Karima Chaâbane, une des rares algériennes virtuoses du Qanoun

Publié le : mardi, 29 juin 2021 13:58   Lu : 27 fois
Karima Chaâbane, une des rares algériennes virtuoses du Qanoun

BECHAR - La musicienne Karima Chaâbane, une des rares musiciennes algériennes virtuoses du Qanoun, cofondatrice de l’orchestre Saoura de Bechar (une vingtaine de musiciens), puise son jeu de sa passion pour cet instrument de musique et de son amour pour la musique algérienne et arabe.

Détentrice d’un master de langue espagnole qu’elle enseigne dans un lycée à Bechar, Karima a appris à jouer le Qanoun grâce à sa ténacité et son talent avéré, ce qui l’a incité à contribuer à la création de l’orchestre Saoura dont elle est l’unique femme membre, grâce à son jeu jugé "excellent" par plusieurs musiciens, artistes et mélomanes locaux. 

"A cause de ma passion pour la musique, j'ai toujours rêvé de jouer un instrument de musique, et ma première rencontre a été avec le violon, puis je suis passé au luth, mais je ne suis pas parvenu à maitriser leur jeu, malgré tous les efforts déployés pour parfaire ma maitrise de ces deux instruments, jusqu'à ce que l'artiste Ammar Amroun, musicien- compositeur de musique de films et chef de l’orchestre Saoura m’ait dirigé vers le Qanoun", a-t-elle révélé.

Ammar Amroun a été le premier à lui recommander et l’encourager à jouer le Qanoun,  prédisant même qu'elle allait être une virtuose dans le jeu et la maitrise de cet instrument. Son penchant et sa connaissance théorique et pratique de la musique algérienne et arabe, lui ont permis par la suite de le jouer avec "perfection et dextérité", a-t-elle confié.


Lire aussi: Festival culturel européen: Algérie, Italie et Portugal, une synergie musicale méditerranéenne


"Pour moi, dit-elle, le Qanoun est un instrument de régulation de l’œuvre orchestrale, avec ses sonorités spécifiques, sa particularité et son rôle pivot entre les solos des instruments musicaux arabes et algériens", ajoutant que "le Qanoun à travers ses sonorités particulières a trouvé même sa place dans les musiques de pays non arabes, ce qui prouve la beauté de ses sonorités".

Pour cette musicienne, l’Algérie est une scène fertile pour de nombreux genres musicaux profanes et sacrés, grâce à sa diversité culturelle et constitue un "grand gisement des arts musicaux", dont certains, comme le Raï, ont connu le succès à l’international.

Karima estime que beaucoup d’autres genres et styles musicaux nationaux peuvent obtenir ce succès international, notamment l’Imzad, Chellali, El- Houl et le Diwane.

 

La femme algérienne s'est imposée sur la scène culturelle

 

S’agissant de la présence de la femme algérienne dans le domaine artistique et musical, Karima Chaâbane déclare que la femme algérienne "a réalisé de nombreux progrès en matière de production culturelle, littéraire, cinématographique, théâtrale et musicale".

Cependant sa présence dans le domaine de la création musicale "vacille encore derrière sa condition sociale et les traditions, ce qui explique que le champ musical est l'apanage des hommes, à l'exception de quelques rares femmes-musiciennes et artistes présentes au sein d'orchestres et autres groupes musicaux à travers le pays", fait-elle remarquer.

Cette réalité a poussé Karima à percer ce vide négatif et à contribuer à la création de l’orchestre Saoura, avec des amis musiciens à Bechar, pour jouer en son sein le Qanoun.

"En tant que passionnée de la musique algérienne et arabe, mes aspirations sont de réaliser une œuvre musicale à succès national et international avec mon instrument qui a été longtemps un instrument de musique d’hommes, pour refléter la richesse musicale et culturelle de mon pays", affirme la musicienne.

Si Karima Chaâbane est désormais reconnue en tant que musicienne virtuose et innovante par des spécialistes de musique, un long chemin lui reste à parcourir pour se faire connaitre davantage sur la scène artistique nationale et permettre au public de la connaitre amplement.

L’artiste rêve d’une participation de son orchestre à un grand festival national ou international pour faire étalage de sa dextérité et faire la promotion de la musique de son orchestre, chargée et imprégnée du patrimoine musical du sud-ouest du pays et d’autres régions du pays.

Karima Chaâbane, une des rares algériennes virtuoses du Qanoun
  Publié le : mardi, 29 juin 2021 13:58     Catégorie : Culture     Lu : 27 foi (s)   Partagez