Accès aux archives classifiées de plus de 50 ans: un geste "très positif"

Publié le : mercredi, 10 mars 2021 19:51   Lu : 6 fois
Accès aux archives classifiées de plus de 50 ans: un geste "très positif"

ALGER - La décision du président français, Emmanuel Macron, de faciliter l'accès, dès ce mercredi, aux archives classifiées de plus de 50 ans, est un geste "très positif" et de "très important", ont estimé des historiens.

"Je peux dire, pour l'instant, que c'est une très bonne décision et c'est une ouverture s'il y a un suivi permettant de la mettre en application assez largement et qui permettrait particulièrement aux chercheurs Algériens d'accéder à ces documents", a déclaré à l'APS le directeur général des Archives nationales, Abdelmadjid Chikhi, qualifiant la décision de M. Macron de "très positive".

Le Président Macron a décidé mardi de faciliter l'accès, dès ce mercredi, aux archives classifiées de plus de 50 ans, y compris celles relatives à la Guerre de libération nationale (1954-1962).

Cette décision a été prise afin de "permettre aux services d'archives de procéder aux déclassifications des documents couverts par le secret de la défense nationale jusqu'aux dossiers de l'année 1970 incluse", avait précisé un communiqué de la présidence de la République française, ajoutant que "cette décision sera de nature à écourter sensiblement les délais d'attente liés à la procédure de déclassification, s'agissant notamment des documents relatifs à la Guerre de libération nationale".

M. Chikhi a rappelé que cette ouverture intervient en réponse surtout à "une action de la famille universitaire française qui avait envoyé des pétitions au président français lui demandant d'ouvrir les archives et surtout la levée des restrictions qui avaient été faites concernant ce qu'ils appellent secret défense".

Qualifiant, à ce propos, la décision d'"importante", le DG des Archives nationales a relevé l'importance d'"attendre les dispositions qui seront prises sur le plan législatif comme le souligne le communiqué de la présidence de la République française et sur le plan réglementaire vis-à-vis de ce qui est appelé secret de défense nationale et également le respect de la sécurité nationale et d'un certain nombre de contingences que tous les Etats sont tenus de respecter".


Lire aussi: Accès aux archives: déclassifier les documents couverts par le Secret-défense


"Ce que nous pouvons dire pour l'instant c'est que l'accès sera un peu plus ouvert, surtout que la période concernée est une période très importante pour l'histoire de l'Algérie. Elle se situe entre les années 1920 et 1970", a-t-il fait remarquer, notant que cette période a connu "la gestation du mouvement national".      

Il a rappelé, dans ce contexte, quelques étapes qu'a connues cette période dont certains développements de la colonisation notamment avant le centenaire de 1930 où "la colonisation s'est exprimée d'une façon assez abjecte et fêtait une centaine d'années de misère et d'application de loi très dures vis-à-vis des Algériens".

M. Chikhi a également évoqué la période 1942-1943 (Manifeste du peule algérien) ainsi que celle de 1945 (manifestations réprimées dans le sang), indiquant que cette dernière a permis aux Algériens d'"essayer d'accorder leurs violons en vue de la lutte de libération nationale".

"Donc, il y a un certain nombre de faits très importants et nous sommes dans la période la plus dense de l'histoire de l'Algérie en matière politique et en matière de rapport entre l'Algérie et la France", a-t-il dit, insistant sur le fait que ce déclassement est "une première étape".

"Il y a beaucoup à faire. Les archivistes français vont se pencher sur pas mal de dossiers. J'espère que ce sera positif pour l'écriture de l'histoire", a conclu le DG des archives nationales.

 

Un geste positif qui s'inscrit dans le dégel des relations entre l'Algérie et la France

           

De son côté, l'historien Mohammed Ould Si Kaddour El-Korso a estimé que la décision du Président français est "positive", affirmant ne pouvoir que la "féliciter".

"Sur le plan du principe, cette décision est un geste positif qui s'inscrit dans le dégel des relations entre l'Algérie et la France, et je ne peux que la féliciter", a déclaré à l'APS M. El-Korso, s'interrogeant, toutefois, sur "sa concrétisation dans sa globalité sur le plan pratique".

L'historien a exprimé, dans ce sens, des "appréhensions" quant à d'"éventuels" blocages quant à son application, soulignant que la décision est, pour l'heure, "politique et non administrative". Il a aussi émis des réserves quant au début de son application. "Je crains que cela prendrait du temps", a confié l'historien.     

"Différents subterfuges pourraient être trouvés par des administratifs (archivistes) afin d'empêcher un accès total à ces archives, comme la non-classification de certaines archives par manque de personnel ou une sélection préméditée de ces documents", a-t-il mis en garde, soulignant l'importance "extrême" des documents liés à la torture, aux exécutions sommaires ou encore celles se rapportant à la bataille d'Alger.

M. El-Korso a estimé par ailleurs qu'il revenait aux historiens et autres étudiants de "bien savoir lire" les archives.

"Il est temps que les archives de la Révolution algérienne soient mises à la disposition des lecteurs Algériens", a-t-il plaidé.

Accès aux archives classifiées de plus de 50 ans: un geste "très positif"
  Publié le : mercredi, 10 mars 2021 19:51     Catégorie : Algérie     Lu : 6 foi (s)   Partagez