Ghardaïa : reprise des travaux de réhabilitation de la digue "Ahbas" à El-Atteuf

Publié le : jeudi, 10 octobre 2019 12:25   Lu : 86 fois
Ghardaïa : reprise des travaux de réhabilitation de la digue "Ahbas" à El-Atteuf

GHARDAIA- Les travaux de réhabilitation de l'ouvrage d'art ancestral à El-Atteuf, la digue Ahbas, fragilisée par les inondations d'octobre 2008, ont repris après une interruption pour des raisons techniques, a-t-on appris jeudi auprès de la direction des Ressources en eau de la wilaya de Ghardaia.

Confié en 2016 à l'entreprise publique Hydro Technique, le projet de réhabilitation, qui devait être réalisé en 15 mois pour un montant de 480 millions DA, a connu un retard ''considérable'', suite à des problèmes techniques survenus sur le terrain, a indiqué à l'APS le directeur du secteur, Habib Boulenouar.

La reprise des travaux traduit l'intérêt qu'accordent les pouvoirs publics à la préservation du patrimoine ancestral ''matériel et immatériel'' de la région de Ghardaïa, classé ''patrimoine sauvegardé''.

Construit en 1263 à quatre (4) km en aval de la localité d'El-Atteuf, cet ouvrage d'art hydraulique atypique, classé tant sur le plan architectural et historique comme patrimoine matériel, sa réhabilitation est dictée par son importance pour l'alimentation et la recharge cyclique de la nappe phréatique de la région, a expliqué l'ingénieur et chef de service à la direction de l'Hydraulique, Touhami Benahmed.

L'étude de réhabilitation de l'ouvrage hydraulique ancestral classé patrimoine matériel historique, d'une longueur de 800 mètres, d'une largeur de 7,5 m en crête et d'une hauteur de 10 m, a été confiée à un bureau d'étude spécialisé Suisse, a-t-on signalé.

L'étude de réhabilitation qui a été achevée et approuvée, a été conceptualisée conformément aux chartes de Venise, Boulogne et Florence portant sur la conservation et la restauration des monuments et sites historiques et culturels, a fait savoir M.Benahmed.


Lire aussi : Ghardaïa: le tourisme en plein marasme, des efforts pour diversifier les prestations


Elle s'articule sur la conservation de la valeur patrimoniale initiale de l'ouvrage, en permettant de distinguer les parties originales des parties remplacées afin que la restauration ne falsifie pas le document d'art et d'histoire de ce patrimoine hydraulique ancestral, a-t-il souligné.

Les travaux consistent à colmater la brèche centrale de la digue qui a cédé sous l'effet d'un débit de pic supérieur à 1000 m3/s, enregistré durant la crue qu'a connue la région de Ghardaia en octobre 2008 ainsi que la restauration et le renforcement du déversoir et de la rive droite de l'oued à la hauteur de la digue, a précisé le même responsable de la direction des ressource en eau.

L'ouvrage, dont le corps de la digue est formé d'argile limoneuse, permet d'emmagasiner quelques 3,5 millions M3 d'eau destinées à la recharge du niveau piézométrique de la nappe phréatique, ainsi qu'à répondre à la rareté d'eau d'irrigation des jardins et palmeraies de la commune d'El-Atteuf, selon le technicien.

Une fois les travaux achevés, cet ouvrage favorisera, au même titre que les trois digues de rétention édifiées en amont de la vallée du M'zab, un débit d'infiltration important des eaux de crue dans la nappe ainsi que l'écoulement des eaux de remontée, en évitant l'asphyxie du système racinaire des palmiers, a-t-il indiqué.

L'étude de la réhabilitation de cette digue, effectuée avec la participation de la société civile locale, permettra outre d'assurer la protection de la région et les équipements existants (routes stations d'épuration) contre les inondations, de protéger contre l'érosion les palmeraies et autres périmètres agricoles situés en amont, a-t-on expliqué.

Les efforts conjugués dans le cadre de ce projet visent outre la réhabilitation de cet ouvrage d'art hydraulique ancestral, la gestion et la préservation de l'eau et des sols, la réhabilitation du couvert végétal et l'amélioration des potentialités fourragères de l'espace pastoral.

Selon les responsables de l'hydraulique, le projet, dont le taux d'avancement est estimé à 40%, ambitionne non seulement de contribuer à l'amélioration des revenus et de la qualité de vie de la population locale par la création d'emplois et la protection des exploitations contre les effets des inondations, mais aussi de remédier aux déséquilibres écologiques constatés ces dernières années dans la région et de protéger le système oasien en aval de la digue.

Ghardaïa : reprise des travaux de réhabilitation de la digue "Ahbas" à El-Atteuf
  Publié le : jeudi, 10 octobre 2019 12:25     Catégorie : Régions     Lu : 86 foi (s)   Partagez