Soufiane Djilali: l’Algérie n’est pas en situation d’"impasse" politique

Publié le : lundi, 09 novembre 2020 13:52   Lu : 30 fois

ALGER - Le président du parti Jil Djadid, Soufiane Djilali, a indiqué lundi que l’Algérie post-référendum n’est pas en situation d’"impasse" politique, en référence au taux de participation enregistré, se projetant sur les prochaines élections législatives qu'il qualifie de "grand enjeu final" en vue de "reconfigurer le champ politique".

Dans un entretien accordé au quotidien Le Soir d’Algérie, il a indiqué au sujet du taux de participation enregistré au référendum sur la révision constitutionnelle le 1er novembre dernier que l'Algérie "n'est pas dans une impasse politique" car c'est "pour la première fois, que l'on voit apparaître des chiffres qui correspondent au réel".

Il a fait observer que le "le pouvoir aurait pu, comme par le passé, gonfler (le taux), mais a accepté de donner un chiffre vrai", rappelant que le taux de participation à la consultation référendaire est de 23,7%.

Pour le président de Jil Djadid, ce constat invite à faire des lectures, "la première étant la volonté de rapporter des chiffres dans leur réalité et la seconde est que ce faible taux révèle un grand malaise chez la population (...)".

A cet égard, il a fait remarquer que les citoyens "ont fait fi du texte et se sont attachés au contexte", enchainant ainsi sur l’élection présidentielle du 12 décembre 2019 qui avait précisément "marqué la fin de ce régime".

Il a ajouté que "la faible participation à ce référendum" est en relation avec un "manque de confiance chez les citoyens, qui a été légué par l’ancien régime".

Pour ce qui est des conséquences du référendum du 1er novembre, M. Djilali a estimé que "le grand enjeu final" consiste en l'organisation des élections législatives anticipées, estimant que la "dissolution" de l’actuelle Assemblée populaire nationale et l'élection d’un nouveau Parlement présentent "probablement l’occasion de reconfigurer la classe politique en Algérie".       

S'exprimant sur le Hirak, M. Djilali il a évoqué "une tentative de hold-up" de ce mouvement populaire, relevant qu'au "fil des semaines, beaucoup de personnes  ayant accaparé le Hirak n’étaient même pas présentes le 22 février 2019 et se sont inscrites dans un agenda qui n’était pas algérien".

Il a ainsi évoqué "un groupe de psychopathes à l’étranger, complètement impliqués dans des opérations d’envergure géostratégiques et qui veulent entraîner le pays de force dans un tourbillon par rapport à des objectifs qu’ils ont", relevant que "ceux qui veulent gérer le Hirak, ont besoin de détenus dans les prisons pour pouvoir mobiliser l’opinion publique".

Dans ce sillage, il a indiqué que des individus sont actuellement en détention en raison de leurs "déclarations", précisant à cet effet "ne pas défendre ces individus  qui sont allés beaucoup trop loin au nom de la liberté d’expression, dans la diffamation et l’insulte".          

Affirmant que "la liberté d’expression doit s’exercer dans la raison", le président de Jil Djadid a néanmoins plaidé en faveur de "la libération de l’ensemble des détenus (car) l’Algérie a besoin d’apaisement".         

S'exprimant sur l'opposition politique, il a estimé qu'elle reste "divisée" et demeure "en plein chaos, désorganisée et avec des positions contradictoires".

Soufiane Djilali: l’Algérie n’est pas en situation d’"impasse" politique
  Publié le : lundi, 09 novembre 2020 13:52     Catégorie : Algérie     Lu : 30 foi (s)   Partagez