Révision de la Constitution: le rôle de la société civile et des médias mis en avant

Publié le : mercredi, 21 octobre 2020 09:16   Lu : 14 fois
Révision de la Constitution: le rôle de la société civile et des médias mis en avant

ALGER - Le rôle de la société civile conjugué à celui des différents médias dans la campagne référendaire sur le projet d'amendement de la Constitution a été mis en avant par les titres de la presse nationale paraissant ce mercredi.

Le quotidien Horizons qui s'est attardé sur le rôle de la société civile dans cette campagne référendaire, a relevé en même temps "la place prépondérante" qui lui est réservée dans le projet de la Constitution.

En ce sens, dans un entretien accordé à cette publication, le Conseiller auprès du président de la République chargé du mouvement associatif et de la communauté algérienne à l'étranger, Nazih Berramdane a affirmé que "la société civile est au premier rang des soutiens à la révision constitutionnelle", soulignant dans le même sens que "l'Etat mettra en place les institutions accompagnant de cette société civile".

"Il y a déjà la constitutionnalisation de la société civile. Dans le préambule du projet de la nouvelle Constitution, il est mentionné que la société civile prend part à la gestion des affaires publiques", a encore précisé M.  Berramdane.

Le même journal a repris les propos du président du Bureau national de l'Association nationale de promotion de la société civile, mettant ainsi l'accent sur "l'importante place accordée à la société civile dans le projet de révision constitutionnelle ainsi que son rôle dans l'édification de l'Algérie nouvelle".

Il a estimé que "cela ouvre la voie aux compétences et énergies nationales et traduit la concrétisation des engagements du Président Tebboune".


Lire aussi: Presse régionale: l'amendement constitutionnel concrétise la volonté du peuple d’aller vers un changement


Sous le titre "Référendum et l'administration publique", l'éditorial du journal L'Expression a écrit que "pour la première fois, la nouvelle Constitution a prévu de rendre à l'administration ses titres de noblesse", soulignant que dans son article 26, il est mentionné "l'administration est au service du citoyen".

Dans ses pages intérieures, le tabloïd qui consacre une large couverture aux activités des acteurs qui mènent campagne en faveur de la révision constitutionnelle a titré sur "l'urgence du changement".

Le quotidien El Moudjahid est, quant à lui, revenu sur la sortie médiatique du ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Ammar Belhimer, qui était l'invité d'un forum sur "La place de la presse dans le projet d'amendement de la Constitution". Le ministre a soutenu, selon El Moudjahid, que "L'Algérie ne pourra évoluer que dans le sens de la consécration de la liberté de la presse".

Dans le même sens, le quotidien arabophone Ech Chaâb a repris les déclarations de M. Belhimer qui a affirmé que le projet de la Constitution "garantissait une protection plus large de la liberté de la presse", tout en déplorant "la désastreuse situation héritée" de l'ancien pouvoir.

Le même quotidien a également rapporté les déclarations du Général de corps d'armée Saïd Chanegriha, chef d'état-major de l'Armée nationale populaire, qui a affirmé que le prochain référendum populaire sur le projet d'amendement de la Constitution, constitue une "étape importante" sur la voie de l'édification de l'Algérie nouvelle et du développement socio-économique, des objectifs dont la concrétisation nécessite "impérativement" l'instauration de la paix et la stabilité.

Ech Chaâb a également rapporté les déclarations des animateurs des différents meetings sur la révision constitutionnelle, notamment le ministre de l'Energie Abdelmadjid Attar qui a indiqué que "La Constitution soumise à référendum préservait la souveraineté sur les ressources naturelles", alors que pour le président du Mouvement El Islah, Filali Ghouini, "le projet de la Constitution est inclusif".


Lire aussi: Amendement constitutionnel: des garanties pour préserver les deniers publics et lutter contre la corruption (presse oranaise)


Le quotidien El Massa a rapporté les propos du ministre de la Jeunesse et des Sports, Sid-Ali Khaldi pour qui le projet de Constitution consacre un "consensus général et la volonté populaire", ajoutant que ce projet concrétise les engagements du président de la République, notamment en ce qui concerne l'édification de l'Algérie nouvelle.

Le quotidien El Khabar a, pour sa part, publié une contribution de l'universitaire et chercheur en histoire, Rabah Lounici sous le titre "Le référendum et les enjeux de la nouvelle Constitution". Cet universitaire a fustigé ceux qui ont "noirci" le projet de révision constitutionnelle, estimant que "cette démarche n'est ni juste, ni objective".

Il a déploré l'attitude "populiste" de certains hommes politiques qui appellent au rejet du projet de la révision constitutionnelle, alors que le Texte présente, selon lui, de "nombreux avantages comparativement à la Constitution de 2016".

Sous le titre 'Djaballah veut tout contrôler", le Soir d'Algérie a rapporté que le président du Front pour la justice et de le développement (FJD), "veut prendre part l'opération de surveillance des urnes". Il a ainsi fait savoir que Abdellah Djaballah "a adressé une lettre dans ce sens à l'Autorité nationale indépendante de surveillance des élections".

Par ailleurs, la presse nationale a largement commenté la rentrée scolaire 2020/2021 qui intervient ce mercredi dans un contexte particulier, marqué par la pandémie du Coronavirus.

Media

Révision de la Constitution: le rôle de la société civile et des médias mis en avant
  Publié le : mercredi, 21 octobre 2020 09:16     Catégorie : Algérie     Lu : 14 foi (s)   Partagez