Maroc: le ministre de la Justice veut assurer une protection juridique aux pilleurs de l'argent public

Publié le : mercredi, 20 avril 2022 18:53   Lu : 147 fois

RABAT - Le président de l'Instance nationale pour la protection des biens publics au Maroc, Mohamed El Ghalloussi a indiqué que les propos tenus récemment par le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi devant le parlement visaient à "garantir une protection juridique aux pilleurs de l'argent public".

Dans un post publié sur sa page Facebook, Mohamed El Ghalloussi a accusé le ministre de la Justice de son pays d'avoir profité de la tribune offerte par le parlement pour faire de la propagande et "donner un caractère légal à sa volonté d'offrir une protection juridique aux corrompus et aux pilleurs de l'argent public".

Cette déclaration intervient en réaction aux déclarations faites par le ministre de la Justice Abdellatif Ouahbi dans lesquelles il s'était engagé à empêcher les associations de protection des deniers publics de porter plainte contre les élus et les personnalités politiques concernant des faits de détournements de fonds publics.

Le ministre avait notamment déclaré qu'"il n'était pas raisonnable de convoquer un élu qui représente la nation devant les tribunaux pour nuire à son image auprès de la société et de l'opinion publique nationale".

Selon le président de l'Instance nationale pour la protection des biens publics au Maroc, à travers ses déclarations, le ministre de la Justice "plaide pour empêcher les associations de déposer des plaintes devant la justice" afin de protéger les élus.

"Le ministre ne voit aucun problème dans la convocation des citoyens ordinaires pour comparaître devant le tribunal pour y être jugés, notamment en ce qui concerne les journalistes et les militants des droits de l'homme contre lesquels les différentes associations sont autorisées à déposer des plaintes", a dénoncé Mohamed El Ghalloussi.

Cette catégorie de citoyens, a-t-il ajouté, est relégué par le ministre de la Justice "au second degré de citoyenneté au moment où il est inconcevable de trainer les élus devant les tribunaux même s'ils ont détourné des milliards".

"Le gouvernement n'a pas tenu ses promesses faites aux citoyens marocains durant la période électorale", a-t-il également dénoncé, relevant que les Marocains "souffrent d'une crise économique et sociale étouffante".

Le président de l'Instance nationale pour la protection des biens publics au Maroc a, entre autres, déploré "le retrait, du parlement, du projet d'amendement du code pénal dont les dispositions prévoyaient l'incrimination de l'enrichissement illicite".

Il a notamment regretté le fait que, "le gouvernement ait prouvé sa bonne foi et sa prédisposition à appliquer ses promesses faites aux riches hommes d'affaires qui ont accumulé des richesses grâce à la corruption".

Le gouvernement du Makhzen "ne veut aucune opposition et a préféré museler les voix discordantes et menace quiconque oserait l'attaquer", a-t-il conclu, tout en mettant en garde contre "le mépris envers la société".

Maroc: le ministre de la Justice veut assurer une protection juridique aux pilleurs de l'argent public
  Publié le : mercredi, 20 avril 2022 18:53     Catégorie : Monde     Lu : 147 foi (s)   Partagez