Affaire Groupe Condor: des peines de 6 à 10 ans de prison ferme requises

Publié le : jeudi, 18 novembre 2021 15:36   Lu : 34 fois
Affaire Groupe Condor: des peines de 6 à 10 ans de prison ferme requises

ALGER- Le procureur de la République près le tribunal de Sidi M'hamed (Cour d'Alger) a requis jeudi des peines allant de 6 à 10 ans de prison ferme à l'encontre des frères Benhamadi, propriétaires du Groupe Condor, poursuivis avec 40 cadres pour plusieurs délits, dont dilapidation de deniers publics, incitation d'agents publics à exploiter leur influence pour l'obtention d'indus avantages, et financement occulte de partis politiques.

Le procureur de la République a requis 10 ans de prison ferme et une amende de 8 millions DA à l'encontre d'Omar Benhamadi, responsable de "Travocovia", et 8 ans de prison ferme et la même amende à l'encontre de son frère, Abderrahmane, gérant de la société "Altrapco".

Sept (7) ans de prison ferme et 8 millions DA ont été requis contre Ismail Benhamadi, tandis qu'une peine de six (6) ans de prison ferme et 8 millions DA a été requise contre Fayçal, Hocine et Abdelhamid Benhamadi.

La même peine de six (6) ans a été requise contre l’ancien PDG de Mobilis, Mohamed Habib, et une autre peine de cinq (5) ans contre son successeur à la tète de cette entreprise, Ahmed Choudar.

Le ministère public a requis une peine de cinq (5) ans de prison assortie d'une amende d'un (1) million de DA contre l'ancien ministre de la jeunesse et des sports, Mohamed Hattab, poursuivi dans le dossier Condor en sa qualité d'ancien secrétaire général de la wilaya d'Alger, ainsi qu'une peine de quatre (4) ans de prison et une amende d'un (1) million de DA  pour l'ancien directeur général de Mobilis, Saad Damma.

Le Procureur a également requis une peine de trois (3) ans de prison assortie d'une amende d'un (01) million contre l'ex directeur des télécommunications, Mohamed Salah Daas. Les mêmes peines ont été requises contre le reste des accusés des deux entreprises "Mobilis" et "Algérie Télécom" et d'autres cadres de différents secteurs dont les Transports.

Quant au responsable financier à la direction de la campagne électorale du candidat, Abdelaziz Bouteflika, pour la présidentielle annulé de 2019, Mohamed Ourorane, le procureur a requis l'application de la loi.

S'agissant des entreprises, le représentant du ministère public a requis une amende de 40 millions DA contre "GB Pharma" et "Condor" et 20 millions DA pour le reste des sociétés.

Outre le dossier de GB Pharma, l'usine qui devait être construite dans la nouvelle ville de Sidi Abdallah à Zéralda (ouest d'Alger), ces coaccusés sont poursuivis dans une autre affaire qui concerne la passation de marchés" avec l'opérateur public de téléphonie mobile Mobilis pour l'acquisition de téléphones portables et de tablettes auprès du groupe Condor.

 

 

 

Affaire Groupe Condor: des peines de 6 à 10 ans de prison ferme requises
  Publié le : jeudi, 18 novembre 2021 15:36     Catégorie : Algérie     Lu : 34 foi (s)   Partagez