OCI: coordonner les positions en cette conjoncture mondiale complexe

Publié le : lundi, 14 mars 2022 17:37   Lu : 1 fois
OCI: coordonner les positions en cette conjoncture mondiale complexe

ALGER - Les travaux de la 47e réunion du comité exécutif de l'Union parlementaire des Etats membres de l'Organisation de la Coopération Islamique (OCI) ont pris fin, lundi à Alger, par l'adoption de la "Déclaration d'Alger" qui a souligné l'impératif de coordonner les positions en cette conjoncture mondiale "complexe" et le soutien "indéfectible" à la cause palestinienne.

Les Etats membres ayant adopté cette Déclaration lue à la clôture des travaux de cette réunion de deux jours, ont mis l'accent sur "l'impératif de coordonner les positions, unifier les vues et intensifier la concertation entre les parlements des pays du monde islamique en cette conjoncture mondiale complexe sur fond de tensions et d'aggravation des conflits dans diverses contrées du monde".

Cette conjoncture "nous interpelle plus que jamais à consolider l'unité entre les pays musulmans et coopérer conformément aux préceptes de notre religion", note la Déclaration.

La Déclaration d'Alger a condamné "toute forme d'ingérence dans les affaires internes des Etats car étant une violation des règles du droit international et du principe de la souveraineté des Etats", affirmant l'impératif de "respecter la souveraineté, la stabilité et l'intégrité territoriale de chaque Etat membre de l'Union conformément à la légalité internationale".

Les Etats membres de l'OCI ont réitéré leur soutien "indéfectible" à la cause palestinienne et "la protection d'El Qods et des droits des palestiniens légitimes et imprescriptibles dont le droit à disposer d'eux-mêmes et au retour à leurs terres", aussi bien que leur soutien à l'initiative de paix arabe.

Ils ont appelé les factions palestiniennes à "mettre de côté leurs différends et à intensifier leurs efforts ensemble face aux politiques de l'entité sioniste et ses pratiques illégales notamment la judaïsation d'El Qods".

Appelant à mettre un terme à toutes les violations sionistes du droit international et au blocus imposé sur la bande de Gaza, ainsi qu'à toutes les activités d'implantation des colonies et la répression continue des civils palestiniens, les participants ont réaffirmé "le caractère central de la cause palestinienne pour la nation musulmane et l'importance du soutien inconditionnel du peuple palestinien pour recouvrer ses droits inaliénables, légitimes et imprescriptibles".


Lire aussi: La "Déclaration d'Alger" constituera un engagement sincère en faveur de la cause palestinienne


Réunis au Centre international des conférences (CIC), les représentants des parlements des pays membres ont recommandé de faire connaitre les règles de l'Islam et de lutter contre l'idéologie terroriste, l'intégrisme et l'extrémisme violent pour faire face à la propagation de l'islamophobie et des organisations terroristes. Ils ont également appelé à l'activation du rôle de la culture et de l'identité afin de renforcer l'action commune à travers l'élaboration d'un projet culturel qui pourrait raviver les valeurs islamiques".

Ils ont également plaidé pour l'encouragement de l'exploitation des nouvelles technologies dont les réseaux sociaux dans l'objectif de répandre une idéologie religieuses modérée".

La Déclaration a dénoncé "vigoureusement" les différentes formes de terrorisme, soulignant la nécessité de lutter contre ce phénomène dont les sources de financement doivent être également taries dans le but de limiter sa propagation notamment au Sahel et à l'Afrique de l'Est.

A ce propos, les pays membres ont salué l'expérience algérienne "pionnière" en matière de lutte contre le terrorisme et d'éradication du radicalisme en adoptant une "approche globale basée sur la réconciliation nationale et la réalisation du développement et de la démocratie participative outre la consécration de l'Etat de droit et de la Justice sociale.

Ils ont aussi exhorté à accorder davantage d'intérêt à la question des déplacés et des réfugiés dans le cadre de mécanismes susceptibles de traiter les véritables raisons de ce phénomène, en recourant à une action proactive préventive pour sédentariser les déplacés et les réfugiés dans leurs pays.

A ce propos, les pays membres ont réaffirmé leur soutien aux efforts consentis en vue de parvenir à une solution politique globale à la crise au Yémen, appelant les parties libyennes à poursuivre leurs efforts afin de cristalliser une solution politique consensuelle inter-libyenne.

Les états membres ont salué, dans ce sens, les démarches des pays du voisinage en vue de trouver une solution politique à cette crise ainsi que "les résultats de la réunion des pays du voisinage, tenue à Alger en août 2021".

 

Impérative organisation d'un référendum d'autodétermination du peuple sahraoui

 

Par ailleurs, les Etats de l'Union ont exprimé leur préoccupation quant à la reprise de la guerre entre le Maroc et le Front Polisario, insistant sur l'impératif pour les "deux parties du conflit de revenir aux négociations directes sans conditions préalables et sous la direction de l'Envoyé personnel du secrétaire général de l'ONU pour le Sahara occidental, Staffan de Mistura et l'appui de l'Union africaine (UA), et ce, dans le souci d'appliquer les résolutions du Conseil de sécurité et d'organiser un référendum d'autodétermination du peuple sahraoui pour participer à la réalisation de la paix et la stabilité dans l'Afrique du nord".

Ils ont fait part, en outre, de leur profonde "inquiétude" quant à la situation prévalant dans le Sahel suite "à la propagation du terrorisme et du crime organisé causant des victimes et la destruction de l'économie des pays de la région".

"La Déclaration d'Alger" a appelé à la promulgation des législations adéquates pour participer à la mise en œuvre des accords et des traités relatifs au climat, à la prise de mesures communes entre les Etats membres conformément au développement de la situation liée au covid-19 et au renforcement de "l'action commune, la coopération et l'échange d'expériences en vue de surmonter le ralentissement économique lié à la crise sanitaire.

La Déclaration a souligné, en outre, la nécessité de "renforcer la place de l'Union des assemblées des Etats membres de l'OCI sur la scène internationale à travers "le renforcement de ses structures et ses mécanismes ainsi que l'intensification de la coordination entre ses membres dans les fora internationaux afin de faire face à la situation régionale et internationale instable actuellement".

OCI: coordonner les positions en cette conjoncture mondiale complexe
  Publié le : lundi, 14 mars 2022 17:37     Catégorie : Monde     Lu : 1 foi (s)   Partagez