La communauté aspire au traitement des dossiers sensibles lors du prochain Parlement

Publié le : mardi, 08 juin 2021 19:05   Lu : 4 fois
La communauté aspire au traitement des dossiers sensibles lors du prochain Parlement

ALGER - Les membres de la communauté nationale établie à l'étranger aspirent à ce que le nouveau Parlement parvienne à traiter plusieurs dossiers sensibles et proposer plusieurs projets et mesures facilitant davantage leur adhésion à la vie politique et économique, ainsi que le développement économique du pays.

Les dossiers liés "à la création d'un ministère spécial" pour la communauté, chargé exclusivement de la prise en charge des problèmes des émigrés, de les représenter auprès de la médiation de la République, la désignation de conseillers de la communauté nationale auprès de la Présidence de la République, l'ouverture des frontières, l'établissement d'une carte consulaire et l'encouragement des hommes d'affaires à investir, le traitement du dossier de rapatriement des dépouilles mortuaires et la cherté des billets représentent les principales revendications de cette catégorie, a appris l'APS.

Il convient de rappeler que la situation pandémique a influé sur le déroulement de la campagne électorale à l'étranger, d'autant que le rassemblement de plus de 6 personnes dans un même endroit est interdit dans plusieurs pays dans le cadre des mesures préventives contre la pandémie (covid-19), néanmoins les rencontres quotidiennes, les visites de terrain aux marchés et cités où réside la communauté algérienne, de même que les rencontres via les plateformes numériques et les réseaux sociaux étaient autant d'options choisies par les candidats pour convaincre les électeurs potentiels à se rendre aux urnes. 

L'ouverture des frontières, étant au centre des préoccupations exprimées par la communauté nationale établie à l'étranger il y a quelques jours, a pesé lourd dans la balance, au titre de la campagne pour les Législatives du 12 juin, ce qui a incité les candidats à consentir davantage d'efforts pour convaincre les électeurs.

Plusieurs membres de la communauté nationale établis à l'étranger (France, Espagne, Canada, Amérique et Tunisie) ont fait part à l'APS de leur volonté de renforcer les liens avec leur pays d'origine, à travers leur association aux programmes de développement national, en favorisant leur accès aux postes d'emploi au sein des consulats nationaux et leurs annexes, une démarche à même d'alléger le fardeau du trésor public et de rationnaliser les dépenses.

Pour leur part, les candidats des différentes formations politiques ont convenu de la nécessité de réunir les conditions favorables aux flux des capitaux et l'attrait des investissements des hommes d'affaires établis à l'étranger, la communauté nationale étant un réservoir important de devises.

Il est possible de drainer ces ressources financières importantes de devises, via les canaux bancaires, à travers la création d'une banque algérienne dédiée à la communauté, à condition qu'elle soit partenaire des hommes d'affaires algériens dans la réalisation des projets dans le pays, selon un candidat du front El Moustakbal.


Lire aussi: Législatives: les candidats réitèrent leurs appels au vote massif


Il a évoqué, à cette occasion, le problème du "nombre insufissant" de vols vers l'Algérie en raison de la pandémie et des repercussions de la durée du confinement sur les ressortissants rapatriés, qualifiée de "très longue", notamment au vu de l'évolution des opérations de vaccination à l'étranger et du recul de la propagation du virus dans plusieurs pays.

Pour sa part, le candidat du parti de l'Alliance nationale républicaine (ANR) à la 4e circonscription électorale, Talbi Mouloud, a fait savoir que la communauté algérienne à l'étranger représente "20% du total des citoyens à l'intérieur du pays", d'où l'impératif d'engager une réflexion plus profonde concernant les modalités de mobilisation des ressources financières pour cette catégorie au service de l'économie nationale.

M. Talbi a plaidé pour "l'égalité" entre les citoyens algériens, en Algérie comme à l'étranger, en leur offrant la possibilité d'être représentés par "un ministère spécial", et ce au vu des engagements internationaux et des différents dossiers du ministère des Affaires étrangères, outre la nomination "d'un conseiller et d'un médiateur à la présidence de la République, chargé du traitement de leurs préoccupations et de la révision de toutes les lois qui font la distinction entre le citoyen algérien à l'intérieur du pays et celui établi à l'étranger.

