Belkheir Firou, doyenne de la maroquinerie traditionnelle au Tassili N'Ajjer

Publié le : lundi, 08 mars 2021 19:09   Lu : 38 fois
Belkheir Firou, doyenne de la maroquinerie traditionnelle au Tassili N'Ajjer

DJANET - Belkheir Firou, bien que d’un âgé avancé, est l’exemple même de la femme passionnée par son métier et continue à exercer à Djanet ce qu’elle a toujours su faire, la maroquinerie traditionnelle, héritée de ses aïeux.

Le nom de cette septuagénaire est étroitement lié au travail traditionnel du cuir, jusqu’à mériter le titre de doyenne de l’artisanat traditionnel au Tassili N’Ajjer, à tel point que la visite de son atelier sis au vieux quartier d’In-Aberber et qui renferme une exposition de jolis articles de maroquinerie traditionnelle, est incontournable dans les circuits des touristes et visiteurs de la région.

Se confiant à l’APS, cette femme artisane a révélé avoir consacré toute sa vie à perpétuer ce métier artisanal qui fait partie intégrante de l’identité culturelle et de l’authenticité de la société targuie, d’autant plus que le cuir est un produit directement lié au mode de vie des touaregs.

L’on retrouve les produits confectionnés à base de cuir dans leurs tentes, habits, meubles et articles de couchage, faisant ainsi de la maroquinerie traditionnelle une activité à part entière dans la région du Tassili N’Ajjer.

Mme Belkheir se charge elle-même du tannage du cuir, à base de produits naturels, avant de le travailler pour confectionner des objets usités dans la vie quotidienne, à l’instar d’habits, de chaussures, de sacs et de cartables, où autres articles de couchage, étuis de couteaux, pouffes et sièges.

La doyenne des artisanes du Tassili N’Ajjer estime aussi avoir contribué à la vulgarisation de ce legs artisanal à travers sa participation à divers salons, expositions et évènements dans le pays et à l’étranger, affirmant à ce propos que "la préservation de cet héritage culturel et sa sauvegarde ne peut se concevoir qu’à travers son inculcation aux générations montantes".

 

Des associations pour sauvegarder la maroquinerie traditionnelle

 

C’est dans cette perspective justement, que l’artisane Firiou Belkheir a pris l’initiative de mettre sur pied l’association "Le Tassili de l’artisanat traditionnel" en vue de valoriser et perpétuer cet art aux dimensions civilisationnelle et socioéconomique, à travers la formation de jeunes artisanes et leur encouragement à adopter cette activité non seulement comme ressource vivrière mais aussi comme moyen de préservation de ce legs matériel, reflet de l’authenticité de l’environnement social de la population du Tassili N’Ajjer.

Pour le directeur du Tourisme, de l’Artisanat traditionnel et du Travail familial de Djanet, Lamine Hamadi, a mis en avant l’apport de Mme Belkheir dans la sauvegarde du legs matériel de la région, notamment la maroquinerie qui mérite "un grand intérêt, à l’instar des autres segments de l’artisanat traditionnel".

La femme dans la société targuie est au cœur de l’activité artisanale traditionnelle et au centre du tissu social local, au vu de son rôle prépondérant dans la sauvegarde du patrimoine artisanal et de ce qu’elle confectionne comme articles d’utilisations diverses dans le quotidien de la population locale, a-t-il souligné.

Et de conclure que ce segment de l’artisanat traditionnel gagnerait à être soutenu et accompagné à travers la mise en place d’espaces permanents de promotion et de commercialisation de ce genre artisanal authentique.

Belkheir Firou, doyenne de la maroquinerie traditionnelle au Tassili N'Ajjer
  Publié le : lundi, 08 mars 2021 19:09     Catégorie : Culture     Lu : 38 foi (s)   Partagez