Universitaires argentins: "L'autodétermination reste la meilleure solution pour le Sahara occidental"

Publié le : mercredi, 23 décembre 2020 20:20   Lu : 5 fois

LA PLATA (Argentine) - L'organisation du référendum pour l'autodétermination du peuple sahraoui "reste la meilleure solution pour résoudre la question du Sahara occidental", a estimé la Chaire libre des études sur le Sahara occidental de l'Institut des relations internationales (IRI) de l'université La Plata (Argentine) qui a critiqué la reconnaissance, par le président américain sortant, Donald Trump, de la prétendue souveraineté du Maroc sur ce territoire.

"Si nous souhaitons la paix et la stabilité dans la région, la meilleure solution est le respect du droit international (...) en organisant le référendum (d'autodétermination) en suspens depuis près de trois décennies. Un référendum au cours duquel le peuple sahraoui choisira s'il souhaite ou pas vivre sous l'autorité marocaine, se soumettre à un plan d'autonomie ou obtenir son indépendance", ont indiqué les membres de la Chaire de l'IRI dans une déclaration publiée sur le site web de l'université.

La déclaration selon laquelle le référendum représente le moyen "le plus légitime et le plus pacifique" a insisté sur le fait que la communauté internationale doive respecter le résultat de ce référendum quelle que soit l'option choisie par le peuple sahraoui.

Les représentants de la Chaire de l'IRI ont critiqué, par ailleurs, l'attitude de Trump qui a accepté de considérer le Sahara occidental comme faisant partie du Maroc contre la normalisation des relations de ce pays avec Israël.

"La déclaration convulsive faite par Trump, loin d'encourager une solution sérieuse et réaliste au conflit, l'aiguise", affirment-ils estimant que cette annonce "entrainera une augmentation de la violence et de l'instabilité dans les zones déjà sensibles que sont l'Afrique du Nord et le Sahel".

Selon eux, Trump a pris sa décision "de manière unilatérale" sans en référer au Congrès américain et l'a annoncée sur un "réseau social". Une décision, notent les auteurs du textes, à laquelle se sont opposées des membres de son propre parti.

"Trump affiche la conviction d'être l'homme le plus puissant du monde et, à partir de là, il s'attribue la mission de décider unilatéralement de tout ce qui se passe dans le monde, indépendamment du fait que la communauté internationale dans son ensemble adopte une position contraire à ses décisions comme c'est le cas d'ailleurs puisque, jusqu'à présent, aucun Etat n'a reconnu l'appartenance du Sahara occidental au Royaume du Maroc", relèvent-ils.

Le même document rappelle que l'Assemblée générale des Nations unies, "à travers d'innombrables résolutions, a reconnu au peuple sahraoui son droit à avoir un gouvernement et de disposer de ses ressources naturelles.

L'Assemblée générale et d'autres organes comme le Conseil de la sécurité et le secrétaire général (de l'ONU), l'avis consultatif de la Cour internationale de Justice du 16 octobre de 1975 et les récents arrêts de la Cour de justice de l'Union européenne "considèrent qu'il n'y a pas de liens entre le Maroc et le Sahara occidental et que les produits commerciaux de ce territoire ne peuvent être considérés comme d'origine marocaine", souligne la même source.

Universitaires argentins: "L'autodétermination reste la meilleure solution pour le Sahara occidental"
  Publié le : mercredi, 23 décembre 2020 20:20     Catégorie : Monde     Lu : 5 foi (s)   Partagez