurs familles, a dénoncé Mladenov.

Lors de cette réunion du Conseil de sécurité, le représentant de la  Bolivie a exprimé son inquiétude quant au sort des prisonniers palestiniens  en grève de la faim en appelant le Conseil de sécurité à prendre les  mesures qui s’imposent contre les activités de colonisation menées par le  gouvernement israélien.

Le représentant de la Bolivie a demandé l’établissement de cartes  actualisées pour cartographier la totalité des territoires palestiniens  occupés dans lesquels Israël a implanté des colonies.

Son homologue de l’Uruguay a réitéré son appui à la reprise des  négociations et à la solution à deux Etats.

 

 (

 

 

 

 

 

L'ONU met en garde contre l’aggravation de la crise humanitaire à Ghaza
  Publié le : samedi, 27 mai 2017 10:31     Catégorie : Monde     Lu : 14 foi (s)   Partagez