PARIS- Une dizaine d'associations marocaines de défense des droits de l'Homme activant en France ont appelé, jeudi, à un rassemblement le 5 mars devant l'ambassade du Maroc en France, pour dénoncer les pratiques répressives du régime du Makhzen et exiger la libération de tous les détenus politiques dans le royaume.

Published in Monde

PARIS - L'ONG Reporters sans frontières (RSF) a dénoncé, jeudi, "l'instrumentalisation de la justice contre les journalistes" au Maroc, appelant à la libération de l'éditorialiste Souleiman Raissouni, condamné en appel à une sévère peine de cinq ans de prison pour "attentat à la pudeur avec violence".

Published in Monde

CASABLANCA - La Cour d'appel de Casablanca a confirmé mercredi une sévère peine de cinq ans de prison ferme à l'encontre du journaliste marocain Soulaimane Raissouni, pour "attentat à la pudeur avec violence", ont rapporté des médias.

Cette peine a été décidée en juillet dernier alors qu'il était en détention préventive depuis mai 2020, mais la défense avait décidé de faire appel.

"Ce jugement est la preuve qu'on veut se venger de M. Raissouni. Nous sommes très déçus, on s'attendait à ce qu'il soit innocenté au regard de l'ensemble des failles exposés tout au long du procès", a déclaré son avocat, Miloud Kandil à la sortie de la salle d'audience.

La défense du journaliste a aussitôt décidé de se pourvoir en cassation, à l'issue d'une audience qui a duré huit heures, rapportent les médias.

Comme en première instance, la peine d'emprisonnement est assortie de dommages-intérêts de 100.000 dirhams (environ 9.500 euros) en faveur du plaignant.

Le verdict a été mal accueilli par les soutiens de M. Raissouni qui avaient rempli une salle d'audience comble, au cri de "procès inique". "Soulaimane sois rassuré, nous allons continuer le combat", ont-ils promis. 

Raissouni, un éditorialiste de 49 ans connu pour son ton critique vis-à-vis des autorités, était accusé d'"agression sexuelle", charge qu'il a toujours rejetée devant le tribunal. Ses soutiens dénoncent un "procès politique", tandis que le plaignant se défend d'être "instrumentalisé politiquement".

L'enquête avait été ouverte à la suite d'une publication sur Facebook dans laquelle l'accusateur incriminait, sous pseudonyme, M. Raissouni de l'avoir agressé sexuellement.

De son côté, l'ancien rédacteur en chef du journal Akhbar Al Yaoum et ses avocats ont fustigé à plusieurs reprises les "failles" du dossier. "Cette affaire est émaillée des mensonges du plaignant. Tout au long du processus judiciaire, il s'est contredit", a soutenu M. Raissouni en énumérant point par point ces "contradictions" à la barre.

Son comité de soutien au Maroc a fustigé un procès "à caractère politique et revanchard". Reporters sans Frontières (RSF) avait plaidé pour que le journaliste -- engagé dans la défense de la liberté de la presse -- soit libéré dans l'attente d'"un procès équitable".

Deux autres journalistes marocains, Omar Radi et Taoufik Bouachrine, ont été condamnés à de lourdes peines de prison ferme pour des agressions sexuelles qu'ils rejettent. M. Radi, dont le procès en appel est en cours, est également accusé d'"espionnage".

 

Published in Monde

CASABLANCA - Le journaliste marocain Omar Radi, condamné à six ans de prison, doit retrouver la liberté "pour poursuivre ses enquêtes sur la corruption" qui gangrène le Maroc, a affirmé son père, Idriss Radi, alors que le journaliste a rejeté mardi, lors de son procès en appel, les accusations d'"espionnage" qui pèsent sur lui.

Published in Monde

RABAT - L'Association nationale des diplômés chômeurs au Maroc a dénoncé la répression qui vise les luttes du peuple marocain et réclamé l'annulation des "faux-procès" contre les détenus et les chômeurs en particulier.

Published in Monde

CASABLANCA - Les avocats du journaliste marocain Soulaimane Raissouni, condamné en première instance à cinq ans de prison pour "agression sexuelle", ont dénoncé mardi les "failles" du dossier devant la Cour d'appel de Casablanca, ont rapporté des médias.

Published in Monde

RABAT- L'historien marocain et défenseur des droits de l'Homme, Maati Monjib, a estimé que le régime du Makhzen "pourrait tomber avant la fin de cette décennie" et dénoncé l'espionnage et la répression par Rabat des voix libres dans le Royaume.

Published in Monde

MADRID - Un sénateur espagnol du parti Podemos a exigé du ministre des Affaires étrangères, José Manuel Albares, d'expliquer la nature des mesures prises par le gouvernement espagnol concernant la question des droits de l'homme dans les zones occupées du Sahara Occidental, et les démarches diplomatiques pour contribuer à mettre fin à l'oppression marocaine contre les civils sahraouis.

Published in Monde

LE CAIRE - La ligue arabe a salué jeudi le rapport publié cette semaine par Amnesty International, dans lequel l'ONG dénonce le système cruel d'apartheid pratiqué par les autorités de l'occupation israéliennes contre le peuple palestinien.

Published in Monde

ADDIS-ABEBA - Le membre du Secrétariat national du Front Polisario et ambassadeur en Afrique du Sud, Mohamed Yaslem Beissat, a affirmé que l'Etat d'occupation marocain ne cesse d'accentuer ses violations des droits de l'Homme à travers l'utilisation de drones pour assassiner des civils sahraouis et des étrangers dans la région, a indiqué l'Agence de presse sahraouie (SPS).

Published in Monde