Ligue arabe/Justice: impératif de dépasser les domaines de coopération traditionnels

Publié le : jeudi, 26 novembre 2020 15:13   Lu : 4 fois
Ligue arabe/Justice: impératif de dépasser les domaines de coopération traditionnels

ALGER- Le ministre de la Justice, Garde des sceaux, Belkacem Zeghmati a affirmé jeudi à Alger que les défis futurs qui résulteront de la situation pandémique en cours exigeraient des Etats arabes de dépasser les domaines de coopération traditionnels et d’investir nos potentialités conjointes.

La situation difficile que vivent les pays arabes à l’instar des autres pays au monde est une occasion "pour nous de songer à investir dans les créneaux arabes conjoints", a précisé M. Zeghmati dans son intervention à l’occasion de la 36e session du Conseil des ministres arabes de la Justice, tenue par visioconférence.

Et d’affirmer que la seule solution efficace pour cette conjoncture est "d’investir nos propres potentialités conjointes", conformément aux dénominateurs communs des pays arabes.

Le ministre a également pointé du doigt les nouveaux défis émanant de l’expansion de la Covid-19 qui viennent s’ajouter aux anciens défis auxquels font face les Etats arabes dans le cadre du crime organisé, notamment le terrorisme qui représente toujours "une véritable menace de notre sécurité et notre stabilité".

Selon le ministre, les circonstances actuelles ont contribué à "l’obstruction" des efforts déployés par les pays de la Ligue arabe et visant principalement à booster le développement et raffermir les compétences locales, pour ne citer que les actions menées dans le cadre de la promotion des droits de l’homme arabe et de la protection des libertés individuelles et collectives.

C’est ainsi que le Conseil est "appelé aujourd’hui, plus que n’importe quelle autre institution et plus que jamais, à accomplir un rôle positif face à ces défis", et ce, a-t-il précisé, "en dépassant les domaines de coopération traditionnels en vigueur".

Dans le domaine du travail judiciaire, le Garde des sceaux a mis en avant "l'impératif" recours aux technologies de l'information et de la communication (TIC), qualifiant cette transition "d'une réalité qui s'impose".

Relevant la nécessité de "renforcer les facteurs de cohésion et de solidarité" pour réussir à surmonter la situation actuelle, M. Zeghmati a préconisé, à cet égard, l'inter-connectivité entre les établissements judiciaires des pays arabes. Cette démarche permettra, selon le ministre, de faciliter la communication et le contact, tout en réduisant l'effort et le temps.

Le ministre de la Justice a passé en revue, par la même occasion, les différentes réformes judiciaires engagées récemment par l'Algérie, en tête desquelles l'amendement constitutionnel qui a accordé, a-t-il dit, au pouvoir judiciaire "une importance particulière, en renforçant son indépendance et en fixant les règles qui lui garantissent de jouer son rôle de garant des droits et libertés, collectifs et individuels".


Lire aussi: Sénat: Zeghmati présente le projet de loi relatif à la protection et la lutte contre les crimes d'enlèvement


M. Zeghmati a en outre évoqué la gestion du travail judiciaire, caractérisé, cette année, par des procès tenu en quasi totalité à distance, et ce dans le cadre de la lutte contre la pandémie du Coronavirus.

Ces procès, a-t-il précisé, ont concerné des affaires examinées au niveau national ou local, relevant que cette démarche avait permis au citoyen algérien de bénéficier de la plupart des services judiciaires, conformément aux mesures préventives décidées par les pouvoirs publics du pays.

S'agissant de la lutte contre la criminalité, il a été procédé à l'amendement du Code pénal, en introduisant de nouvelles dispositions garantissant le respect des protocoles médicaux établis dans le cadre de la lutte contre la pandémie Covid-19, a poursuivi M. Zeghmati.

Détaillant, dans le même cadre, les textes promulgués afin de protéger le citoyen, le Garde des sceaux a cité la loi relative à la prévention et à la lutte contre la discrimination et le discours de haine, le texte visant à prévenir des bandes de quartier, et une troisième loi relative à la protection et la lutte contre les crimes d'enlèvement, laquelle prévoit des dispositions contre le kidnapping. 

En matière de lutte contre la corruption, le terrorisme et le crime organisé transfrontalier, les dispositions du code de procédure pénale ont été amendées. Un pôle pénal économique et financier a ainsi vu le jour dans le cadre de cette loi modifiée qui stipule également l'élargissement de la compétence en matière de terrorisme et de crime organisé transnational.

L’ordre du jour de cette session prévoit le débat de 14 points avec à leur tête la lutte antiterroriste, en passant en revue la convention arabe de lutte contre ce fléau et le mécanisme de sa mise en œuvre, la convention arabe pour la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme, la convention arabe de lutte contre la cybercriminalité, le paiement de rançon, le renforcement de la coopération arabe et internationale en matière de lutte antiterroriste outre la convention arabe de lutte contre la corruption.

La session débattra, entre autres, du dossier de l’unification des législations arabes, à travers l’examen du projet de loi arabe interdisant le discours de la haine, outre une série de projets de conventions, dont le projet de la convention arabe sur la situation des réfugiés dans les pays arabes, le projet de convention sur la protection et l'assistance aux personnes déplacées, le protocole arabe de non-prolifération des armes dans la région arabe, complétant la convention arabe de lutte contre le crime organisé transnational.

Ligue arabe/Justice: impératif de dépasser les domaines de coopération traditionnels
  Publié le : jeudi, 26 novembre 2020 15:13     Catégorie : Algérie     Lu : 4 foi (s)   Partagez