Secteur de la santé: de nouvelles instructions organisationnelles et sécuritaires

Publié le : lundi, 30 septembre 2019 18:30
Secteur de la santé: de nouvelles instructions organisationnelles et sécuritaires

ALGER- Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Mohamed Miraoui, a instruit, lundi à Alger,  les 48 Directeurs de la Santé et de la Population (DSP) pour l'application de nouvelles mesures notamment sécuritaires et organisationnelles, pour une meilleure gestion du secteur de la santé et prise en charge des malades.

S'agissant des dispositions sécuritaires prévues pour "la protection des personnes et des structures de santé", le ministre a, entre autres, recommandé aux DSP de "mener dans l'immédiat" les expertises techniques nécessaires déterminant la "conformité" des équipements aux normes de sécurité, d'avaliser les plans internes de sécurité, de s'assurer de la "disponibilité" des systèmes anti-incendie ainsi que de la "qualité" des équipements électriques au niveau des établissements de santé.

Les DSP sont également chargés de la formation des agents spécialisés en l'extinction des feux, de la surveillance des issues de secours, de la multiplication des visites d'inspection et de l'hygiène de l'environnement hospitalier, tout en se débarrassant des équipements et autres moyens "hors d'usage".

Sur le plan de l'amélioration du rendement des services de santé, le ministre a exigé des concernés "l'humanisation de l'accueil et de l'orientation" des patients, la présence "effective" des équipes médicale, paramédicale et administrative, de meilleures conditions de travail, d'hébergement et de restauration des personnels de la santé ainsi que la mise à la disposition des malades les produits pharmaceutiques nécessaires, tout en veillant à leur "rationnelle utilisation".

Le ministre de la santé a, en outre, insisté sur "le respect des horaires de travail", des "bonnes pratiques" s'agissant du traitement des déchets hospitaliers, ainsi que sur la dotation des patients des moyens de transport médical pour leur évacuation. Ceci, a-t-il ajouté, en plus de garantir le fonctionnement "permanant" des services de radiologie, de pharmacie et de laboratoire au niveau des urgences hospitalières.

La prise en charge des préoccupations socioprofessionnelles des personnels de la santé n'a pas été en reste, les DSP ayant été instruits sur le payement "à temps" des salaires et autres redevances, sur la régularisation des nominations aux hautes fonctions ainsi que sur l'adoption et la mise en œuvre des plans de gestion des ressources humaines.

Miraoui a, en outre, recommandé le "renforcement" du dialogue social, la "protection" des professionnels de la santé durant exercice de leur profession à travers la multiplication du nombre d'agents de sécurité au niveau de certains services, tout en préconisant une "meilleure écoute" des doléances des citoyens avec la prise en charge de leurs préoccupations dans l'enceinte des établissements de santé.

Concernant le volet inhérent à la prévention, les DSP sont chargés notamment de la "consolidation" du système de veille et d'alerte contre les maladies transmissibles, l'application des calendriers de vaccination ainsi que la lutte contre les maladies non transmissibles (MNT), en insistant sur le diagnostic précoce.

Par ailleurs, le ministre a abordé particulièrement la prise en charge de la femme enceinte, recommandant aux intéressés "l'évaluation" de la mise en œuvre du Plan national dédié à cette dernière, tout en poursuivant la sensibilisation sur l'intérêt que ce plan revêt, s'agissant du suivi du parcours de la parturiente.

 

Le drame d'El Oued "aurait pu être évité"

        

Evoquant le "drame national" ayant endeuillé la semaine écoulée des familles à El-Oued, le ministre a estimé, lors d'une conférence de presse animée en marge de cette rencontre, que "si toutes ses instructions précédemment adressées aux DSP avaient été respectées, les décès déplorés auraient pu être évités".

Miraoui a, à ce propos, réfuté le fait que les négligences constatées dans son secteur soient imputées au "manque de moyens" et souligné que les sanctions prises à la suite de cette tragédie sont "provisoires" dans la mesure où, explique-t-il, "l'enquête judiciaire en cours définira toutes les responsabilités alors que des personnes sont déjà placées sous mandat de dépôt ".


Lire aussi : Décès de 8 nouveau-nés à El Oued: le procureur de la République se rend à l'hôpital


"Toutes ces mesures feront réfléchir plus d'un quant au fait que la responsabilité n'est pas une mince affaire", a-t-il averti, n'excluant pas que "d'autres sanctions tombent à l'avenir"

Interpellé, par ailleurs, sur la question de la rupture des médicaments ressentie depuis quelques semaines sur certaines marques, le ministre a assuré que leur nombre s'élève à 50 et non pas davantage, comme relayé par certaines parties.

"Ce phénomène n'est pas spécifique à l'Algérie et ce qui m'importe est que les médicaments hospitaliers et ceux essentiels au niveau des officines soient disponibles", a-t-il commenté, précisant que le problème se situe au niveau de la "vente concomitante" pratiquée par certains distributeurs et pour laquelle des "mesures seront bientôt annoncées".

Secteur de la santé: de nouvelles instructions organisationnelles et sécuritaires
  Publié le : lundi, 30 septembre 2019 18:30     Catégorie : SANTE - SCIENCE - TECHNOLOGIE     Lu : 4 foi (s)   Partagez