La Banque des semences est garante d'une sécurité alimentaire durable

Publié le : lundi, 15 août 2022 15:54   Lu : 187 fois
La Banque des semences est garante d'une sécurité alimentaire durable

ALGER - La Banque nationale des semences, inaugurée récemment par le Premier ministre, devrait renforcer la préservation et la valorisation du patrimoine génétique agricole national, constituant un gage de la sécurité et de la souveraineté alimentaires du pays, a affirmé, lundi à l'APS, un expert en biotechnologie et santé.

"Cette banque de semences, indispensable pour assurer la durabilité de notre système agricole et notre sécurité alimentaire, aura pour principale mission la conservation et la valorisation du patrimoine génétique agricole et sa protection contre le bio-piratage et l’uniformisation des productions agricoles imposées par la mondialisation", a expliqué Dr. Mourad Belkhelfa, professeur à l’Université des sciences et de la technologie Houari-Boumediène de Bab-Ezzouar.

A cet égard, Dr. Belkhelfa, également expert à l'INESG et membre du conseil scientifique au ministère de l'économie de la connaissance et des startups, a insisté sur la nécessité de consolider cette banque à travers l’installation de centres de recherches dans les quatre régions du pays sous la tutelle du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique et le ministère de l’Agriculture et du développement rural.

Des centres qui "devraient être dotés d’une plateforme de biologie moléculaire pour le séquençage génétique des espèces, leur codification et leur enregistrement auprès de l’UNESCO pour leur protection contre la bio-pératerie", a-t-il préconisé.

D’autre part, a-t-il poursuivi, ces centres devraient se charger de la valorisation de ces espèces en améliorant davantage leur rendement et leur résilience aux maladies et aux conditions climatiques extrêmes.

Pour cet enseignant chercheur, une meilleure connaissance de l’agro-biodiversité, sa préservation et sa valorisation constituent des enjeux majeurs pour diversifier et sécuriser les agricultures du pays.

 

Nécessité de recenser le patrimoine génétique agricole national

 

A cet effet, il a souligné la nécessité de recenser tout le patrimoine génétique agricole végétal et animal de toutes les régions du pays en associant l’ensemble des agriculteurs et les éleveurs à cette opération d'envergure.

S’agissant du partenariat international dans le domaine de la préservation des espèces, Dr. Belkhelfa a estimé que c’est plus qu’une nécessité car l’interconnexion de la banque nationale des semences agricoles avec d’autres banques de semences internationales, notamment la banque de Svalbard en Norvège (la plus grande réserve de semences au monde avec plus de 980000 variétés), "constitue une double protection pour nos ressources".

Pour étayer ses propos, il a cité l’exemple édifiant de la banque de semences syrienne établie dans la ville d’Alep.

"Classée 9ème banque au monde avec plus de 155.000 espèces et variétés, cette banque a été détruite mais reconstruite grâce aux semences déposées par le gouvernement syriens à la banque Svalbard", a-t-il argué.


Lire aussi: Le rôle de la Banque nationale des semences dans le renforcement de la sécurité alimentaire mis en exergue


A propos du protocole de Nagoya sur l’accès aux ressources génétiques, ratifié par l’Algérie, l'expert a souligné que cet accord onusien, adopté en 2010 au Japon et entré en vigueur en 2014, complète les dispositions de la Convention sur la diversité biologique (CDB) relative à l’accès et au partage des avantages des bio-ressources.

Quant à son objectif, "Il vise la création d’ un cadre mondial pour l’élaboration d’instruments facilitant l’accès aux ressources génétiques et le partage juste et équitable des avantages découlant de leur utilisation".

Ce partage devrait concerner les semences des produits de large consommation notamment la pomme de terre, la tomate et certaines variétés de blé et de riz.

En revanche, chaque pays a le droit d'établir une liste des produits qui sont propres à sa région notamment les produits de terroir qui devraient être enregistré à l'international pour leur appropriation et leur protection contre le bio-piratage.

"L’Algérie avait effectivement ratifié cet accord sans se doter des moyens de surveillance et de protection de son patrimoine génétique agricole, qui fait l'objet de grandes convoitises", a-t-il regretté.

Mais l’installation de la banque nationale des semences et l’établissement d’un cadre juridique pour la protection de ce patrimoine sur les marchés mondiaux "changera la donne", selon lui.

Lors de l'inauguration de la banque jeudi dernier, le Premier ministre, M. Aïmene Benabderrahmane, a souligné l'importance de la Banque dans la concrétisation de la sécurité alimentaire du pays à travers la promotion de la production nationale des semences, estimant que le recours exclusif à la production locale des semences dans l'agriculture constitue un "défi majeur" du secteur.

La Banque des semences est garante d'une sécurité alimentaire durable
  Publié le : lundi, 15 août 2022 15:54     Catégorie : Economie     Lu : 187 foi (s)   Partagez