Les lignes de banlieue, un défi pour transporter des millions de voyageurs algérois

Publié le : mardi, 08 janvier 2019 16:37   Lu : 43 fois
Les lignes de banlieue, un défi pour transporter des millions de voyageurs algérois
Photo APS

ALGER - Avec plus de 32 millions d'usagers enregistrés en 2018, les lignes de banlieue d'Alger constituent le "cœur" de l'activité de la Société nationale des transports ferroviaires (SNTF), un défi constant pour satisfaire la clientèle de la Société qui partage avec ses voyageurs "le vœux pieux" de parvenir à un respect "plus rigoureux" des horaires des dessertes, à l'horizon 2019.

Desservant les wilayas de Blida, Boumerdès et Tizi Ouzou, les lignes ferroviaires de la banlieue d'Alger sont le "nerf névralgique" de la circulation des citoyens et représentent un taux de 80% de l'activité des trains opérationnels à travers le réseau national ferroviaire, le retard des dessertes ferroviaires a toutefois toujours marqué le quotidien des voyageurs.


Lire aussi: Rail-horizon 2021: un objectif de 17 millions de tonnes de marchandises et 16 millions de passagers


Des milliers de personnes se déplaçant quotidiennement depuis et vers Alger pâtissent du retard des dessertes ferroviaires, un phénomène qui s'est accru en 2018, selon plusieurs personnes qui se sont exprimés à l'APS, et ce, indépendamment du déraillement d'un train au niveau de la gare d'Agha en janvier 2018, ou la chute de câbles électriques entre les gares de Birtouta et de Boufarik (Blida) en juillet ou novembre écoulés ou d'autres accidents ayant causé des perturbations du trafic ferroviaire qui ont provoqué des retards de plusieurs heures.

 

Près de 7 milliards DA pour le renouvellement du réseau ferroviaire des trains de banlieue

 

Dans une déclaration à l'APS, le Directeur général de la SNTF, Yacine Bendjaballah a imputé les retards continus accusés dans les horaires des trains de banlieue, au projet de renouvellement, sur une distance de près de 200 km, de la voie ferrée, un projet dont la réalisation est devenue au cours des dernières années un impératif pour satisfaire la demande, sans cesse grandissante, sur ces lignes.

Plus précis, le DG de la SNTF a expliqué que le réseau ferroviaire de la banlieue est de plus en plus emprunté par les voyageurs, en raison, notamment, de l'émergence de nouvelles agglomérations à Alger, entraînant de ce fait, un plus grand déplacement des voyageurs, relevant, à cet égard, que la SNTF qui diminuait auparavant le nombre de dessertes les weekends, s'oriente, aujourd'hui, au renforcement de ces lignes avec des dessertes supplémentaires.


Lire aussi: La SNTF compte couvrir la totalité des charges à l'horizon 2019


A ce titre, la SNTF a lancé, depuis fin 2017, des travaux pour le renouvellement du réseau ferroviaire, en consacrant une enveloppe financière de près de 7 milliards de DA, dont 4 milliards de DA pour l'acquisition des équipements requis (rails, béton, câbles et signalisations) et près de 3 milliards de DA pour le parachèvement des travaux qui devront se poursuivre jusqu'à 2020.

Ces travaux ont été à l'origine de l'annulation de plusieurs dessertes selon M. Bendjaballah qui a fait état du parachèvement des travaux au niveau des lignes 1 et 2 à partir des stations de la Place des Martyrs et d'Agha, soulignant au passage que les horaires des dessertes seront respectés de façon plus rigoureuse d'ici la fin du premier semestre 2019.

Il a fait savoir, dans le même cadre, qu'après parachèvement de ces travaux qui interviennent pour s'adapter à la qualité des wagons et équipements modernes dont la société s'est dotée ces dernières années, les dessertes des banlieues devront réaliser un saut considérable aux plans qualitatif et quantitatif, en attendant que le réseau des banlieues se dote de la nouvelle ligne reliant l'aéroport international Houari Boumediene à la station de Bab Ezzouar sur une distance de 2,8 km, dont 1,6 km via le tunnel réalisé au dessous de rocade sud sur la voie express reliant Dar El Beida à Ben Aknoun.

 

Jet de pierres sur les trains, l'une des causes à l'origine des retards des dessertes

 

Le phénomène de jet de pierres sur les trains demeure parmi les principales causes à l'origine des retards des dessertes, a souligné le directeur délégué chargé de la sécurité ferroviaire à la SNTF, Hakim Intiran, qui a révélé l'enregistrement de plus de 330 cas de jets de pierres sur les trains en 2018, dont 159 cas sur les lignes des banlieues algéroises.

Le responsable a indiqué que ses services ont relevé que ce phénomène a pris de l'ampleur, précisant que 125 cas de jets de pierres avaient été enregistrés en 2017 contre 329 en 2018, causant des blessures à 15 employés de la société et 12 passagers, dont 5 employés et 7 passagers sur les lignes des banlieues algéroises.

La réparation des wagons caillassés nécessite leur retrait du service entre 1 à 3 jours, ce qui induit une annulation des dessertes programmées, a fait savoir M. Intiran, ajoutant que le blocage des portes dû aux comportements de certains passagers prolongeant ainsi la durée des dessertes.

 

La ligne Bir-Touta - Zéralda ... 1.5 millions de passagers en 2018

 

Evoquant l'importance des trains de banlieues, le directeur de transport et de voyageurs à la SNTF, Gamour Yacine a mis en avant à l'APS, que la ligne ferroviaire Bir Touta-Zéralda entrée en service fin 2016, a contribué efficacement au désengorgement de la circulation routière dans la région Alger-Ouest, faisant état d'une augmentation notable en matière de nombre d'usagers.

Le nombre de passagers empruntant cette ligne est passé de 1.3 millions/an en 2017 à 1.5 millions en 2018, a-t-il ajouté, notant, par la même, une augmentation en matière de chiffre d'affaire de la SNTF provenant de cette ligne de 46 millions DA dans sa première année à 52 millions DA en 2018.

Le nombre d'usagers de cette ligne est revu à la hausse avec l'ouverture du pôle universitaire de la nouvelle ville Sidi Abdellah.


Lire aussi: Zaalane inspecte la nouvelle aérogare internationale "Houari Boumédiène"


Concernant les problèmes rencontrés, les usagers ont souligné à l'APS que le parking de la gare de Zéralda d'une capacité de 150 véhicules demeure insuffisant vu le nombre des usagers souhaitant stationner leurs voitures en toute sécurité, tout en relevant un manque en matière de bus desservant le centre-ville.

En attendant la réception du projet Bab Ezzouar- Aérogare internationale Houari Boumediène et le parachèvement des travaux d'aménagement de la voie ferrée, les clients de la SNTF doivent s'adapter avec les horaires des dessertes actuelles. Des milliers de voyageurs préfèrent cette option aux routes de la capitale notamment les entrées Sud et Est.

Dans ce contexte, les chiffres communiqués par les services de la Gendarmerie nationale révèlent une augmentation du parc automobile à Alger avec près 1.7 millions de véhicules et plus de 100.000 véhicules/jours transitant sur la rocade Sud de la capitale.

Les lignes de banlieue, un défi pour transporter des millions de voyageurs algérois
  Publié le : mardi, 08 janvier 2019 16:37     Catégorie : Régions     Lu : 43 foi (s)   Partagez