MENA: la réussite des start-up exige la stabilité des lois régissant l'investissement

Publié le : lundi, 26 mars 2018 19:01   Lu : 0 fois
MENA: la réussite des start-up exige la stabilité des lois régissant l'investissement
Photo APS

ALGER - La réussite des start-up, créées dans des pays en voie de développement comme ceux de la région du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord (MENA), exige une visibilité et une stabilité des lois régissant l'investissement dans leur environnement direct, ont indiqué lundi à Alger les participants à la conférence sur la contribution de l’économie numérique à la croissance des pays de la MENA.

Lors d'un panel sur les start-up, animé dans le cadre de cette conférence organisée par le ministère des Finances avec la collaboration de la Banque mondiale (BM) et du Fonds monétaire arabe (FMA), les participants ont souligné l'importance de la mise en place d'un cadre juridique favorable à la création et au développement des start-up, précisant que cela donnait de la visibilité et la stabilité au climat des affaires.

A cet effet, le co-fondateur d'une série d'entreprises activant dans le domaine des technologies de l'information et de la communication et des finances à l'échelle internationale, Riadh Hartani, a affirmé que le succès de cette catégorie d'entreprises dépendait, en grande partie, de l'environnement dans lequel elles évoluent et aux aspects liés aux procédures administratives, aux lois et aux questions juridiques qui peuvent constituer ou un frein ou un facteur facilitateur à son devenir.

Pour lui, il est impératif de concevoir la création d'une start-up en tenant compte des normes et des bonnes pratiques arrêtées au niveau international et pas seulement local.

L'élaboration d'une stratégie sur une durée minimale de vingt ou trente ans contribuerait à donner la visibilité dont les investisseurs ont besoin pour la pérennité de leurs activités, a-t-il fait valoir.

De son côté, la directrice d'un start-up spécialisée dans le développement de programmes informatiques, Mme Ghinwa Jalloul, a évoqué la nécessité de faciliter l'accès au financement au profit de jeunes porteurs de projets dans le domaine de l'économie du savoir et des TIC.

Elle a, à ce propos, mis en exergue les avantages de la libéralisation de l'accès aux financements qui peuvent avoir plusieurs formes (public/privé, privé/privé, bailleurs de fonds régionaux ou internationaux...) du moment qu'elles permettent toutes la création d'emploi et de croissance.

Par ailleurs, Mme Jalloul a fait savoir que la mortalité des start-up était un phénomène naturel, précisant que celles qui survivent et parviennent à se frayer une place en dépit de la concurrence et des entraves sont celles qui sont appelées à grandir et à développer leur activité.

"Il faut encourager la création de millions de start-up pour parvenir à construire un tissu entrepreneurial qui comprend les entités les plus concurrentielles", a-t-elle ajouté.

Placée sous le thème "les jeunes, la technologie et la finance", cette conférence régionale est organisée dans le but de mettre en évidence les éléments fondamentaux d’une nouvelle économie, ainsi que le rôle des systèmes éducatifs dans le changement de l’état d'esprit des jeunes générations vis-à-vis de l’innovation dans la région MENA.

La conférence, qui s’étale sur deux jours sous le Haut patronage du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, se penche aussi sur la disponibilité des infrastructures techniques nécessaires à l’émergence de l’économie numérique tels que l’accès à l’internet haut débit et le e-paiement.

Cette rencontre voit la participation de nombreux acteurs et experts nationaux et étrangers du monde de l’économie, de la finance et des technologies de l’information et de la communication (TIC).

MENA: la réussite des start-up exige la stabilité des lois régissant l'investissement
  Publié le : lundi, 26 mars 2018 19:01     Catégorie : Economie     Lu : 0 foi (s)   Partagez