ALGER- Le projet de Loi de Finances de 2018, dont la  première mouture sera bientôt élaborée par le gouvernement, devrait opter  pour de nouveaux "arbitrages budgétaires" afin de permettre au pays de  disposer des ressources nécessaires à son développement et de mieux  contenir les importations, a préconisé mardi le vice-président du Conseil  National Economique et Social (CNES), Mustapha Mekideche.

Published in Economie