Un système d’information sera établi sur la cartographie du tissu industriel

Publié le : mercredi, 13 janvier 2021 19:26   Lu : 5 fois

ALGER - Un système d’information va être élaboré pour faire remonter des statistiques réelles des opérateurs qui activent en Algérie et ainsi établir une cartographie précise du tissu industriel, a indiqué mercredi, le président du Conseil national consultatif pour la promotion des PME (CNC PME), Adel Bensaci.

Ce projet sera conjointement réalisé par le CNC PME et le ministère de l’Industrie et sera hébergé au niveau de la nouvelle agence de soutien au développement des PME, a affirmé M. Bensaci lors de son intervention sur les ondes de la radio nationale.

Ce système permettra de faire une classification de recherche par secteur qui se basera sur des informations émanant de tous les acteurs tels que le Centre national du registre du commerce (CNRC), la Caisse nationale d'assurance (CNAS), le Centre national de l'informatique et des statistiques (CNIS).

Le responsable a expliqué que l’industrie ne représente que 5% du PIB en Algérie et ce depuis plusieurs années, alors que ce secteur représente, selon lui, "la force de production qui fait la richesse d’un pays, de son économie et de sa monnaie".

Pour développer une industrie "forte", il est nécessaire, a-t-il mentionné, de se focaliser sur des secteurs tels que l’automobile et les hydrocarbures qui sont, a-t-il poursuivi, de "gros pourvoyeurs d'emploi" notamment à travers les activités de la sous-traitance.

Le président du CNC a relevé aussi que les acteurs du secteur des hydrocarbures doivent jouer le rôle de "locomotive" pour le développement de la sous-traitance industrielle.

A ce propos, il a cité la compagnie nationale Sonatrach et ses filiales qui sont des donneurs d’ordre qui peuvent réellement permettre l’intégration et l’apport de partenaires qui viendraient appuyer la sous-traitance.

M. Bensaci a indiqué en outre que le secteur des hydrocarbures a amorcé un travail avec des partenaires qui sont prêts à venir participer à l’intégration nationale.

           

L’Algérie a besoin de réaliser un taux de croissance de 7 %

           

Alors que pour l’industrie automobile, le président du CNC a estimé que "si les opérateurs ne visent pas l’exportation source de devises, cela ne servira à rien de relancer ce secteur".

"Une industrie automobile intégrée nécessite d’arriver à des fabrications de 150.000, voire 250.000 véhicules par modèle minimum pour être rentable", a-t-il encore soutenu.

Tout en affirmant que l’Algérie possède un marché et une position géographique intéressante, le président du CNC a ajouté que l’objectif de viser les marchés du continent africain nécessite la réforme du secteur bancaire pour permettre aux entreprises algériennes à aller vers l’exportation.

L’Algérie a besoin de réaliser un taux de croissance de 7 % durant les dix prochaines années, a-t-il fait observer, tout en plaidant pour la préservation des PME et de l’emploi qui existent avant de se projeter dans la création de nouvelles entreprises.

Abordant la situation des entreprises publiques, M. Bensaci a déclaré qu'un audit sur le secteur public marchand est entrain d’être fait actuellement au niveau du CNC afin d’appuyer la démarche du ministère de l’Industrie.

A ce propos, il a relevé que les conditions d'octroi des marchés publics est une problématique touchant toutes les entreprises. 

Le CNC a, ainsi, proposé, selon lui, de donner l’avantage à des sous-traitants locaux, en établissant des procédures de présélection des entreprises algériennes au lieu de donner la primauté aux entreprises étrangères.

Mettant en exergue l’avantage d’avoir un tissu industriel avec des équipements modernes permettant de proposer des substitues à l’importation, M. Bensaci a cité le cas des sous-traitants dans le domaine de la mécanique de précision.

Les capacités de production des entreprises publiques doivent, selon le président du CNC, être mises à la disposition des d’autres producteurs algériens, tout en plaidant pour un management efficace par "objectif chiffré".

M. Bensaci a considéré en outre que les startups sont un maillon de la chaine industrielle, pour lesquelles le CNC encourage à faire beaucoup de monitoring en vue d'assister les porteurs de projets.

Un système d’information sera établi sur la cartographie du tissu industriel
  Publié le : mercredi, 13 janvier 2021 19:26     Catégorie : Economie     Lu : 5 foi (s)   Partagez