Menu principal

Menu principal

Percevoir le développement des régions frontalières dans le cadre de leur environnement intérieur et extérieur

Publié le : mardi, 16 janvier 2018 16:40   Lu : 70 fois
Percevoir le développement des régions frontalières dans le cadre de leur environnement intérieur et extérieur

ADRAR - La nécessité de percevoir le concept de régions frontalières dans le cadre de leur environnement intérieur et extérieur avec tout ce que cela induit comme interactions socio-économiques, pour une approche pratique de développement, a été mise en exergue mardi à Adrar.

Des participants aux ateliers consacrés à l’étude de développement des régions frontalières au Sud ont souligné, à ce propos, l’importance d’aborder la question des régions frontalières dans le cadre de la composante géographique commune entre l’Algérie et les pays africains limitrophes.


Lire aussi: Adrar: développer le réseau routier pour renforcer l’essor économique des communes frontalières


Pour le Dr Djillali Galloune du laboratoire de la complémentarité économique algéro-africaine, de la faculté des sciences économiques (Université d’Adrar), cette approche globale, adossée aux facteurs géographiques communs et aux interactions socioéconomiques, permet aux responsables d’avoir une meilleure perception des défis auxquels est confronté le processus de développement des régions frontalières au Sud du pays.

Les spécificités de ces régions impliquent une nécessité de tenir compte des particularismes géographiques et socioéconomiques et de leurs interactions entre les deux rives frontalières afin de pouvoir prendre en charge les besoins de développement des populations des communes frontalières, a-t-il expliqué à l’APS.

Le même orateur a pointé du doigt l’importance de la mise en place de projets communs avec les pays limitrophes, dans le souci d’un équilibre de développement qui garantisse la stabilité des populations sur les deux rives des frontières, et ainsi de facilitation de la coordination dans ses différentes dimensions entre les autorités des pays africains voisins.

 

Valoriser les ressources naturelles locales...

 

Le Dr.Bilel Boudjemaâ (du même laboratoire) a plaidé, de son côté, pour le renforcement du développement économique, en valorisant les ressources naturelles locales, surtout que la région renferme une véritable richesse animalière.

Des données qui, estime-t-il, permettent la réflexion sur la concrétisation d’un projet pilote ‘’structurant’’, sous forme de groupement industriel englobant la transformation de viande, la production de lait de chamelle, la tannerie de peaux et la production fourragère.

Accompagnées d’un recours à la valorisation de sources d’énergie naturelles (solaire et éolien), ces activités sont susceptibles d’assurer une réduction des couts de production, la contribution directe et efficiente à l’amélioration du cadre de vie des habitants, la création d’emplois permanents, et la préservation de l’Environnement, a expliqué Dr.Boudjemaâ.

La wilaya d’Adrar  a abrité, trois jours durant, une rencontre consacrée à la présentation d’une étude afférente au développement des régions frontalières du Sud, initiée par le ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire.

Animée par des cadres de l’Agence nationale d’aménagement et d’attractivité des territoires, la rencontre, en présence des autorités, élus et société civiles locaux, a été marquée par des travaux d’ateliers et des débats ayant donné lieu à des suggestions pour le développement des régions frontalières dans la wilaya d’Adrar.

Percevoir le développement des régions frontalières dans le cadre de leur environnement intérieur et extérieur
  Publié le : mardi, 16 janvier 2018 16:40     Catégorie : Régions     Lu : 70 foi (s)   Partagez