Journées d'études: plusieurs propositions pour généraliser l'utilisation du gazon naturel dans les stades

Publié le : mercredi, 28 février 2018 19:05   Lu : 0 fois
Journées d'études: plusieurs propositions pour généraliser l'utilisation du gazon naturel dans les stades

ALGER - Plusieurs propositions théoriques ont été exposées à Alger, à l'occasion des journées d'études portant sur la quête d'une "bonne formule" pour généraliser l'utilisation du gazon naturel dans les différents stades d'Algérie qui se sont déroulées mardi et mercredi.

Les sujets suscitant le plus d'attention ont été répartis en trois ateliers, à savoir : pelouse et substrat, ressources humaines et matérielles, ainsi que la gestion administrative et la législation. Des sujets qui ont été débattus en groupes, entre des experts étrangers et des hommes de terrain locaux, provenant de différentes wilayas d'Algérie.

Le point le plus important ayant été retenu par le premier atelier a été la "particularité" du climat algérien qui, contrairement à beaucoup d'autres pays, varie considérablement en fonction des saisons.

"Dans les pays du Golfe, il fait très chaud pendant toute l'année, alors que dans certains pays d'Europe du Nord, c'est tout le contraire, puisqu'il fait froid même pendant l'été", ont commencé par exposer les intervenants, avant de souligner qu'en Algérie "il peut faire plus de 40 degrés en été, alors qu'en hiver, les températures peuvent chuter en-dessous de zéro". Une importante variation qui, selon les mêmes sources, peut se répercuter de manière néfaste sur la "viabilité" du gazon.


Lire aussi: Football: appel à la généralisation du gazon naturel dans les stades


"L'utilisation du Bermuda Grass convient parfaitement aux pays du Golfe, car ce type de gazon est adapté aux pays très chauds. Mais dans les pays où il fait nettement plus froid, avec une importante pluviométrie, c'est le Ray-Grass anglais qui convient le mieux, car plus adapté à ce genre de climat", ont exposé les intervenants, avant de se rendre à l'évidence qu'en Algérie, les deux types de gazon doivent être réunis dans une même pelouse, selon les saisons.

"L'idéal, c'est de démarrer la saison avec le Ray-Grass anglais, car convenant le mieux à la période se situant entre septembre et mars. Mais il faut lancer en parallèle la culture du Bermuda Grass, pour qu'il soit prêt pour la période estivale, car résistant mieux à la chaleur qui sévira entre les mois de mai et juillet".

Une proposition théorique qui, selon les experts étrangers, "nécessite une longue période d'expérimentation", car s'agissant d'un nouveau procédé dont il sera probablement difficile de réussir la mise en pratique.

Certains intervenants ont proposé de suivre l'expérience de l'Espagne et du Portugal dans la gestion de cette alternance de gazons entre l'été et l'hiver, car ayant pratiquement le même climat que l'Algérie. Un point qui a été sérieusement pris en considération.

"L'avis des jardiniers doit être pris en considération par les instances qui gèrent la programmation des différents championnats de football. Le semis doit être fait à une période précise et il ne peut être repoussé à une date ultérieure, parce que telle ou telle compétition ne s'est pas encore achevée. Si le stade doit être fermé, il doit l'être. D'où la nécessité de coordonner le travail des jardiniers avec le calendrier établi par les organisateurs des compétitions. C'est d'une importance primordiale", ont-ils expliqué.

 

Ressources humaines et matérielles

 

Le deuxième atelier, dirigé par Madani Belamri, a regroupé 14 personnes qui ont débattu essentiellement des ressources humaines et matérielles qui serviront à entretenir les différentes pelouses.

Ils ont insisté sur la nécessité de commencer par former de bons experts dans le domaine, tout en les aidant à rester à la page, grâce notamment à l'organisation de séminaires, ou des rencontres entre hommes de terrain, pour qu'ils puissent échanger leurs différentes expériences.

Les intervenants ont prôné par la même occasion la polyvalence des effectifs, pour éviter la dépendance et gérer convenablement les imprévus, tout en opérant des passations de consignes.

Pour conclure, ces intervenants ont attiré l'attention sur la qualité du matériel mis à leur disposition, considérant qu'il représentait également un facteur important dans la réalisation d'un bon travail. "On doit apprendre aussi à bien l'entretenir, pour pouvoir l'utiliser durablement", ont-ils encore souligné.

Réda Doumi, du ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) organisateur de ce rendez-vous, a présidé le troisième et dernier atelier, regroupant six responsables chargés de la gestion des installations sportives qui ont énuméré les différents problèmes administratifs les empêchant d'exploiter pleinement le potentiel des stades, notamment en faisant baisser les importants bénéfices qu'ils pourraient générer.

"En Algérie, le billet d'accès à un grand stade d'un complexe sportif comme Mohamed-Boudiaf (Alger) est au même prix qu'à un petit stade communal. C'est-à-dire à seulement 300 DA. Ce qui n'est pas normal, car l'entretien d'un stade olympique exige beaucoup plus de moyens qu'une enceinte de taille inférieure. Donc, si ce grand stade ne fait pas rentrer suffisamment d'argent, il ne pourra plus s'en sortir", a-t-il commencé par exposer.

Doumi a plaidé par la suite pour la création d'un "statut-type pour les stades", qui fera d'eux des "entités à part", avec leur propre mode de gestion. Ce qui permettra selon lui de les rentabiliser au maximum.

"Il est temps de favoriser le caractère économique des stades", a-t-il insisté, en préconisant de faire sortir ces enceintes sportives de leur mode de gestion actuel.

Autant de propositions, techniques et administratives, ciblant à trouver prochainement la bonne formule pour concrétiser le projet de généralisation du gazon naturel dans les différents stades d'Algérie qui tend à disparaître.

Journées d'études: plusieurs propositions pour généraliser l'utilisation du gazon naturel dans les stades
  Publié le : mercredi, 28 février 2018 19:05     Catégorie : Sport     Lu : 0 foi (s)   Partagez