Béjaia : des milliers de personnes à la "fête du noyer" à Kendira

Publié le : samedi, 23 septembre 2017 18:56   Lu : 88 fois

BEJAIA- Des milliers de visiteurs ont afflué samedi  vers le centre de la localité d’Ihabachene (Kendira), à 60 km au sud de  Bejaia, pour prendre part à la fête du noyer", arbre emblématique de la  région.

Une animation particulière y a régné avec des jeux (courses enfants), des  concours, notamment culinaires et de dessins et des expositions de produits  agricoles du terroir, notamment l’inévitable figue sèche, des maraichages  et des fruits de saison dont le raisin et la figue verte. Des produits  d’artisanats fabriqués à base de bois du noyer (El Gassaa, assiettes et  couverts) et de vannerie, très recherchés et singulièrement développés dans  la région, y étaient également étalés.

Les visiteurs, venus d’horizons divers, se sont délectés, en arpentant les  différents stands, en prenant part aux dégustations de fruits offerts ou en  participant à une randonnée à travers les vergers, ponctuée par à un repas  traditionnel servi dans l’antre de l’école du village.

Beaucoup de convivialité, en somme, dont la consonance en fait a résonné  comme un appel de détresse pour reprendre en main cette culture, autrefois  très abondante, nourricière et mobilisant des centaines de familles, mais  qui, depuis quelques années, commence à péricliter. L’exode, la sècheresse,  le non renouvellement des vergers en sont les raisons essentielles. Il y a  de la replantation, mais elle est infime. Tout le verger repousse de façon  sauvage, s'est désole âami Said, un des producteurs les plus en vue, qui  arrive, bon an, mal an, à collecter pas moins de 40 quintaux de cerneaux  par an et qui lui assure à chaque fois un revenu décent sans compter la  vente en l’état de l’écorce de noyer (essouak), revendu à 50 DA le bout.

"Il y a de quoi y vivre décemment. Voire plus pour peu que l’on daigne  agrandir les vergers et leur assurer une irrigation régulière", croit-il  savoir avant de sérier telle une litanie, toutes les utilisations possibles  de ce type de bois, très recherché dans la sculpture, l’immobilier  (parquets, escaliers et les aménagements d’intérieurs). Il y a une  véritable industrie à développer d’autant que toute la région des Babors  sur une distance de plus de 50 km en est totalement truffée .

En tout état de cause, l’évènement, organisé par l’association éco  touristique Assirem Gouraya en collaboration avec la municipalité de  Kendira, par-delà son caractère commercial et festif, vise la  réhabilitation, voire la relance de cette culture qui est porteuse d’un  véritable pari sur l’avenir, a fortiori en cette période de substitution  volontaire aux hydrocarbures.

 

"Cette région autant que tout l’arrière pays de la wilaya sont porteurs  d’un potentiel économique insoupçonné. Il suffit de le sonder et  d’intéresser les investisseurs sur ses opportunités pour le faire éclore",  souligne le président de l'association, Amar Rabhi, qui n’exclut pas de  trouver en ces fêtes un moment idoine de sensibilisation.

Béjaia : des milliers de personnes à la "fête du noyer" à Kendira
  Publié le : samedi, 23 septembre 2017 18:56     Catégorie : Régions     Lu : 88 foi (s)   Partagez