Le problème des autorisations de forage de puits bientôt résolu

Publié le : dimanche, 20 décembre 2020 10:10   Lu : 52 fois

ALGER - Le ministre des Ressources en eau, Arezki Barraki, a indiqué samedi soir à Alger qu'une démarche multi-sectorielle a été engagée en vue de trouver une solution au problème du gel de l'octroi d'autorisation de forage de nouveaux puits.

S'exprimant devant les membres de la Commission des finances et du budget de l'Assemblée populaire nationale (APN), dans le cadre de l'examen du projet de loi de règlement budgétaire 2018, M. Barraki a précisé que cette démarche convenue avec le ministre de l'Agriculture et du développement rural va "impliquer" les ministres des Finances et de l'Intérieur afin de "trouver une formule qui ne soit pas contraire à la réglementation" et qui "permettra d'octroyer des autorisation de forage de nouveaux puits".

M. Barraki a évoqué dans ce contexte une autre solution dans le cas "extrême" qui consiste à ce que "l'Etat se charge du forage de puits" que les agriculteurs seront en mesure d'exploiter.

Abordant le chapitre de l'alimentation en eau potable, le ministre des Ressources en eau a affirmé que l'Algérie a enregistré cette année un déficit de 39% en matière de pluviométrie.

Il a ajouté que le taux de remplissage national des barrages a atteint son niveau "le plus bas depuis près de 40 ans", baissant jusqu'à 38% de la capacité de remplissage. Une situation due, selon le ministre, aux "changements climatiques" et qui risque de se répéter dans les années avenir.

"La Méditerranée est classée parmi les zones les plus impactées par les changements climatiques", a-t-il souligné.

A ce propos, il a fait observer que des prévisions de spécialistes prévoient dans les prochaines années l'augmentation du déficit en eau de près de 60% dans certaines régions du monde, tout en rappelant que "l'Algérie avait envisagé en 2002, en raison de la sécheresse, d'importer de l'eau".

Pour faire face à cette situation, qui risque de se reproduire selon lui, le ministère des Ressources en eau a tracé un programme qui s'étale jusqu'à 2030. Toutefois, M. Barraki a précisé qu'"il n'est pas possible de régler le problème de l'eau sans infrastructures".

A ce titre, il a déclaré que l'Algérienne des eaux (ADE) a vu ses subventions passer de 16 milliards DA en 2012 à 100 millions DA en 2021.

S'agissant des moyens financiers nécessaires pour le fonctionnement de l'ADE, le ministère des Ressources en eau est intervenu pour obtenir un crédit de 10 milliards DA permettant de couvrir ses charges.

Au sujet de la qualité du réseau et le problème des fuites, question soulevée par les membres de la Commission, le ministre a fait savoir que son département avait réalisé une évaluation qui fait ressortir la nécessité d'investir au minimum 75 milliards DA dans une première étape pour remédier notamment au problème de la vétusté du réseau. Selon M.

Barraki, il a lieu de renouveler au minium 2000 Kilomètres de canalisations par an.

Le problème des autorisations de forage de puits bientôt résolu
  Publié le : dimanche, 20 décembre 2020 10:10     Catégorie : Economie     Lu : 52 foi (s)   Partagez