Locales 2017: la jeunesse fer de lance des formations politiques en lice dans la commune de Rouissat (Ouargla)

Publié le : mercredi, 15 novembre 2017 13:52   Lu : 184 fois

OUARGLA - La forte présence de jeunes dans les listes de candidatures, en prévision des élections locales du 23 novembre, constitue le fer de lance des formations politiques en lice dans la commune de Rouissat (périphérie d’Ouargla).

Conscients de la capacité de cette frange sociale à mettre en oeuvre leurs programmes et à mener à bien la campagne électorale, les partis politiques ont opté pour des listes de candidature composées à 80% de jeunes, âgés entre 25 et 40 ans, parmi les 230 candidats présentés pour ces élections locales, dont des universitaires, des agriculteurs, des travailleurs et des sans-emplois.

Le Rassemblement national démocratique (RND) s’est présenté à ces prochaines élections au niveau de cette commune avec une liste présentant 20 jeunes, au moment où le parti national pour la solidarité et le développement (PNSD) fait également de la jeunesse son cheval de bataille en présentant une liste de candidature jeune de moins de 40 ans. *

Dans ce contexte, Nasreddine Lakhdari, enseignant à la faculté de droits et des sciences politiques de l’université d’Ouargla, a estimé que ‘‘la diversité sociale représentative aux élections est une facette de la démocratie, une consécration des droits politiques prévus par la constitution, et un signe de bonne santé aussi bien des partis que de la société’’.

‘‘Cette propension des jeunes à s’investir dans les rendez-vous électoraux traduit l’efficacité et le dynamisme de partis politiques qui cherchent par là une manière de glaner les voix des électeurs’’, poursuit-il, en qualifiant cette politique de ‘‘tout à fait légitime’’.

De nombreux jeunes de la commune de Rouissat approchés par l’APS ont estimé que, dans le cadre de cette campagne, marquée par des actions de proximité et l’exploitation des réseaux sociaux par certains partis, la participation des jeunes aux joutes politiques est devenue une question ‘‘pressante’’ afin d’exprimer les préoccupations et les attentes des citoyens.

Ils ont mis en exergue la capacité des jeunes à mettre en oeuvre les programmes électoraux et à prendre en charge les attentes des citoyens, arguant que ‘‘ces jeunes candidats ne s’engagent pas vainement, mais  tiendront à leurs promesses de servir le développement de leur collectivité’’.

Pour le jeune Amine Bendinia (35 ans), ‘‘les programmes présentés par les partis en course électorale sont aussi variés que constructifs, mais leur intérêt ne vaut que par leur application réelle’’.

Il a, pour ce faire, soulevé la mission de ‘‘contrôle’’ qu’il appartient aux élus d’assumer au sein de la nouvelle composante de l’assemblée populaire communale pour concrétiser et de manière effective le  programme du parti élu.

Le jeune Souhil Bensaci (26 ans), pense, pour sa part, ‘‘qu’aucun parti ne présente lors de ces élections un programme étudié’’, ajoutant que ‘‘ce ne sont que des paroles et que le développement n’est pas simplement de revêtir une route ou d’aménager un stade’’, et que la commune est en quête ‘‘d’un véritable développement tous azimuts’’.

 

Préoccupations sociales et développement local au coeur des programmes

 

Les formations politiques en lice pour les prochaines élections dans la commune de Rouissat font des préoccupations du citoyen et des objectifs de développement local leur cheval de bataille à travers leurs  programmes électoraux, promettant, pour la plupart, d’améliorer les conditions de vie et de réaliser un véritable développement local et global avec le concours de tous les acteurs locaux.

Pour Korichi Mohamed Maâti (directeur de campagne du RND), le programme électoral de sa formation promet, en cas d’élection, la réunion des conditions d’impulsion du développement local et la projection d’une  série d’opérations de développement susceptible d’améliorer le cadre de vie de la population de Rouissat, dont la réalisation d’un hôpital de 60 lits, l’encouragement des investisseurs, la régularisation de la situation des terrains à bâtir, en plus du développement des secteurs de l’éducation et de la jeunesse.

Un programme divers s’articulant sur 8 points, touchant pratiquement les volets sociaux, économiques et culturels notamment, a été concocté, en prévision de cette échéance électorale, par le PNSD, à en croire Noui Beggui (tête de liste).

Et de préciser qu’une fois élu, il oeuvrera à associer le citoyen dans la prise de décision, la dynamisation du rôle de la jeunesse, l’ouverture de nouvelles opportunités d’investissement agricole, la prise en charge du problème du logement, la lutte contre l’habitat précaire, en sus d’autres promesses à même de booster le développement local.

Le tête de liste ‘‘Wafa’’ (fidélité) du parti de la société pour la paix (MSP), Mohamed Djouhri, a indiqué, de son côté, que le programme de sa formation accorde un grand intérêt aux jeunes compétences, la santé, l’éducation et la protection sociale des couches vulnérables, avant de faire part de la suggestion de l’ouverture de nouvelles annexes communales au niveau des grands quartiers de Sokra et Ziayna.

Dix (10) formations politiques, regroupant 230 candidats, sont en lice dans la commune de Rouissat pour les élections locales du 23 novembre pour briguer les 28 sièges retenus pour cette collectivité qui compte un corps électoral de 2.711 électeurs, dont 1.532 électrices, répartis sur 12 centres de vote, coiffant 47 bureaux, dont 18 pour les électrices, encadrés par 470 agents.

Locales 2017: la jeunesse fer de lance des formations politiques en lice dans la commune de Rouissat (Ouargla)
  Publié le : mercredi, 15 novembre 2017 13:52     Catégorie : Régions     Lu : 184 foi (s)   Partagez