Connexion

Connectez-vous à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Rester connecté(e)

Algérie Presse Service

Taux de change actuels du Dinar Algérien |19/02/2017

USD 1$ in 108.24 in 114.85
EUR 1€ in 115.25 in 122.31
JPY 100¥ in 95.52 in 101.39
GBP in 135.15 in 143.45

 

 

SITES RÉGIONAUX

 
 
 
 

28/02/2017 06:26

  Suivez toute l’actualité sur :   facebook  Facebook   Twitter  Twitter   Youtube  Youtube  

PUBLICITÉ
Vous êtes ici : ACCUEIL»SOCIÉTÉ »Yennayer: un pan de l'identité et du patrimoine algériens à "préserver"
jeudi, 12 janvier 2017 08:46

Yennayer: un pan de l'identité et du patrimoine algériens à "préserver"

ALGER - La fête ancestrale de Yennayer, célébrée le 12 janvier de chaque année, est un pan de l’identité et du patrimoine algériens qu’il convient de "préserver", a plaidé mercredi à Alger le chercheur en histoire et auteur, Mohamed Benmeddour.

Animant une conférence la veille de la célébration de cette fête séculaire, le conférencier a considéré Yennayer comme étant "un pan de l’identité et du patrimoine algériens", d’autant plus qu’il est perpétué à travers l’ensemble du territoire national.

C’est également un rituel qui est entretenu dans les pays d’Afrique du nord, à travers les communautés berbérophones y résidentes, a-t-il rappelé, insistant pour que Yennayer soit "sauvegardée et préservée de l’oubli et de la disparition".

"Les générations actuelles et futures doivent préserver ce patrimoine légué par nos ancêtres, car nous constatons un certain déclin et une menace non seulement s’agissant de Yennayer mais également d’autres coutumes typiques qui connaissent quelques métamorphoses", a-t-il mis en garde.

Il cite, entre autres facettes de cette déperdition, l’introduction de nouvelles façons de célébrer Yennayer et d’ingrédients culinaires étrangers au mode festif initial et à la culture originelle des Algériens.

Abordant l’origine temporelle de ce rituel, l’anthropologue soutient que cette fête n’a "aucun lien" avec Chachenaq, comme avancé dans de nombreux écrits, arguant du fait que l’existence de ce dernier remonte à l’an 950 (avant JC) alors que Yennayer remonte à 2967 ans, selon le calendrier agraire des berbéro-amazighs, soit 6 siècles avant le Pharaon égyptien.

S’agissant de l’étymologie du terme Yennayer, M. Benmeddour précise qu’il provient de l’association des mots "Yen" qui fût le Dieu de l’Afrique du nord et "Ayour ", désignant la lune en berbère.

Rappelant que les célébrations de Yennayer s’étalent sur plusieurs jours, le conférencier a rappelé que jadis "toute la communauté s’affairait à s’entraider pour accueillir cette fête", citant, entre autres, le remplacement des vieilles traverses en bois des maisonnées ou encore le récurage des ruelles des villages.

"C’est à partir de cette entraide qu’est apparue la tradition de la ‘Touiza’", a-t-il soutenu, soulignant la dimension sociétale de Yennayer et rappelant que cette fête a pris l’appellation de "Lâadjouza" chez les habitants de la capitale, durant la période coloniale.

Lu: 255 fois
banner-aps