Fièvre aphteuse: mobilisation des services vétérinaires et de stocks de vaccins

Publié le : mercredi, 29 mai 2019 17:20

ALGER - Les services vétérinaires de l'ensemble du pays restent mobilisés et détiennent des stocks de vaccins contre la fièvre aphteuse, ayant touché, pour la première fois, le cheptel ovin, a affirmé mercredi à l'APS un haut responsable au ministère de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche.

"Les services vétérinaires des 48 wilayas, qui restent mobilisés, détiennent des stocks de vaccins contre la fièvre aphteuse à l'effet d'intervenir à tout moment au niveau des foyers signalés", a précisé dans une déclaration à l'APS le directeur des services vétérinaires par intérim au ministère, Khaled Bara. 

Selon lui, "le cheptel ovin a été atteint, pour la première fois, par cette maladie contagieuse, répandue beaucoup plus chez les bovins", ajoutant que la contamination "aurait pu être évitée si certains éleveurs avaient réellement pris en considération les mesures de prévention préconisées par le ministère pour prémunir leurs cheptels".

Il a, dans ce sens, assuré que les foyers enregistrés étaient "moins importants" par rapport à ceux identifiés en janvier et février derniers, relevant que les mortalités des cheptels restaient "faibles", sans donner de chiffres.

S'agissant des raisons ayant favorisé la propagation de la maladie, M. Bara a évoqué notamment "le mouvement de cheptel au niveau des wilayas frontalières, sachant que la maladie est également propagée dans les pays voisins".

"Certains marchés de bétail sont restés ouverts alors qu'on leur a demandé de fermer afin d'éviter tout contact de leur bestiaux avec les foyers contaminés", a-t-il déploré.

A une question sur l'efficacité de l'utilisation de l'abattage sanitaire au lieu de la vaccination, tel que recommandé par les spécialistes, le Dr Bara a répondu que cette option était valable au début de l'épidémie, dès la détection des premiers foyers de la fièvre aphteuse.

"Mais, une fois que la maladie s’installe l’abatage collectif ne peut se faire car il y a l'aspect économique qui rentre en ligne de compte, a-t-il expliqué ajoutant que "la maladie s’est propagée trop vite. Donc il était impossible de pratiquer l'abattage sanitaire du cheptel national".

Il a, cependant, rassuré que la campagne de vaccination du cheptel ovin et bovin contre la fièvre aphteuse se poursuivait à travers tout le territoire national.

"Une enveloppe financière de 728 millions de dinars a été déboursée depuis janvier pour acquérir les lots de vaccins qui ont permis de mener cette campagne de vaccination qui a concerné, en plus des petits ruminants de six mois, l’ensemble du cheptel bovin et ovin où des foyers de cette maladie virale ont été détectés", a-t-il soutenu.

Pour rappel, le directeur de l’Espace vétérinaire algérien (EVA), Bendenia Saada, avait déclaré à l’APS en septembre 2018 dernier que la fièvre aphteuse qui a touché différentes régions du pays au cours de ces quatre dernières années, "a réduit d'un tiers le nombre du cheptel bovin".

 

Fièvre aphteuse: mobilisation des services vétérinaires et de stocks de vaccins
  Publié le : mercredi, 29 mai 2019 17:20     Catégorie : SANTE - SCIENCE - TECHNOLOGIE     Lu : 16 foi (s)   Partagez