Maroc: 120 journalistes appellent à la libération de Radi et Raissouni en grève de la faim

Publié le : jeudi, 15 avril 2021 11:07   Lu : 122 fois
Maroc: 120 journalistes appellent à la libération de Radi et Raissouni en grève de la faim

RABAT - Cent-vingt (120) journalistes marocains ont appelé, mercredi, le gouvernement à libérer leur deux confrères, Omar Radi et Souleiman Raissouni, en grève de la faim depuis une semaine en signe de protestation contre leur arrestation arbitraire et leur maintien en détention provisoire depuis près d'un an, ont rapporté des médias.

Par l’intermédiaire d’un communiqué signé par 120 journalistes marocains, les signataires affirment qu'ils suivent "avec une grande inquiétude les développements récents dans les dossiers des deux journalistes, Omar Radi et Souleiman Raissouni.

Selon la même source, les deux journalistes ont entamé une grève de la faim depuis une semaine pour protester contre leur maintien en détention provisoire dans l’attente de leur procès.

Le communiqué appelait également à fournir les conditions d'un procès équitable à Radi et Raissouni, par leur libération immédiate, afin de leur permettre de suivre les procédures judiciaires en vigueur dans leurs dossiers en étant en liberté.

Il a également appelé à "créer les conditions d'une percée dans le domaine des droits de l'homme dans le pays et respecter le droit des journalistes d'exprimer et de publier librement des informations et des idées".


Lire aussi : Maroc: le journaliste Omar Radi entame une grève de la faim


En mai 2020, les autorités marocaines ont arrêté le journaliste, Soulaiman Raissouni, rédacteur en chef du journal indépendant "Akhbar Al-Youm" qui a cessé de paraître, à la suite d'une plainte déposée à son encontre par un jeune homme de Marrakech (ouest) l'accusant d’ "agression".

Raissouni est l'un des journalistes connus au Maroc pour ses articles critiquant le pouvoir en place. Ce dernier a entamé une grève de la faim ouverte pour protester, entre autres, contre son arrestation arbitraire et sa détention provisoire pendant près d'un an sans procès, et en l'absence de preuves l'incriminant.

Fin juillet dernier, un tribunal marocain a décidé de placer le journaliste Omar Radi (33 ans) en détention provisoire pour entre autres des soupçons de viol. La Cour d'appel de Casablanca a rejeté sa demande de mise en liberté provisoire et son procès a été reporté au 27 avril prochain.

Maroc: 120 journalistes appellent à la libération de Radi et Raissouni en grève de la faim
  Publié le : jeudi, 15 avril 2021 11:07     Catégorie : Monde     Lu : 122 foi (s)   Partagez