Impliquer les radiologues interventionnels dans la prise en charge des AVC

Publié le : lundi, 11 novembre 2019 14:32   Lu : 2 fois
Impliquer les radiologues interventionnels dans la prise en charge des AVC

ORAN - Des spécialistes en neurologie, en neurochirurgie et en médecine d’urgence, ont plaidé, lundi à Oran, pour une implication plus significative des radiologues interventionnels dans la prise en charge des Accidents vasculaires cérébraux (AVC).

Au deuxième et dernier jour de la 5ème rencontre nationale du registre des AVC, plusieurs intervenants ont mis l’accent sur l’importance du rôle du radiologue interventionnel dans la prise en charge rapide et efficace des AVC.

A ce titre, le Pr Maâmar Bouchakour, chef de service de neurochirurgie au CHU d’Oran, a souligné dans sa communication autour de "la place de la neurochirurgie dans le traitement des AVC" le rôle de la radiologie interventionnelle dans la prise en charge des malades sujets à des AVC, puisque les nouveaux traitements, comme la thrombectomie, font appel essentiellement à ces spécialistes.

"La prise en charge en urgence du malade nécessite avant tout l’accès rapide à l’imagerie qui permettra d’identifier la nature de l’AVC et de choisir le traitement approprié dans les meilleurs délais", a-t-il insisté.

Actuellement, la thrombéctomie est une technique novatrice et révolutionnaire qui consiste à injecter un produit qui va désagréger le caillot obstruant l’artère et permettre au sang de circuler de nouveau normalement. "C’est au radiologue interventionnel qu’incombe cette tâche important", précise-t-on.


Lire aussi: EHU d’Oran : environ 150 personnes thrombolysées depuis 2015


"Toutefois, cette technique n’est malheureusement pas encore répandue à l’échelle nationale, à l’exception du CHU Frantz Fanon de Blida, où un seul radiologue l’utilise", a expliqué le même intervenant.

Pour la cheffe de service des Urgences Médico-chirurcicales (UMC) du Chu d’Oran, le Pr Djebli Houria, cette technique a montré son efficacité et il est très important d’assurer les moyens nécessaires pour sa mise en application dans les structures de santé. "Il s’agira beaucoup plus de formation des radiologues que d’équipements", a-t-elle précisé.

"La thrombéctomie est un geste que fait le radiologue en introduisant un cathéter pour retirer le caillot de sang. Ce geste peut sauver des vies, même si le malade n’est pas arrivé tôt à l’hôpital", a estimé cette spécialiste, ajoutant que cette nouvelle technique "peut améliorer la prise en charge des AVC. Pour cela, il faut investir dans la formation principalement des radiologues, mais aussi des anesthésistes, des réanimateurs et des médecins urgentistes, tous concernés par les AVC".

Selon les chiffres présentés lors de cette dernière journée, l’Algérie enregistre entre 60.000 et 80.000 cas d’AVC annuellement, avec un taux de mortalité de l’ordre de 25% dès le premier mois de la survenance de l’accident. Cette pathologie est la 3ème cause de mortalité et la 1ère cause de handicap à l’échelle nationale.

Au CHU d’Oran, quelque 631 cas d’AVC ont été recensés au service des UMC de cet établissement depuis le début de l’année en cours, rappelle-t-on.

Impliquer les radiologues interventionnels dans la prise en charge des AVC
  Publié le : lundi, 11 novembre 2019 14:32     Catégorie : SANTE - SCIENCE - TECHNOLOGIE     Lu : 2 foi (s)   Partagez