Il a insisté, en outre, sur l'impérative création d'"un statut pour la communauté algérienne à l'étranger" et la "réhabilitation" d'Air Algérie à travers le recours au numérique et la réduction du nombre de ses agences et de ses fonctionnaires à l'étranger, des mesures qui devront avoir une incidence sur les tarifs de transport.

De son côté, la candidate du parti El Fadjr El Djadid à la 1e circonscription électorale, Sara Benchikh (27 ans), a estimé nécessaire de relever le taux de représentativité de la communauté algérienne à l'étranger au Parlement, notamment les jeunes, de numériser l'action consulaire dans le cadre d'une stratégie intégrée basée sur le principe de communication avec le citoyen, outre l'association des chercheurs algériens établis à l'étranger au développement économique en les intégrant dans les instituts et les entreprises.

Elle a plaidé, en outre, pour l'équivalence des diplômes obtenus à l'étranger et la vulgarisation de l'action culturelle et religieuse algérienne à l'étranger à travers la conclusion de contrats avec des associations à l'étranger suivant un programme défini pour l'enseignement de la langue et de la religion et le transfert du patrimoine culturel, tout en offrant l'opportunité aux jeunes d'exposer leurs préoccupations en vue de la consécration de l'approche de la démocratie participative énoncée dans la Constitution de 2020.

Pour sa part, le candidat du parti "El Karama" à la 2e circonscription électorale, Youcef Bouaboune, a suggéré la généralisation des bureaux de liaisons algériens à l'étranger et la création d'une chaîne de télévision dédiée à la communauté algérienne à l'étranger qui traite de leurs problèmes, outre favoriser le recrutement de membres de la communauté algérienne à l'étranger dans des postes consulaires et au sein des filières de sociétés algériennes à l'étranger.

M. Youcef a plaidé pour une représentativité "équitable" des membres de la communauté nationale établie à l'étranger au sein du Parlement et non pas "symbolique" et la création d'une carte pour l'inscription consulaire comportant des avantages de la caisse de solidarité pour aider les membres de la communauté et rapatrier les dépouilles mortuaires, ils doivent donc s'acquitter d'une somme d'argent annuelle comme impôt étudié pour le Trésor public.

Le candidat du Mouvement Ennahda, Rachid Boughediri (57 ans), titulaire d'un diplôme d'études supérieures en gestion, a proposé l'enregistrement systématique des Algériens inscrits dans les consulats sur le fichier électoral, évoquant en outre l'éloignement des centres de vote ainsi que le manque des annexes consulaires.

"Deux sièges seulement au Parlement ne suffisent pas pour une circonscription aussi vaste que la 4ème circonsription", notamment au regard des problèmes qui entravent l'organisation de la campagne électorale dont les mesures de prévention contre la propagation de la COVID-19, a-t-il dit.

Yahmadi Mohamed Amine, 36 ans, candidat du parti de la liberté et de la justice (PLJ) au niveau de la 1ère circonscription, a relevé "la confiance perdue" constatée chez plusieurs membres de la communauté, d'où la nécessité de ne ménager aucun effort pour convaincre et sensibiliser à l'importance de ce rendez-vous électoral.

Il a proposé la révision de la carte de déploiement des consulats, la garantie de facilitations à leur niveau, l'emploi des jeunes algériens établis à l'étranger et l'octroi d'avantages au profit des compétences nationales à l'étranger pour les inciter à regagner le pays et contribuer au développement de plusieurs secteurs, ainsi que l'octroi d'un quota du hadj (pélerinage) aux personnes âgées au sein de la communauté algérienne établie à l'étanger, pour renforcer le lien avec la patrie.

La communauté aspire au traitement des dossiers sensibles lors du prochain Parlement
  Publié le : mardi, 08 juin 2021 19:05     Catégorie : Algérie     Lu : 4 foi (s)   Partagez