Le mouvement estudiantin algérien sous l’occupation française, "un exemple de sacrifices"

Publié le : vendredi, 26 février 2021 16:04   Lu : 55 fois

SETIF - Le secrétaire général de l’Union des étudiants sahraouis et membre du secrétariat général du Front Polisario, Ibrahim Ahmed Moulay, a affirmé jeudi à Sétif que le mouvement estudiantin algérien sous l’occupation française "constitue un exemple de sacrifices" pour les étudiants sahraouis.

"Le mouvement estudiantin algérien sous l’occupation française de l’Algérie est un exemple pour nous de sacrifices et de résistance et la date du 19 mai 1956 en est un des témoins majeurs", a déclaré Ibrahim Ahmed Moulay, dans son allocution,  prononcée dans le cadre de sa visite en compagnie d’une délégation diplomatique de la RASD à l’université de Sétif et qui les conduira vers d’autres universités du pays.

S’exprimant devant les cadres des deux universités "Mohamed Lamine Debaghine" et "Ferhat Abbas" de Sétif et des étudiants sahraouis et algériens, il a ajouté que les étudiants sahraouis "ont préféré se sacrifier pour la patrie au lieu de poursuivre leur étude à l’instar des étudiants algériens qui avaient abandonné les bancs des universités pour les maquis préférant la lutte pour l’indépendance et la liberté à l’humiliation et l’occupation".          

En marge de la rencontre, la vice-recteur de l’université "Mohamed Lamine Debaghine", chargée des relations extérieures, Mme Naoual Abdelatif Mami, a indiqué que cette rencontre est la 22ème de la série de rencontres effectuées par la délégation sahraouie depuis janvier passé et jusqu’à mars prochain dans les universités algériennes en soutien à la cause sahraouie.

Dans son allocution à l’occasion, le recteur de l’université "Mohamed Lamine Debaghine", Pr. Khair Guechi, a souligné que la cause du Sahara occidentale est "l’une des causes justes au monde et constitue une cause de décolonisation".

La visite a été aussi l’occasion de présenter le projet Ci-RES du programme Erasmus+, financé par l’Union européenne et lancé à l’université de Sétif en 2020 pour une période de trois ans pour la formation des réfugiés de nationalités diverses dans les universités algériennes dont 20 étudiants sahraouis.

Le mouvement estudiantin algérien sous l’occupation française, "un exemple de sacrifices"
  Publié le : vendredi, 26 février 2021 16:04     Catégorie : Algérie     Lu : 55 foi (s)   Partagez