Impliquer les élus et la société civile dans les actions de développement des zones frontalières

Publié le : lundi, 15 octobre 2018 12:09   Lu : 0 fois
Impliquer les élus et la société civile dans les actions de développement des zones frontalières

ALGER - Les participants à la rencontre nationale sur l’aménagement et le développement des zones frontalières ont recommandé dimanche soir à Alger d’impliquer les élus, la société civile et l’ensemble des acteurs économiques et sociaux, dans les actions de développement de leur territoire.

Intervenant à la fin des travaux de cette rencontre de deux jours, organisée par le ministère de l’Intérieur, des collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, les participants à l’atelier sur "La gouvernance et les perspectives de développement transfrontalier" ont mis l’accent dans le volet gouvernance "l’implication des élus, la société civile et l’ensemble des acteurs économiques et sociaux, dans les actions de développement de leur territoire".

L’implication des différents acteurs vise à mieux cerner les efforts à consentir pour un développement harmonieux des espaces frontaliers avec comme objectif de conforter les principes de la gouvernance participative, souligne le document contenant ces recommandations et dont l’APS a obtenu une copie.

En ce sens, il a été recommandé d’instituer une structure souveraine de l’exportation, dont les missions seraient de définir la politique nationale d’exportation, notamment pour les zones frontalières et mettre en place le cadre juridique y afférent.

Il s’agit, est-il mentionné, "d’assurer la coordination intersectorielle pour la définition et le financement du programme spécial de développement des zones frontalières et mettre en place les outils techniques de suivi et de l’évaluation de la mise en œuvre de la stratégie nationale pour les zones frontalières», tout en adaptant le cadre juridique devant prendre en charge les spécificités des régions frontalières pour la promotion du développement socioéconomique.

Cet atelier a en outre recommandé l’institution d’une structure nationale dénommée "Comité national des frontières", dédié au développement des communes frontalières et à la coopération transfrontalière.


Lire aussi : Le Président Bouteflika consacre un programme spécial de développement en faveur des wilayas frontalières


Dans le même sillage le "Comité des frontières" qui sera présidé par le wali, sera chargé de proposer "le programme spécial de développement des zones frontalière et de veiller à sa mise en œuvre", selon ces mêmes recommandations.

Il est aussi recommandé d’engager des études d’aménagement transfrontalier par territoire de wilaya, pour mieux appréhender les caractéristiques propres à chaque wilaya, tout en associant les territoires frontaliers voisins dans la programmation d’actions et de projets intégrateurs transfrontaliers pour une efficience certaine.

Le même atelier a suggéré de "donner plus d’initiatives et renforcer les missions des acteurs territoriaux (administrateurs et élus) et mutualiser les moyens pour la concrétisation des objectifs de développement transfrontalier, ainsi que la gestion des situations d’exception comme les feux de forêt, la lutte antiacridienne, et la gestion sanitaire.

Il a été aussi recommandé de définir les mécanismes de financement du "Programme spécial pour les zones frontalières" par les différents fonds nationaux, à savoir le Fonds communs des collectivités locales (FCCL), le Fonds spécial de développement des régions Sud, le Fonds des Hauts-plateaux et le Fonds de la promotion de la compétitivité industrielle.

Au volet "Développement des relations des relations transfrontalières», cet atelier a recommandé de renforcer graduellement le rôle des wilayas et des élus dans le développement transfrontalier, en tant qu’animateur des relations avec les pays limitrophes, dans certains axes de coopération.


Lire aussi :  Mise en place de mécanismes pour développer les wilayas frontalières du Sud


Il s’agit aussi "moderniser et digitaliser les postes frontaliers pour faciliter le transit des populations et des biens, et prévoir la création de nouveaux postes frontaliers, en concertation avec les pays voisins, en cas de nécessité".

Il est en outre recommandé d’adapter le régime douanier pour améliorer et encourager les investissements au niveau des zones frontalières, adapter le code de l’investissement aux zones frontalières.

La rencontre nationale sur l’aménagement et le développement des zones frontalières dont les travaux ont été clôturés dimanche soir s’est déroulée en deux ateliers, le premier ayant porté sur le thème "l’organisation spatiale et la mise à niveau socio-économique durable des territoires frontaliers" et le deuxième sur "a gouvernance et les perspectives de développement transfrontalier".

Impliquer les élus et la société civile dans les actions de développement des zones frontalières
  Publié le : lundi, 15 octobre 2018 12:09     Catégorie : Algérie     Lu : 0 foi (s)   Partagez