Le rôle du médecin prescripteur dans la rationalisation de l’ordonnance souligné

Publié le : jeudi, 07 février 2019 17:39   Lu : 9 fois

SETIF - Les participants au 6ème colloque régional des médecins prescripteurs et médecins consultants de la Caisse nationale d’assurance sociale des travailleurs salariés (CNAS) ont insisté jeudi, à Sétif sur le rôle du médecin prescripteur dans la rationalisation de l’ordonnance.

"Le médecin examinateur est un maillon crucial dans la rationalisation de la prescription de médicaments", ont relevé les intervenants durant la rencontre, initiée par la CNAS avec le concours de l’académie algérienne de l’allergologie, l’association algérienne de médecine générale, l’association algérienne de médecine interne et le conseil national de l’ordre des médecins.

Selon le directeur de l’agence CNAS de Sétif, la rencontre lance le débat sur les économies de la santé, favorise les échanges d’expériences et consolide les rapports de la CNAS avec les divers acteurs pour limiter certaines pratiques négatives dont les ordonnances exagérées et les congés de maladie de complaisance.

Le but de la rencontre vise aussi, a-t-il relevé, à maîtriser les dépenses, assurer la bonne prise en charge de l’assuré et préserver la pérennité du système national de sécurité sociale pour les générations futures.


Lire aussi : Zemali : Consolider le partenariat entre la sécurité sociale et les professionnels de la santé


De son côté, le directeur du contrôle médical à la direction générale de la CNAS, Djamel Metari, a indiqué que cette rencontre s’inscrit dans une série de rencontres similaires tenues à Tizi Ouzou, Annaba, Ghardaïa, Tlemcen et Chlef et concernera 12 régions du conseil de l’ordre des médecins.

Le médecin prescripteur jouit sur le plan éthique du plein droit de prescrire des médecins ou des congés de maladie mais est dans le même temps soumis aux dispositions de l’article 11 des règles de déontologie qui souligne l’obligation de tenir compte de l’économie dans son ordonnance, a ajouté l’intervenant qui a estimé que cela inclut "le devoir de ne pas contraindre le malade à prendre des médicaments princeps ou plus que son étant de santé ne l’exige".

La rencontre a été animée par des experts de divers hôpitaux et universités en présence de médecins généralistes et spécialistes des secteurs public et privé.

Le rôle du médecin prescripteur dans la rationalisation de l’ordonnance souligné
  Publié le : jeudi, 07 février 2019 17:39     Catégorie : SANTE - SCIENCE - TECHNOLOGIE     Lu : 9 foi (s)   Partagez