Revoir périodiquement la loi sur la concurrence pour l'adapter au marché

Publié le : mardi, 09 février 2021 18:35   Lu : 9 fois

ALGER- La loi sur la concurrence devrait être révisée tous les cinq ans, afin qu’elle soit adaptée à l’évolution continue du marché, a préconisé, mardi à Alger, le président du Conseil de la Concurrence, Amara Zitouni.

S’exprimant à l’occasion de son passage au Forum du quotidien El Chaab, M. Zitouni a estimé que "la loi sur la concurrence doit être révisée et adaptée en fonction de l’évolution du marché".

Pour l’intervenant, tout  projet de loi doit être élaboré en concertation avec toutes les parties prenantes notamment les opérateurs économiques.

Par ailleurs, a-t-il poursuivi, le  texte doit être soumis à des études d’impact socio-économiques  préalables avant son adoption. "Cela fait partie des règles de la bonne gouvernance", a-t-il encore soutenu.

M.Zitouni a fait état des textes de lois parus au journal officiel mais qui, pourtant, n’ont jamais été appliqués, estimant que le Conseil de la Concurrence devrait "avoir un rôle d’audit législatif" qui permettrait de connaître les raisons qui empêchent l’application de ces textes en proposer des alternatives appropriées.

Expliquant les prérogatives de son institution, M. Zitouni a affirmé que le Conseil de la Concurrence a pour mission de protéger le consommateur et lutter contre la corruption et le monopole des marchés.

A ce titre, il a rappelé que l'instance peut être saisie par les ministères, les entreprises et la société civile (associations de protection des consommateurs) pour cas de monopole du marché ou concurrence déloyale.

 Il a annoncé par ailleurs un programme de conformité à la loi de la concurrence, qui a été élaboré par le Conseil. "Cette charte a pour objectif d informer sur les avantage d’application des règles de la concurrence  et les inconvénients qui peuvent en découler pour une entreprise qui ne les applique pas", a-t-il fait savoir.

Interrogé sur l’impact de la loi de la concurrence sur le marché, l’orateur a répondu que le Conseil n’a pas eu suffisamment de recul pour faire un constat exhaustif.

Cependant, a-t-il, fait observer, il existe pour le moment deux secteurs très compétitifs : les assurance et la téléphonie mobile.

Par ailleurs, il a mentionné l’étude finalisée récemment sur le marché concurrentiel des médicaments en Algérie. 

Selon ses propos, les résultats de l’étude, réalisée sur une période  de trois ans, révèle "l’existence d’un monopole sur le marché du médicament en Algérie".

Il a fait remarquer que la culture de la concurrence n’est pas suffisamment ancrée dans l’esprit des algériens en raison de l’économie administrée qui a prédominé la gestion du pays par le passé. "Mais,

l’économie du marché adoptée depuis 1990 doit impérativement être accompagnée d’instruments de régulation pour éviter les dérapages ", a-t-il conclu.

Revoir périodiquement la loi sur la concurrence pour l'adapter au marché
  Publié le : mardi, 09 février 2021 18:35     Catégorie : Economie     Lu : 9 foi (s)   Partagez