La perspicacité du défunt moudjahid Boussouf a permis de contrer les tentatives d’infiltration de la Révolution

Publié le : mercredi, 30 décembre 2020 17:43   Lu : 2 fois

ALGER - La perspicacité du défunt moudjahid Abdelhafid Boussouf, l'architecte des services du renseignement lors de la Glorieuse révolution nationale, lui a permis de la protéger contre les tentatives d’infiltration, tant à l’intérieure qu’à l’extérieur du pays, ont affirmé les participants à un colloque historique.

Lors de cette rencontre, organisée par l'Association "Mechaal Chahid" à l'occasion de la commémoration du 40e anniversaire de la mort du moudjahid Abdehafid Boussouf, le chercheur et historien Lahcen Zeghidi a indiqué que le défunt "a pu, grâce à sa perspicacité et à son génie, protéger la Glorieuse révolution de toutes formes d’infiltration, tant à l’intérieur qu’à l’extérieure, en mettant à profit le potentiel jeunesse".

Expliquant cette réussite par la création du premier appareil de renseignement propre à la révolution en 1957, ainsi que du tout premier centre d’instruction pour les agents de transmissions et la mise en place de la première école de formation des cadres de la Guerre de libération, il a affirmé que Boussoufde "est le fondateur incontestable du renseignement algérien".

Le colonel Abdelhafid Boussouf, "a misé sur les jeunes pour atteindre l'objectif de protection de la Révolution contre toute infiltration", a-t-il souligné, rappelant "la contribution des étudiants universitaires au suivi quotidien des écrits de la presse française, exploités ultérieurement pour les accords d'Evian" et "l'attachement" du défunt à la formation des jeunes dans les télécommunications et l’arme de Transmissions.

Le conférencier a mis en exergue, en outre le rôle "pivot" qu'a eu "Si Mabrouk" dans la fourniture des maquis en armes et matériel, rappelant qu’il avait créé une usine secrète de fabrication d'armes à la frontière ouest, contournant ainsi la difficulté d'acquérir des armes, particulièrement entre 1958 et 1959 en raison des lignes électrifiées de Challe et Morice, le long des frontières avec le Maroc et la Tunisie.


Lire aussi: Abdelhafid Boussouf: Un génie du renseignement au service de l'indépendance algérienne


De son côté, le journaliste Ali Draa a appelé les jeunes à "s'inspirer de la pensée du Moudjahid Boussouf, qui a sacrifié sa jeunesse au service du pays et veillé à la protection de la Glorieuse révolution contre toute infiltration, soulignant le rôle du défunt dans l'approvisionnement des moudjahidines en armes, en dépit du blocus imposé à cette époque.

Soulignant la nécessité de s'inspirer du passé pour bâtir le présent et tracer les contours du futur, M. Draa a mis en avant les multiples défis qui se posent à l'Algérien sur plusieurs front, ce qui exige, a-t-il dit, la mobilisation et le  renforcement des rangs.

Colonel à l'Armée de libération nationale (ALN), Abdelhafid Boussouf, de son nom de guerre "Si Mabrouk", a été ministre de l'Armement et des Liaisons générales (MALG) dans le Gouvernement provisoire de la République Algérienne (GPRA).

Militant du Parti du Peuple algérien (PPA) dans la région de Mila avant de rejoindre l'Ouest du pays après la découverte de l'organisation secrète, il était adjoint du moudjahid Larbi Ben M'hidi à la tête de la Région 5 (Ouest) lors du déclenchement de la guerre de libération le 1 novembre 1954 avant d'être désigné chef de la Wilaya 5 historique avec le grade de colonel.

Le défunt, qui s'est retiré définitivement de la scène politique en 1962, est décédé le 31 décembre 1980.

La perspicacité du défunt moudjahid Boussouf a permis de contrer les tentatives d’infiltration de la Révolution
  Publié le : mercredi, 30 décembre 2020 17:43     Catégorie : Algérie     Lu : 2 foi (s)   Partagez