Plan d'urgence du Makhzen pour le tourisme: les spécialistes du réceptif rejoignent les contestataires

Publié le : samedi, 22 janvier 2022 21:37   Lu : 54 fois

RABAT- Les agents de voyages du réceptif au Maroc ont dénoncé vivement le plan d'urgence du Makhzen pour soutenir le secteur du tourisme agonisant, élargissant ainsi la vague de contestation contre cette démarche jugée "totalement insuffisante".

Après l'Union nationale des agences de voyages (UNAV), c'est au tour du Moroccan Travel Management DMC Club (MTM DMC Club) d'exprimer sa réprobation du plan d'urgence du Makhzen à travers une lettre ouverte adressée, vendredi, à la tutelle, au président de la Confédération nationale du tourisme (CNT) et au président de la Fédération nationale des associations des agences de voyages du Maroc (FNAVM).

Dans cette lettre, ils ont condamné une "mise à l'écart" évidente et un plan "totalement insuffisant" qu'ils "ne peuvent pas accepter dans sa mouture actuelle".

"Le communiqué présenté comme étant un plan d'urgence, dont la finalité est la sauvegarde du secteur touristique, n'est absolument pas à la hauteur des enjeux et de nos attentes", note le MTM DMC Club soulignant qu'une crise d'une telle ampleur nécessite "des aides importantes et équilibrées" aussi bien pour les salariés que pour les entreprises.

Le président de la CNT, Hamid Bentahar, cité par les médias locaux, a déclaré que le courrier du MTM DMC Club va dans le même sens de la position déjà exprimée par la Confédération soulignant que l'exclusion d'un important pan de l'écosystème touristique était "injuste et inexplicable".

"Il est vrai que les agences de voyages n'étaient pas trop endettées auparavant, mais elles croulent actuellement sous les emprunts qu'elles ont contractés au cours de la crise. Des crédits qu'elles sont aujourd'hui dans l'incapacité de payer", déclare-t-il pour exprimer son soutien aux voyagistes réceptifs.

Même son de cloche auprès du président de la FNAVM, Mohamed Semlali, qui a exprimé à son tour le soutien de la Fédération, non seulement aux voyagistes du réceptif, mais à l'ensemble du secteur qui compte un réseau de près de 1.400 agences de voyages dans les différentes régions du Maroc.

"Il ne faut pas oublier que, sans ces professionnels et leurs partenaires étrangers, les hôteliers ne pourront jamais atteindre leurs objectifs", rappelle-t-il, faisant savoir que la Fédération a de son côté adressé, jeudi, un courrier à la ministre du Tourisme, Fatim-Zahra Ammor, où elle exprime "clairement sa position qui est celle de tous les professionnels du secteur".

Le tourisme au Maroc est le secteur le plus touché par la crise sanitaire qui perdure depuis presque deux ans provoquant confinements, restrictions de déplacements et fermetures des frontières.

La décision du Makhzen de suspendre les liaisons aériennes et maritimes régulières de et vers le Maroc depuis la fin novembre dernier en vue "d'éviter la propagation du nouveau variant Omicron", a annihilé les tout derniers espoirs des opérateurs de limiter la casse et d'effectuer leur reprise.

Selon les statistiques de l'Office des changes, le secteur du tourisme au Maroc a perdu 80 milliards de dirhams (8,62 milliards de dollars) de recettes en 2 ans. Ce calcul ne prend pas en considération la perte de vitesse qu'a connu le tourisme local, avec le confinement, les obstacles à la mobilité et la réticence générale.

Plan d'urgence du Makhzen pour le tourisme: les spécialistes du réceptif rejoignent les contestataires
  Publié le : samedi, 22 janvier 2022 21:37     Catégorie : Monde     Lu : 54 foi (s)   Partagez