Accès au marché africain: le rôle des experts de la diplomatie économique mis en avant

Publié le : jeudi, 28 janvier 2021 10:41   Lu : 22 fois
Accès au marché africain: le rôle des experts de la diplomatie économique mis en avant

ALGER - Des exportateurs et experts économiques ont  indiqué, mercredi, que l’Algérie disposait de grandes chances en matière d’accès au marché africain et d’exportation de ses produits, notamment après la création de la Zone de libre -échange continentale africaine (Zlecaf), mettant en avant le rôle de la diplomatie économique dans la prospection de nouveaux marchés et la vulgarisation des produits nationaux.

Ces exportateurs et experts se sont exprimés lors d’une séance organisée par la Commission des affaires économiques, du développement, de l'industrie, du commerce, de la planification et de la communication de l’Assemblée populaire nationale (APN).

La séance a été organisée, à l’effet de soulever les préoccupations des opérateurs économiques et d’œuvrer à trouver «les solutions appropriées, en vue de mettre en place une feuille de route pour le nouveau modèle économique».

Le débat des experts a porté sur le thème de la diplomatie économique, «au vu de ce qu’elle recèle comme canaux de communication et de cadres de coopération avec les Etats étrangers», au service de l’économie du pays, à travers « la recherche de nouveaux marchés, tout en drainant l’investissement étranger ».

Le Président de la Commission des affaires économiques de l’APN, Nabil Louhibi a indiqué dans une déclaration à l’APS, en marge de la séance, que l’Algérie « dispose actuellement de grandes opportunités, en vue de bâtir le nouveau modèle économique, en conférant à la politique étrangère une dimension économique ».

Pour ce membre du Parlement, « le rôle de la diplomatie est très important dans l’accès aux marchés extérieurs », d’où l’impératif, a-t-il ajouté, de « créer de nouveaux mécanismes diplomatiques, en vue d’ouvrir le champs à l’investissement et à l’exportation », dans le but de consolider la présence de l’Algérie sur la scène africaine et internationale.

« L’économie est un appui fort aux positions politiques du pays, notamment dans le contexte des défis régionaux actuels », a-t-il expliqué avant de rappeler que « l’Algérie est présente en force sur la scène politique, à travers ses positions au double plan régional et international». C’est pourquoi, poursuit M. Louhibi, il faut « exploiter cette importance politique pour appuyer la présence économique ».

Pour sa part, le président de l'Association nationale des exportateurs algériens (ANEXAL), Ali Bey Nasri, a  mis en avant, dans une déclaration à l’APS, les grandes chances de l’Algérie dans l’exportation vers les pays africains, au regard, a-t-il ajouté, « de la grande demande dans le continent africain ».

Dans ce sillage, il a indiqué qu'il y a des secteurs importants sur lesquels on peut miser, tel celui du ciment et de l'acier, dont les exportations ont atteint, en peu de temps, près de 100 millions USD, la plupart étant destinées aux pays africains.

Soulignant l'importance d'exploiter la zone de libre-échange africaine, l'intervenant a plaidé, à ce propos, pour "la nécessité de lever les obstacles logistiques", en particulier au niveau du transport maritime, où les exportateurs souffrent, selon lui, d'une "insuffisance de conteneurs", notant que 97% des entreprises activant dans ce domaine sont étrangères.

Le président de l'ANEXAL a par ailleurs mis en avant l'importance de se diriger en urgence vers "une zone de libre-échange au niveau d'In Guezzam dans l'extrême sud de l'Algérie, afin de répondre à la demande africaine", ajoutant "nous devons être à proximité de différents pays africains en vue d'exporter nos produits".

Il a en outre souligné que le rôle de la diplomatie, il est très important dans ce domaine, en fournissant aux exportateurs toutes les informations sur les industries et le s investissements dont les pays africains ont besoin, préconisant la formation de groupes de pression politique "lobbying politique" en vue d'accompagner ces exportateurs et les opérateurs économiques, ce qui nécessite, selon lui, "un soutien politique et diplomatique important".

A ce titre, l'Algérie peut miser sur l'industrie pharmaceutique, génératrice des devises, a-t-il poursuivi.

Enfin, il a souligné que la sauvegarde des réserves de change "ne dépend pas seulement de la réduction des importations, mais plutôt de l'augmentation de la valeur d'exportations et de l'investissement dans l'industrie exportatrice".

Dans le même sillage, l'expert bancaire, Farid Bourenani a relevé les capacités de l'Algérie en matière d'exportation vers les marchés africains, disant que "l'Algérie dispose de grandes opportunités d'accès aux marchés étrangers, notamment africains".

Néanmoins, cela requiert, a-t-il ajouté, d'engager "des réformes dans le domaine du système bancaire et dans les législations économiques".

M.Bourenani a mis l'accent, dans ce contexte, sur "la nécessité de relancer l'action diplomatique et d'identifier les pays amis avec lesquels l'Algérie œuvrera pour la promotion des échanges commerciaux".

De son côté, l'ancien cadre du ministère de l'Industrie, Malek Laidouni a insisté sur l'importance de la diplomatie économique afin de faire connaitre les richesses énergétiques et minières importantes que recèle l'Algérie, soulignant la nécessité de développer les industries de transformation, car "ayant une valeur ajoutée pour l'économie nationale". 

Il s'est en outre interrogé sur l'utilité pour l'Algérie d'exporter son gaz naturel comme matière première et de racheter des dérivés du gaz alors qu'elle dispose des potentialités pour promouvoir les industries manufacturières.

Accès au marché africain: le rôle des experts de la diplomatie économique mis en avant
  Publié le : jeudi, 28 janvier 2021 10:41     Catégorie : Economie     Lu : 22 foi (s)   Partagez